Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    LJ Henry de Lesquen 07/06/2010

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> La vie de la radio -> A propos des émissions
    Sujet précédent :: Sujet suivant  
    Auteur Message
    Grumeau (Le)
    Ecuyer

    Hors ligne

    Inscrit le: 04 Sep 2007
    Messages: 45

    MessagePosté le: 08/06/2010 12:34:52    Sujet du message: LJ Henry de Lesquen 07/06/2010 Répondre en citant

    Dans le libre journal d'Henri de Lesquin de ce 7 juin, Anne Brassié s'est opposée de façon fort peu courtoise à Roland Hureaux, au sujet du Maréchal Pétain et du Général de Gaulle. Elle a coupé la parole à l'invité à plusieurs reprises, s'exclamant que "Radio Courtoisie n'avait pas été créée pour y tenir de tels propos", en interdisant de fait à l'invité d'expliquer son opinion à l'antenne. Henri de Lesquin l'a invitée à retrouver son calme, et a demandé aux participants de laisser là la querelle et de se recentrer sur l'actualité, ce qui n'a pas permis à Roland Hureaux de terminer son propos.

    L'attitude d'Anne Brassié laissait une impression pénible. Radio Courtoisie est un lieu de liberté d'expression, et souvent Jean Ferré a rappelé la différence de la radio avec les médias traditionnels: les invités ont le temps de développer leurs arguments; on les laisse parler, on ne leur coupe pas la parole. On argumente éventuellement avec eux. On aurait attendu d'Anne Brassié qu'elle contredise Roland Hureaux de cette manière.

    Il est difficile de dénoncer chez les autres médias leur réflexe si fréquent de censure, et donner en direct à l'antenne un exemple de manque de respect de l'invité. Je n'ai pu écouter l'émission jusqu'au bout, et ne sait pas si Anne Brassié s'est excusée ultérieurement pour son attitude.
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 08/06/2010 12:34:52    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Pierre
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 22 Sep 2008
    Messages: 218
    Localisation: Région Parisienne

    MessagePosté le: 08/06/2010 16:06:03    Sujet du message: LJ Henry de Lesquen 07/06/2010 Répondre en citant

    Quel était le motif de la controverse ?
    Revenir en haut
    Visiter le site web du posteur
    Grumeau (Le)
    Ecuyer

    Hors ligne

    Inscrit le: 04 Sep 2007
    Messages: 45

    MessagePosté le: 09/06/2010 09:42:53    Sujet du message: LJ Henry de Lesquen 07/06/2010 Répondre en citant

    Je n'ai pu bien comprendre, car Roland Hureaux n'a pas pu finir de s'expliquer. Grosso modo, il disait que les décisions prises par l'état-major français étaient une des causes de la retraite de 1940, plus que le manque d'équipement ou la bravoure des hommes. Son explication a été interrompue quand il s'est interrogé sur la responsabilité de cette génération d'officiers supérieurs, à laquelle Pétain appartenait. Anne Brassié l'a fait taire alors.
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 09/06/2010 15:23:04    Sujet du message: LJ Henry de Lesquen 07/06/2010 Répondre en citant

    J’imagine que cela c’est passé en seconde partie de l’émission ?
    N’ayant pas entendu cette partie, je vais réécouter attentivement cet « incident ».

    Toutefois, comme vous le faites remarquer, il semble que l’écoute ne nous donnera pas de réponse au pourquoi de cette intervention d’Anne Brassié ?

    La réponse se trouve alors peut-être dans cet article rédigé par Roland Hureaux et dont Madame Brassié devait avoir connaissance.

    Si telle est l’origine de l’« incident », on peut effectivement comprendre la réaction de Madame Brassié (qui défend la mémoire et la réhabilitation de Pétain, je crois me souvenir). Faire encore une fois de Pétain le bouc émissaire de nos échecs est un peu facile. Fallait-il le laisser affirmer une telle ineptie ? Répondre à Roland Hureaux aurait été une perte de temps ? … Une querelle vieille de 2006 autour d'un livre de Dominique Lormier, « Comme des lions - Mai-Juin 1940 , le sacrifice héroïque de l’armée française. » Calmann-Lévy 2006, dont Roland Hureaux s'est fait le défenseur.

    Hélas ici, le seul tord est bien d’avoir couper la parole sans donner d’explication, cela est certain.

    Extrait de l'article de Roland Hureaux lundi 06 février 2006 :
    Citation:
    Des moyens relativement importants, des soldats remplis de bravoure, que manqua-t-il ? On le sait : la défaite est presque entièrement imputable aux défaillances du commandement. Un commandement en moyenne plus âgé de dix ans que l’ allemand, depuis longtemps éloigné du terrain, si tant est que plusieurs de se ceux qui le composaient l’aient jamais fréquenté. Un état-major séparé du front par plus de cent kilomètres et surtout par une bureaucratie militaire désordonnée. Cet état-major s’était cramponné pendant des années à des conceptions stratégiques et tactiques erronées. Mais les défaillances du commandement étaient elles-mêmes sous-tendues par un certain nombre de vices bien français : une confiance exagérée aux valeurs scolaires ( Gamelin avait toujours été premier partout ! ) mais aussi des promotions au sommet politiques ou mondaines, la marginalisation des vrais talents ou des esprits non-conformistes. Que ceux qui, souvent faute d’idées propres ou par arrivisme, campaient , en matière stratégique, sur la pensée unique de l’époque , aient été violemment intolérants à toute déviance, refusé le débat ou la critique, est un comportement qui ne nous est hélas que trop familier, pas seulement en matière militaire.

    L’imposture du régime de Vichy ressort avec assez d’évidence de ce livre: les mêmes hommes qui portent presque entièrement la responsabilité du désastre prennent le pouvoir le 17 juin 1940 . Comment Pétain qui, certes n’avait plus de commandement effectif, mais depuis vingt ans faisait et défaisait les carrières, a-t-il pu apparaître alors comme le sauveur ? Comment Weygand, après sa nomination à la tête des armées le 19 mai 1940, et qui dès le 25 mai se déclarait partisan de l’armistice, put-il mener de front la conduite de la guerre et la préparation du changement politique ? Comment le général Huntzinger, responsable de la charnière des Ardennes où il avait refusé des renforts début mai, put-il se retrouver ministre de la guerre ? ( Le comportement du général Giraud sur le front du Nord avait en revanche été exemplaire.) Poussant plus loin encore le mensonge, les mêmes responsables imputèrent la défaite, non point leurs propres défaillances, mais aux vices et à la décadence morale des français dont le Front populaire avait été, selon eux, l’expression. Une rhétorique morale fallacieuse qui devait non seulement discréditer pour des décennies tout discours moral, mais encore être pris à la lettre par les générations ultérieures et l’opinion internationale.

    S’il est vrai qu’il y eut une lâcheté française, elle fut plutôt à l’arrière. Alors qu’un peu partout, même au sud de la Loire, des unités isolées continuaient le combat, la population tentait de les en dissuader : à Bourges un officier qui voulait défendre la ville fut mis à mort par les civils ! L’ esprit de résistance qui perdurait encore fut brisé quand Pétain demanda dès le 17 juin aux soldats de « cesser le combat », alors même que les Allemands n’acceptèrent l’armistice que le 22 juin. Cinq jours fatidiques : tous ceux qui obéirent à cette consigne prématurée furent capturés. Sur les 1 500 000 prisonniers français, 1 100 000 furent pris entre le 18 et le 25 juin ! Admettons que ce fut une erreur. N’était-elle pas impardonnable à ce niveau de responsabilité et à un tel moment ?

    L’article entier : http://roland.hureaux.over-blog.com/article-1795926.html
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL


    Dernière édition par Roland le 10/06/2010 23:09:39; édité 1 fois
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 09/06/2010 18:24:25    Sujet du message: LJ Henry de Lesquen 07/06/2010 Répondre en citant

    À noter que le LJ de Gérard Marin de ce soir est consacré justement à Juin 40. Cela donne un éclairage à cet "incident" de lundi soir.
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 14/06/2010 19:01:50    Sujet du message: LJ Henry de Lesquen 07/06/2010 Répondre en citant

    Henry de Lesquen revient ce lundi soir, avec l'Historien P. Dreyfus sur le rôle de Pétain en 1940. (les 5 dernières minutes de la première heure / Partie)
    Evidement, le rôle de Pétain n'est en rien à l'origine de la défaite de 1940 et dans la nomination de l'état major ...
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Grumeau (Le)
    Ecuyer

    Hors ligne

    Inscrit le: 04 Sep 2007
    Messages: 45

    MessagePosté le: 15/07/2010 12:32:36    Sujet du message: LJ Henry de Lesquen 07/06/2010 Répondre en citant

    Bonjour Rolant,

    Roland a écrit:
    Si telle est l’origine de l’« incident », on peut effectivement comprendre la réaction de Madame Brassié (qui défend la mémoire et la réhabilitation de Pétain, je crois me souvenir). Faire encore une fois de Pétain le bouc émissaire de nos échecs est un peu facile.

    Oui, sans doute. Mais "comprendre" ne veut pas dire accepter. Et "couper la parole", comme vous dites, ne rend pas compte de la réalité qui était ordonner à l'invité de se taire sur le champ.

    Je ne serai pas revenu à ce sujet si je n'avais lu par hasard ne pas être le seul auditeur choqué :
    Akira a écrit:
    Anne Brassié est particulièrement hystérique dans cette émission. Lamentable.
    Somme toute, la première partie de l'émission sur le changement climatique est intéressante.

    Je crois que l'attitude d'Anne Brassié aurait mérité qu'elle présente ses excuses à l'invité; je ne l'ai pas entendu, peut-être l'a-t-elle fait. Mais personne sur le forum ne s'en est fait le témoin.
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 17/01/2017 21:16:50    Sujet du message: LJ Henry de Lesquen 07/06/2010

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> La vie de la radio -> A propos des émissions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers: