Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    Louis de BONALD

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Culture
    Sujet précédent :: Sujet suivant  
    Auteur Message
    Orlik
    Membres de pleins droits du forum

    Hors ligne

    Inscrit le: 14 Nov 2009
    Messages: 6

    MessagePosté le: 31/03/2010 16:49:25    Sujet du message: Louis de BONALD Répondre en citant

    Je ne sais si d'autres que moi ici partagent ma profonde passion pour cet auteur majeur de la pensée monarchiste? J'y ai consacré mes recherches universitaires et suis en train de publier mon second livre sur le philosophe.
    _________________
    L'Honneur est sauf.
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 31/03/2010 16:49:25    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 31/03/2010 19:53:12    Sujet du message: Louis de BONALD Répondre en citant

    Bonsoir et Bienvenue à vous Orlik.

    J'ignorais cet auteur. Est-il toujours édité et disponible en librairie?
    Peut-être pouvez-vous nous en dire un peu plus sur lui hormis ce qu'en dit Wikipedia?
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Orlik
    Membres de pleins droits du forum

    Hors ligne

    Inscrit le: 14 Nov 2009
    Messages: 6

    MessagePosté le: 31/03/2010 21:22:59    Sujet du message: Louis de BONALD Répondre en citant

    Merci cher Roland de me permettre une brève présentation du vicomte de Bonald.

    Jeune maire de Millau, il assiste d'abord avec curiosité aux débuts de la révolution, mais, en fervent catholique, il ne peut admettre la constitution civile du clergé et prend le chemin de l'exil pour se battre sous la bannière des Princes. Il publie clandestinement en 1796 sa Théorie du Pouvoir politique et religieux, somme majeure qui est le prélude à une œuvre colossale; cet homme qui se découvre écrivain malgré lui et poussé par les événements se retrouvera... Académicien. Rentré en France sous Buonaparte, qui admire le philosophe mais que celui-ci refusera toujours de servir, il devient sous la Restauration le chef de file et l'orateur prestigieux des ultras. député puis Pair de France, il associe son nom à la loi abolissant le divorce, et cumule discours, articles et nouveaux ouvrages. Légitimiste intransigeant, il se retire sur ses terres rouergates à la chute de Charles X.
    Droit, s'étant toujours refusé au moindre consensus ou à la moindre compromission, il n'en a pas pour le moins toujours traité ses adversaires avec respect, attaquant les idées, jamais les personnes. En un mot, ce fut un gentilhomme.
    _________________
    L'Honneur est sauf.
    Revenir en haut
    Orlik
    Membres de pleins droits du forum

    Hors ligne

    Inscrit le: 14 Nov 2009
    Messages: 6

    MessagePosté le: 31/03/2010 21:34:52    Sujet du message: Louis de BONALD Répondre en citant

    La pensée bonaldienne est complexe, mais s'articule autour d'un certain nombre de thèmes directeurs:
    - Le pouvoir ne peut être diviser, car alors il cesse d'être un pouvoir; la monarchie est donc le seul régime légitime, sous sa forme absolue (opposée à arbitraire)
    - L'univers obéit à un schéma trinitaire Pouvoir / Ministre / Sujet, que l'on retrouve dans la société politique (Roi, noblesse, peuple), religieuse (Dieu, NSJC, fidèles) et domestique (père, mère, enfant). Tout tend naturellement à cet état parfait, "nécessaire", auquel seul Bonald donne le nom de constitution. Rien de moins "constitué", à l'inverse, que les ouvrages humains qui tendent à se substituer à l'ordre naturel. Bonald est avant tout anti Rousseauiste, et très influencé par Bossuet.
    - Par cette omniprésence trinitaire, Monarchie et Religion se trouvent mises en miroir: aucune ne peut vivre sans l'autre.
    - La naissance du langage implique qu'il ait été révélé, l'homme ne pouvant penser sans concepts ni syntaxe, et vice versa; le langage est donc la preuve ultime de l'existence de Dieu.
    - La Monarchie doit donc être une, indivisible, héréditaire, catholique.

    Je n'ai fait que brosser à grands traits maladroits les grands axes de la doctrine du vicomte. Je mets ma modeste science du sujet, cependant, au service de toute personne qui se sentirait intéressée par ce trésor de pensée.
    _________________
    L'Honneur est sauf.
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 01/04/2010 23:18:32    Sujet du message: Louis de BONALD Répondre en citant

    Merci pour cette première présentation.

    Je me réserve pour demain! J'aurai quelques questions à vous poser. Il est pour moi un peu tard pour entamer un message consistant!
    Nous avons là de quoi évoquer différents points de vue sur les interprétations à avoir sur la Révolution Française. Un vaste sujet.

    À demain.
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Orlik
    Membres de pleins droits du forum

    Hors ligne

    Inscrit le: 14 Nov 2009
    Messages: 6

    MessagePosté le: 01/04/2010 23:24:25    Sujet du message: Louis de BONALD Répondre en citant

    Avec joie!
    serviteur,
    FBBF
    _________________
    L'Honneur est sauf.
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 02/04/2010 23:25:38    Sujet du message: Louis de BONALD Répondre en citant

    Cher Orlik,

    Je vous avait promis quelques questions, les voici.

    Pour commencer cette discussion, je m’interroge sur la vision qu’a eu de Boneval de la Révolution Française ?
    En effet, nous apprenons qu’il aurait été au départ favorable à ce mouvement.

    Citation:
    « Lorsque la Révolution survient, il en est d’abord partisan. Il reçoit une couronne civique de ses concitoyens et est réélu en février 1790 à la mairie par une majorité de 293 voix sur 3681. Quelques mois plus tard, il est élu membre de l’Assemblée du département, ce qui l’oblige à démissionner de sa charge de maire. Ses pairs le nomment président de cette assemblée. Rapidement, la mise au pas de l’Église catholique (vente des biens du clergé, constitution civile) choque ses profonds sentiments religieux. Le 31 janvier 1791, il démissionne donc de ses postes de président et député de l’Assemblée départementale et pour éviter les représailles et émigre. »


    A-t-il formuler dans sa Théorie du pouvoir politique et religieux une analyse des causes de cette révolution ?

    Comme contemporain des événements historiques, sa vision pourrait avoir plus de valeur que celle d’un Alexis de Tocqueville et être une analyse autrement plus juste que celle d’un Jacques Bainville !
    Était-il, avant la Révolution, un fervent réformateur de la société française et donc un réformateur de la monarchie ? Avait-il, depuis Millau, une perception des graves dysfonctionnements de la société française de cette seconde moitié du XVIIIe siècle ?
    A-t-il approuvé ou soutenu les réformes que Louis XVI a vainement tenté de faire passer quand Charles Alexandre de Calonne était contrôleur général des finances entre 1783 et 1787 ?
    Avait-il conscience de la banqueroute générale qui frappait la France depuis 1783 et des enjeux qui se tramaient entre la politique de Calonne et celle de Necker ?
    Et un mot, de Bonald avait-il conscience avant 1789 que la monarchie et toute la société étaient sur le point de sombrer ?

    Second point et toujours avant que les sinistres événements n’interviennent, comment de Bonald jugeait-il l’attitude de la haute noblesse qui était partisane d’un retour à une forme de monarchie plus paternaliste (anti absolutisme), mais surtout vers un retour à une monarchie plus féodale ?
    Comment de Bonald percevait-il le siècle des Lumières et l’esprit encyclopédiste avant la Révolution ?
    Je rappelle que bon nombre des grandes familles nobles, qui s’opposaient au pouvoir absolu depuis Louis XIV, étaient partisanes de Rousseau ? Ces grandes familles voyaient dans Rousseau et les Lumières les éléments d’un retour à une certaine forme de monarchie féodale, les éléments du contre-pouvoir royal (théorie développée par Jean-Christian Petitfils).
    Comment de Bonval voyaient-il le paradoxe entre le maintien de la monarchie dans son état, la nécessaire réforme de la monarchie absolue voulue par Louis XVI lui-même et au contraire un renforcement de la monarchie féodale souhaité par ces grandes familles opposée au roi ?
    Avait-il seulement conscience de cette dichotomie au sein même de la Noblesse ?

    Troisième et dernier point, puisque de Bonald était un fervent défenseur du catholicisme et qu’il considérait que la monarchie reposait sur le catholicisme et qu'elle tirait son pouvoir et son autorité de lui seul, quelle était sa position dans les querelles religieuses de ce XVIIIe siècle.
    Je note en effet que de Bonald a été élevé par les Oratoriens. Or ces derniers étaient connus pour s’opposer à la bulle Unigenitus de 1713. Celle-ci fut pourtant voulue par Louis XIV, les Jésuites et donc le pape afin de lutter contre le jansénisme. Louis XV tentera d’imposer la même chose et cela aboutira au Richérisme et à ses idées de gallicanisme qui sera en vigueur toute cette fin de siècle et sera aussi à l’origine de la constitution civile du clergé avec des individus comme l’abbé Grégoire ou Sieyès !
    De Bonald ne pouvait être que pour le pouvoir papal et l’autorité du roi, cependant son éducation oratorienne a-t-elle influencé sa pensée et ses réflexions futures dans son ouvrage Théorie du pouvoir politique et religieux ?

    Je m’arrête là pour ce soir. Je pense que nous avons déjà largement matière à discussion.

    Merci par avance de vos réponses.
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    FA
    Varlet

    Hors ligne

    Inscrit le: 09 Jan 2010
    Messages: 14
    Localisation: Paris / Val d'Oise

    MessagePosté le: 04/04/2010 22:31:40    Sujet du message: Louis de BONALD Répondre en citant

    Bonsoir,

    Une question très simple pour ma part :

    - Quelles différences établissez-vous entre la pensée de Bonald et celle de Maistre ?

    Cordialement,

    Franck
    _________________
    " FLUCTUAT NEC MERGITUR "
    Revenir en haut
    Visiter le site web du posteur
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 05/04/2010 10:07:12    Sujet du message: Louis de BONALD Répondre en citant

    Très bonne remarque!
    Le parallèle avec J de Maistre qui est contemporain de Bonald.
    Son éducation et son soutien indéfectible aux Jésuites conforte sa position sur ces idées monarchiques tandis que son appartenance à la franc-maçonnerie sont contradictoires bien qu'il se soit défendu d'y voir une cause à effet.
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Orlik
    Membres de pleins droits du forum

    Hors ligne

    Inscrit le: 14 Nov 2009
    Messages: 6

    MessagePosté le: 13/04/2010 15:09:05    Sujet du message: Louis de BONALD Répondre en citant

    Chers amis, voici deux séries de questions plus que pertinentes.
    Je commence par Bonald et Maistre.

    Premier point à garder à l’esprit, ces deux noms ne sont pas pour rien si souvent cités ensemble : nous sommes en présence de deux contemporains, liés d’amitié, et dont les pensées sont extrêmement proches, au point que l’on a pu parler de « Castor et Pollux de la Contre-révolution ». Je ne puis que conseiller la lecture de leur correspondance.
    Cependant, bien entendu, chacun a ses particularités, et les principales qui pourraient distinguer Bonald de Maistre suivent selon moi quatre axes:

    - conceptions théologiques :
    Maistre est extrêmement providentialiste, et considère avant tout la révolution comme un châtiment divin ; le Dieu maistrien est par ailleurs très « vétérotestamentaire », juge suprême des actes de l’humanité qu’il dirige ou sanctionne.
    Bonald accorde moins de place à la Providence qu’à une vision téléologique de l’histoire, qui, suivant la ligne Création – Incarnation – Parousie, obéit à une logique préconçue au sein de laquelle la révolution fait davantage figure d’erreur humaine, grave dans ses conséquences mais n’excluant pas une régénération sociale sur des fondements retrouvés et renforcés. Le Dieu bonaldien est plus « abstrait », moins « personnel » que celui de Maistre : c’est chez Bonald la notion d’ordre divin, synonyme d’ordre naturel, qui prévaut, ordre fixé dès la Création et dont Dieu veut la conservation (notion fondamentale chez Bonald).
    Par ailleurs, le passage de Maistre dans la maçonnerie a laissé chez lui un goût certain pour le symbolisme et l’ésotérisme, avec une fascination pour l’aspect occulte des événements et des doctrines, tandis que Bonald est rigoureusement fidèle à la Tradition catholique romaine, au point qu’on ait pu parler chez lui de pensée théocratique. Son interprétation du droit divin est à cet égard très pertinente.

    -universalisme
    Maistre assume une vision européo centrée du politique, tandis que Bonald a une visée universelle. Pour le premier, l’ « homme » n’existe pas, la diversité des peuples rendant leurs coutumes nécessairement différentes ; sur ce point il se rapprocherait de la théorie des climats de Montesquieu (avec bien entendu des conclusions différentes). Bonald considérant au contraire que l’ordre monarchique est la retranscription dans l’ordre terrestre de l’ordre divin, y voit le seul système de gouvernement vrai (il parle alors de sociétés « constituées », c'est-à-dire conformes aux Principes Premiers).

    -place de la violence
    Le monde Maistrien est un monde violent, fatalement déchiré d’antagonismes et où la guerre est un mal nécessaire, voire rédempteur et purificateur ; en effet la notion de sacrifice est au cœur de la pensée maistrienne ; Bonald condamne quant à lui toute guerre autre que défensive ou sainte (croisades) et qu’ordre politique et paix diplomatiques sont synonymes : la république, régime instable et illégitime, est nécessairement conquérante, afin de porter au-delà des frontières les conflits que son imperfection tient en germe permanent et en font le terrain de prédilection des guerres civiles. En revanche, un Etat « constitué » tend vers l’équilibre, et donc la paix.

    -style
    Les deux auteurs ont un style très XVIIIème, avec cependant des différences essentielles : celui de Maistre est brillant, vif, ironique, il aime l’aphorisme et la belle formule, ce qui le rapproche de Rivarol et en ferait une sorte de « Voltaire contre-révolutionnaire ». Bonald a une écriture plus grave, raisonnée, marquée par l’esprit de système, le recours permanent à la démonstration logique, ce qui lui a valu de la part de certains critiques une réputation d’auteur à la lecture plus aride. De fait, sa Théorie du Pouvoir, écrite sans vocation littéraire aucune et considérée comme une œuvre de combat et non de littérature, fait primer l’irréfutabilité de la réflexion sur la facilité du raccourci plaisant ou de a métaphore brillante. Au fil des œuvres cependant, son style devient de plus en plus agréable à lire, en particulier dans les formes courtes et polémiques qu’implique l’article de presse.
    _________________
    L'Honneur est sauf.
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 23/04/2010 21:49:07    Sujet du message: Louis de BONALD Répondre en citant

    Merci Cher Orlik,
    Si vous répondez abondamment sur le parallèle entre Maistre et Bonal, je reste cependant un peu sur ma faim quand à mes questions sur le fait qu'il présentait ou non la Révolution.
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 23/05/2017 06:54:04    Sujet du message: Louis de BONALD

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Culture Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers: