Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    Ratier au râtelier globiche

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> La vie de la radio -> A propos des émissions
    Sujet précédent :: Sujet suivant  
    Auteur Message
    Boileau419
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 03 Nov 2008
    Messages: 161
    Localisation: Pékin

    MessagePosté le: 10/06/2011 05:00:55    Sujet du message: Ratier au râtelier globiche Répondre en citant

    Caesar si viveret ad remum dareris (César vivant, tu finissais enchaîné à une rame)


    Salve Emmanuel !

    D'une chose qui fâche je voudrais ici te toucher deux mots, sans façons et bien sentis.

    Je te tutoie pour renouer avec la langue latine qui ignorait le voussoiement et qui reste, quoi que pourraient le suggérer tes récentes charges de vandale dans le jardin du langage, la référence et le socle de notre culture française. More gallico, je tiens aussi par le tutoiement à répondre au dédain, au mépris même, avec lequel tu traites ouvertement les auditeurs dont les commentaires n'ont pas l'heur de te plaire ; à la tête desquels tu n'hésites pas à lancer sur l'antenne des épithètes peu distinguées, sur ce ton à la fois désenchanté et hargneux qui me fait dire que, si tu avais un blason, il devrait arborer sur son liston la devise "Perite Asini", équivalent du célèbre "Casse-toi, pauv'con".

    Oui, tu l'auras deviné, c'est de ton dernier-né réticulaire que je veux t'entretenir et de la raison sociale grotesque dont tu l'as affublé. Tu as certes interdit de "monter au plafond", mais sache que les auditeurs sont libres de leurs indignations, au moins autant que tu l'es, toi, de tes grossièretés, et de tes invitations à des énergumènes misogynes qui déshonorent le nom de la dernière dynastie royale française. De quel droit briderais-tu le cri de contribuables qui par leurs deniers péniblement acquis t'offrent le privilège inouï d'éventer ton magma cérébral à l'échelle de toute une planète, cela sans obtenir ni patience, ni gentillesse, ni droit de regard sur tes éructations ?

    "L'argent des auditeurs contre la liberté des animateurs", ainsi pourrait s'énoncer l'essence du contrat qui lie la radio à ses auditeurs. Or dans la mesure où tu interprètes manifestement cette liberté comme le vulgaire, c'est-à-dire comme la faculté de "faire ce que je veux", tu as transformé ce pacte courtois en un marché de dupes, les auditeurs impuissants t'entretenant pour être violentés par toi dans leurs convictions les plus intimes.

    Permets-moi de te dire que "Paris-by-right" a dévoilé une fois pour toutes le fond de l'âme du Ratopolis d'anarchistes de droite qui a trouvé un fromage de Laulande au boulevard Murat, ramassis qui, à défaut de croiser le fer, eût sans doute fait richement son lard dans les rangs de la Ligue ou de la Fronde. J'ajouterais à ton adresse que l'on ne se frotte pas au Siècle et aux coeurs félons du Pouvoir sans en prendre les vices et les tics. On sait que tout ce gratin, au moins depuis Voltaire et les Encyclopédistes, a les yeux de Chimène pour l'Angleterre et la langue anglaise. Alors tu quoque ! Toute honte bue, oublieux de tes brillantes analyses sur le mondialisme et ses complots, parmi lesquels celui visant à dresser le esprits par le tout-anglais n'aura sans doute pas échappé à ta perspicacité, tu as résolu d'ajouter ton petit pet à la grande cacophonie internationale commune. Serais-tu l'admirateur secret et envieux de la classe que tu aimes à dépeindre ?

    En sortant maintenant cette camelote à la limite du prononçable --la manière dont ton égérie l'a bramé m'eût fait pâmer de rire en d'autres circonstances--, toi et tes amis avez assurément fait montre d'un sens aigu du moment, ou devrais-je dire du timing ? : le 18 juin, ce sera la marche pour la défense de la langue française organisée par 31 associations, manifestation pour laquelle l'ambassadeur Albert Salon s'époumone dans ses émissions. Loin de t'associer à ce mouvement, tu n'as rien trouvé de mieux que d'annoncer, en guise d'introït impie à cette si nécessaire et louable procession, ce qui revient à un énième attentat brutal contre la langue française, le tout enrobé de justifications plus grotesques et blessantes les unes que les autres. L'idée de donner ne serait-ce qu'une aumône de courtoisie à la poignée de patrons d'émission de la radio qui se démène pour la sauvegarde de notre langue ne t'a apparemment même pas effleuré l'esprit. Vraiment, tu t'es montré ici, en délicatesse et en solidarité, plus Dervis que le rat de la Fable.

    Comble du comble, tu espères manifestement que les autres animateurs de la radio feront abondamment référence à ton site, ce qui veut dire que l'on entendrait aboyer "Paris-by-right" à longueur de journée. A Dieu ne plaise !

    Mais passons : avec Anne Brassié et autres amateurs de blogs, tu es en bonne compagnie pour les entreprises de gloriole personnelle qui, sur et hors Courtoisie, pulvérisent allégrement les délicates beautés de la langue de Molière, comme ces éléphants de l'expression d'outre-Manche que l'on dit ruer dans une boutique de porcelaines. J'en viens à soupçonner que toutes ces déportements ont pour objectif secondaire de défier et de railler le président de Lesquen, dont chacun connaît la sévérité exemplaire sur le chapitre de la pureté de la langue. N'êtes-vous pas, patrons de radio Courtoise rétifs à la discipline de la langue, restés au fond de vous-mêmes de pauvres adolescents immatures ? Je persiste et signe : des anarchistes de droite, voilà votre taxinomie.

    Tu l'as reconnu toi-même : le site, s'il eût été de radio Courtoisie, n'eût pas porté un titre pareil. Cela montre que tu es une personne à l'antenne et une autre à l'extérieur, et que ton adhésion aux principes de la radio est d'une superficialité confondante, rappelant furieusement la religion de ces catholiques papelards d'autrefois que l'on voyait faire les dévots au pied de l'autel pour se précipiter au cabaret à peine l'écho de l'Ite missa est éteint sous les voûtes.

    Mais parlons effets et efficacité. Ce que sait le moindre connaisseur du poids et de l'influence des mots, toi, tu l'ignores ou feins de l'ignorer : comment veux-tu que l'on prenne au sérieux des activités destinées à mobiliser les Parisiens contre le mondialisme avec un nom qui pue à plein nez le cosmopolitisme léger et clinquant ? Quel rapport entre le Combat et le tourisme, entre le Retour à la francité et les divertissements de la "haute" ? N'es-tu pas piteusement tombé dans l'un des travers les plus scandaleux de la société contemporaine : cette manie de saupoudrer de paillettes, de frivolités et de dérision toutes les causes, tous les événements, même les plus graves ? Nous confonds-tu avec DSK ou l'émir du Qatar ? Nous invites-tu à des activités glauques, voire clandestines ? Ou fais-tu de la "provoc" à la manière du prétendu art contemporain ?

    Aurea mediocritas : loin de tout excès, tu pouvais forger une formule française toute simple qui n'aurait donné lieu à aucune polémique, mais tu as préféré, sous couvert de référence à un obscur écrivain de droite dont les oeuvres sont tombées dans l'oubli, choquer, agresser, et titiller. Comme je reconnais bien là le journaliste moderne ! As-tu songé un instant à la gêne que tu causes à tous ceux qui ne partagent pas ton penchant pour les appellations à l'anglaise, dussent-elles être estampillées "Francis Bergeron" ? Imagines-tu par exemple Albert Salon annoncer sa manifestation pour la défense du français sur une telle plate-forme ? Ne fallait-il pas d'abord penser à rassembler ? Pourquoi ce goût morbide pour l'excentricité ?

    C'est Bergeron ! me dis-tu. Trêve de plaisanteries, il s'agit d'un illustre inconnu que pas un internaute sur mille, même dans ton microscosme, ne connaît. Et, par-dessus le marché, il n'a pas, lui, eu le mauvais goût d'intituler son bébé "Paris-by-right", mais "Guide de l'homme de droite à Paris", "Paris by right" n'étant qu'un sous-titre. Je note au passage l'emploi de "homme", terme que l'on qualifie volontiers de sexiste à notre époque. Voilà donc quelqu'un qui avait du courage, et le sens du décorum. Quoi qu'il en soit, cette préciosité de dandy atlantiste n'était qu'une peccadille en 1989 ; vingt ans plus tard, ce genre de luxe n'est plus permis vue la débâcle de notre langue. Tu n'as donc, malgré toutes tes enquêtes, toutes tes études, plus aucun sens politique, tu ne sais plus lire les "signes des temps" ?

    A propos, ce mot de DROITE transformé par tes soins en right, te gêne-t-il ? On sait bien que DROITE est aujourd'hui un mot mal famé, aussi peu flatteur sans doute que "populiste" ; aussi vieux jeu et mal-vendant que "patriote". En utilisant "right" plutôt que "droite", ne t'es-tu pas livré, consciemment ou inconsciemment, à une manoeuvre habile visant à brouiller le jeu et à dorer la pilule aux usagers du site ? Mais si on n'a pas le courage d'être soi et de le dire en termes clairs, donc en français dans le cas qui nous occupe, EST-on encore quelque chose ? Penses-tu vraiment faire oeuvre utile et cheviller à l'âme des gens les principes de la droite en parlant à mots recouverts (d'anglais) ? Après the love that dares not speak its name, tu ambitionnes la paternité de la tendance politique qui n'ose pas dire son nom ?

    Qui sait, grâce à tes contorsions de langage, on finira peut-être par dire dans quelques années "un right", comme on dit déjà un "black" plutôt qu'un noir ? Nul doute que ce progrès de la novlangue ne te vaille le droit (longtemps attendu, je le subodore) de briguer l'office de portier, ne serait-ce que pour une soirée, à l'entrée de l'automobile club parisien que tu connais si bien...

    Quoi qu'il en soit, tu frôles dangereusement les jupons rose vif d'une présidente de parti plutôt adverse qui s'est rendue célèbre par des slogans prétendument aguicheurs tels que "What would Jaurès do ?", ce qui lui valut un prix de la carpette anglaise amplement mérité (et qui t'attend peut-être). Etrange coïncidence...

    J'ai relevé que dans l'émission dont tu t'es servi pour lancer ton produit, tu as lancé, exprimant la philosophie des plus sots journaleux de Libération ou radio Luxembourg : "Il faut faire jeune". Tes collaborateurs sont des jeunes et, en bon démocrate et matérialiste (le matérialisme revient essentiellement à subordonner le supérieur à l'inférieur) que tu es, tu t'es aplati devant eux. Tu as ainsi réussi le triste exploit de tomber dans l'un des clichés les plus sots et les plus mortifères sur la langue française : notre langue est une langue de vieux. Que tu veuilles te rajeunir à tout prix en flattant les jeunes, en parlant leur langage après une expérience in limine mortis, libre à toi, mais fallait-il pour autant trompeter de telles inepties sur les ondes d'une radio de la francophonie ? Si la langue française te paraît si vieille et dépassée, une antiquaille, pourquoi diable hantes-tu encore les studios de Radio Courtoisie ? Pour faire l'article pour tes annuaires de riches et tes sites anglotesques ?

    Tu as aussi eu le cran de dire, pour clore ton méchant non mea culpa que "Paris-by-right" faisait partie de ces expressions anglaises "très difficile à traduire". Là aussi, tu n'as fait que reprendre l'une des ritournelles favorites de tous les anglomanes : la langue française, langue indigente, manque cruellement de ressources pour exprimer les "concepts" de notre temps. Laisse-moi toutefois te dire que si indigence il y a, c'est plutôt dans ton cerveau qu'elle se loge, car tu me sembles bien à court d'inspiration pour ne faire que recopier les inventions plus ou moins heureuses des autres. Reconnais-le : tu ne trouves plus, dans ta propre langue, les mots bien de chez toi, bien de chez nous pour décrire, mobiliser, enchanter ; tu ne sais plus plus que copier et répéter ; tu es devenu stérile en tant qu'écrivain francophone !

    Que n'as-tu songé à Lutetiadextra.fr ! Tu eusses reforgé le lien avec notre glorieux héritage gallo-romain, mais ton goût dépravé et démagogique du "branché", sans doute, s'y opposait. Ne t'étonne donc pas si demain, malgré tes déclarations hypocrites que "les jeunes doivent parler totalement français", tu vois tes émules fonder fièrement un cercle intitulé "Young French Resistants" : ce sera le fruit de tes graines de pourriture. Ainsi, tu craches sur le passé et tu oublies l'avenir : bel homme de dextre tradition, en vérité !

    Ah, Ratier, comme tu incarnes à merveille ce que nos ennemis appellent justement "la droite bête" : celle qui prend des airs d'aristocrate tout en ayant honte d'elle-même, qui se compromet, se divise, ne sait pas ce qu'elle veut tout en voulant faire tout ce qu'elle veut, qui défait d'une main ce qu'elle tâche de construire de l'autre, qui se veut sérieuse tout en brillant par une certaine légèreté française ; bref, qui aime sa liberté infiniment plus que l'unité, principe de toutes les défaites et explication de la stérilité de beaucoup de combats, dont celui de Radio Courtoisie et de son char politique tiré à hue et à dia d'une émission à l'autre.

    Finalement, laisse-moi te reprocher ton insensibilité étroite de (faux) Parisien : la radio est écoutée dans le monde entier, et tous n'ont pas, tant s'en faut, comme toi et ton petit monde, l'envie de s'écorcher la bouche et d'écorcher les oreilles des autres avec des globiches criyécheunes. Rappelle-toi que Paris n'est pas qu'une constellation criarde de boîtes de nuit ; un étalage de chairs nues à appâter les gros portefeuilles ; la capitale du divertissement nocturne des brutes nanties. Paris est, ou plutôt devrait être la capitale lumineuse de la Francophonie et de la culture gréco-latine et chrétienne, biens dont la DROITE, la vraie, doit se faire le défenseur inlassable dans la langue de douce clarté et de rigueur belle qui est la sienne : le français.

    J'oubliais : tu n'as pas respecté la langue française, aucun doute à ce sujet. Sache maintenant à ta grande confusion que tu n'as pas non plus respecté la langue des autres, car ton "Paris-by-right" ne signifie strictement rien dans l'idiome de Shakespeare. En sollicitant la formule on pourrait certes en extraire un "Paris de droit", mais, de toutes façons, il n'y a pas plus, dans ces mots malmenés, de DROITE politique que de beurre en broche. Te voilà donc doublement ridicule et fautif ! Et contributeur de la mal-langue générale. De quoi être très fier, assurément.

    Rebaptise-toi vite dans une loge Emmanu-en : English-avec-nous.


    Signé : Rominagrobis



    PS: Tu as fait annoncer fièrement par ta pasionaria l'éclosion prochaine de répliques provinciales de ton petit monstre. Fais-nous savoir le moment venu si tu pousseras l'abjection jusqu'à créer des sites tels que Strasburg-by-right ou Normandy-by-right. Tiens-nous au courant des progrès de ton mal.
    _________________
    Pour vaincre dans le combat, il faut du courage plus que de la courtoisie.
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 10/06/2011 05:00:55    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Courtoisix
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Jan 2007
    Messages: 341

    MessagePosté le: 21/06/2011 06:50:19    Sujet du message: Ratier au râtelier globiche Répondre en citant

    Eh bien, quelle fougue

    Sans vouloir en rajouter sur le dos de ce pauvre Emmanuel Ratier, qui a bien le droit à son instant de faiblesse tout de même, voici quelques idées, brutes de décoffrage, que je lui ai soumises :
    * calendroite
    * dextronome
    * dextromadaire
    * reactheure
    * le gnomon
    * les rencarts du droithomme
    * Deux heures et quart après Jean-Marie Laughing
    _________________
     
    Feuilletez les Carnets de Courtoisie !
    http://carnets-de-courtoisie.overblog.com
    Revenir en haut
    Visiter le site web du posteur
    Courtoisix
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Jan 2007
    Messages: 341

    MessagePosté le: 21/06/2011 08:42:23    Sujet du message: Ratier au râtelier globiche Répondre en citant

    Ah, j'ai oublié d'ajouter que l'on peut désormais accéder au site par http://reseaucourtois.com
    _________________
     
    Feuilletez les Carnets de Courtoisie !
    http://carnets-de-courtoisie.overblog.com
    Revenir en haut
    Visiter le site web du posteur
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 29/06/2011 12:07:53    Sujet du message: Ratier au râtelier globiche Répondre en citant

    C'est effectivement la grande forme Boileau!
    Quelle verve, mais au delà de la forme, il est difficile de vous donner tort.


    Toutefois, si la critique est aisée, l'art est difficile.
    Une fois encore, nous mettons beaucoup trop d'énergie à nous critiquer dans nos propre rangs. Emmanuel Ratier, lui, a le mérite de faire! Certes, cela n'est pas parfait, mais cela à le mérite d'exister.


    Ce PARIS by RIGHT est malheureux aux oreilles des défenseurs de la langue française et même si l'on peut comprendre les sens multiples que peuvent avoir cet anglicisme, il reste mal à propos.
    J'apprécie les contre-propositions faites par Coutoisix. En plus d'être parfaitement  étymologiques, elles sont pleines d'humour.


    La liste reste ouverte.


    * C'est dextra!
    * Paris dexterior
    * Paris adroits (ou) Adroits paris
    ...


    On peut lancer un concours?  
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Grumeau (Le)
    Ecuyer

    Hors ligne

    Inscrit le: 04 Sep 2007
    Messages: 45

    MessagePosté le: 06/07/2011 00:20:58    Sujet du message: Ratier au râtelier globiche Répondre en citant

    Salut,

    Boileau419 a écrit:
    J'en viens à soupçonner que toutes ces déportements ont pour objectif secondaire de défier et de railler le président de Lesquen, dont chacun connaît la sévérité exemplaire sur le chapitre de la pureté de la langue.


    Ça en devient même grotesque. Henri reprenait hier son invité, exigeant qu'il ne dise pas "anti-gang" mais "anti-bande"; l'autre lui a rétorqué que les bandes et les gangs ne sont pas la même chose, et que parler des bandes des prisons est plutôt cucu la praline, tandis que tout le monde comprend ce que désigne un gang en prison.


    Boileau419 a écrit:
    N'êtes-vous pas, patrons de radio Courtoise rétifs à la discipline de la langue, restés au fond de vous-mêmes de pauvres adolescents immatures ?


    Je ne sais si l'auteur de cette longue éructation est Boileau419 ou le courageux anonyme "Rominagrobis", mais voilà, à force de donner dans la tournure pour tirer à la ligne, ce placard finit bien ennuyeusement. Il tenait pourtant en une ligne: "Ratier lance un site internet au nom anglais; quelle raclure".

    Evidemment, trop de concision risque de révéler la faible consistance de ta pensée, mon bon Romi.
    Revenir en haut
    Courtoisix
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Jan 2007
    Messages: 341

    MessagePosté le: 09/07/2011 09:59:45    Sujet du message: Ratier au râtelier globiche Répondre en citant

    Il est vrai qu'Henry (avec un y) de Lesquen pousse parfois le bouchon un peu loin en la matière (jusqu'à la « Nouvelle-York » même), et ces interruptions peuvent en devenir génantes à l'écoute. Trop de cochon fait gross.... euh tue le cochon Mr. Green

    Un kamikaze serait-il prêt à lui demander lors d'une émission comment il orthographie l'instrument appelé « gong » ? Evil or Very Mad

    Qu'est ce que je ne ferais pas pour sauver mon « blog » Mort de Rire
    _________________
     
    Feuilletez les Carnets de Courtoisie !
    http://carnets-de-courtoisie.overblog.com
    Revenir en haut
    Visiter le site web du posteur
    LO
    Ecuyer

    Hors ligne

    Inscrit le: 09 Juil 2011
    Messages: 50

    MessagePosté le: 09/07/2011 12:55:03    Sujet du message: Ratier au râtelier globiche Répondre en citant

    Bon, je suis nouveau ici et ne prétends pas faire la loi, mais quel est l'intérêt d'une telle diatribe ? Elle est certes bien écrite, mais longue et ennuyeuse, et Le Grumeau a raison de souligner qu'il y avait plus concis.

    Je ne prétends pas parler pour Ratier, mais comme j'enregistre tous les passages radio d'Emmanuel Ratier et lui envoie afin qu'il les mette sur le site de Faits & Documents par la suite, j'ai entendu sa justification qui rend caduque votre longue intervention : Ratier n'a pas choisi ce nom (et n'est donc pas responsable) et il s'agissait d'un jeu de mot que tout le monde comprend avec Paris by night (même si vous ne goûtez pas ce jeu de mots, mais là c'est une autre affaire). C'était peut-être maladroit, cela risquait de faire polémique, etc. je vous le concède, mais de là à en faire une affaire d'État, il y a un monde ! Je remarque en passant que vous ne parlez pas du fond du site mais seulement de sa forme, ce qui est tout de même "superficiel et matérialiste".


    Et au risque d'enfoncer le clou, je vous signale que ce forum sur lequel vous déversez votre frustration est hébergé en utilisant un domaine de premier de niveau de l'Union européenne, EU signifiant European Union et non pas "européen".
    http://fr.wikipedia.org/wiki/.eu
    Comme quoi, personne n'est parfait.


    Cordialement,
    LO
    Revenir en haut
    Petit Gaulois
    Administrateur

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Jan 2007
    Messages: 6 359

    MessagePosté le: 10/07/2011 16:25:31    Sujet du message: Ratier au râtelier globiche Répondre en citant

    LO, Vous avez raison sur le fait que le message de Boileau419 est destructif et non constructif. C’est-à-dire que ce n’est là qu’une série d’interdit et pas une direction à suivre. J’ajoute qu’il formule ses phrases comme si il était un ennemi et non comme si il était un allié de l’intervenant.

    Il est exact aussi que Radio Courtoisie a dans ses objectifs la défense de la langue française.

    Jean Ferré, dans son immense sagesse, avait clairement édicté les règles dès le départ en édictant des règles positives et non des règles limitatives. Comme par exemple la formule : « ouverte à toute les droites et dans le domaine des arts ouverte à tous les talents ».
    Ce type de formule n’interdit pas aux idées de gauche de s’exprimer à l’antenne. Mais elle favorise les idées de droite.
    Dans le domaine de la langue c’est le même principe : on favorise la langue française par tous les moyens, mais on ne jettera pas à la porte quelqu’un pour avoir fait un peu de franglais à l’antenne.
    La coexistence de personnalités et de tendances très diverses à l’antenne ne peut fonctionner que si chacun y met du sien.

    Il va falloir un peu plus que ces quelques mots, Boileau, pour me convaincre que ce grand résistant qu’est Emmanuel Ratier ne travaille pas au service de la France et de sa culture.
    :ecri:
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 18/10/2017 02:00:19    Sujet du message: Ratier au râtelier globiche

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> La vie de la radio -> A propos des émissions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers: