Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    LE MYTHE DE L'ETAT PALESTINIEN AU SECOURS DU SIONISME

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Actualité, société
    Sujet précédent :: Sujet suivant  
    Auteur Message
    loeil19
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Fév 2010
    Messages: 131
    Localisation: lille

    MessagePosté le: 05/03/2010 00:18:52    Sujet du message: LE MYTHE DE L'ETAT PALESTINIEN AU SECOURS DU SIONISME Répondre en citant

    Le Parti Anti Sioniste nous dévoile les manœuvres diplomatiques de Messieurs Sarkozy et Kouchner concernant leur politique au Moyen Orient et plus particulièrement en Palestine. Ils deviennent soudainement les partisans de la création d’un « Etat palestinien ». Cela cache d’autres desseins.
    L’Entité sioniste affaiblie tant sur le plan politique, économique, moral que militaire la conduit à chercher son salut dans une fuite en avant, c’est-à-dire une agression contre la République Islamique d’Iran et ses alliés dans la région.


    Citation:

    ***PG

    Grande-Synthe,
    Le 02 mars 2010


    Le mythe de l’état palestinien au secours du sionisme (1ère partie)

    Les manœuvres diplomatiques de Messieurs Sarkozy et Kouchner


    Depuis quelques jours, le Ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner et le Président de la République française Nicolas Sarkozy ont lancé une offensive « diplomatique » prônant la création d’un « État palestinien».

    Dans un entretien au Journal du Dimanche (19 février 2010), répondant aux questions, M. Kouchner déclare : «On peut envisager la proclamation rapide d’un État palestinien et sa reconnaissance immédiate par la communauté internationale, avant même la négociation sur les frontières. Je serais tenté par cela.» Parlant des autres pays européens, il ajoute : « Je ne suis pas sûr d’être suivi, ni même d’avoir raison.»

    Même si par la suite le Premier Ministre François Fillon a quelque peu tempéré les propos de M. Kouchner (comme devait le faire également M. Sarkozy), l’idée d un État palestinien est à nouveau dans l’air. Cela correspond au programme pour la création d’un État palestinien en 2011 présenté par le Premier Ministre de l’Autorité Palestinienne Salam Fayyad.

    En résumé l’idée est la suivante : convaincre les 27 États de l’Union Européenne de reconnaître un État palestinien d’ici à 18 mois et cela, même en dehors du cadre des négociations entre l’Autorité Palestinienne et Israël. M. Kouchner de préciser «avant même la négociation sur les frontières.» Pour donner plus de consistance à l’affaire, le Ministre espagnol des Affaires Étrangères Miguel Angel Moratinos est associé au projet (Tribune dans le quotidien Le Monde intitulée « à quand l’État palestinien ?» en date du 22 février 2010).

    Pour mieux appuyer son propos, M. Kouchner ajoute : «La France forme des policiers palestiniens, des entreprises se créent en Cisjordanie» (JDD cité plus haut). Dans le blog du Monde Diplomatique du 22 février, on apprend par une dépêche de l’AFP du 21 février qu’un haut responsable israélien sous couvert d’anonymat, a déclaré que l État hébreu s’opposait à la proposition de M. Kouchner.
    Les naïfs et les adeptes de «deux États démocratiques côte-à-côte» vont sans doute penser que la politique française au Moyen-Orient retrouve une position plus équilibrée, moins alignée sur la politique israélienne, la réaction négative de Tel Aviv servant à faire croire qu’il y aurait opposition entre le Quai d’Orsay et l’entité sioniste !

    Voyons cela de plus près et cherchons à situer cette manœuvre, car il s’agit bien là d’une manœuvre, dans le contexte international actuel.

    Quelles sont les principaux traits de la situation ?

    - Crise économique et financière systémique durable et qui va en s’aggravant (augmentation du chômage et de la pauvreté aux USA et dans l’Union Européenne avec une Grèce en faillite : premier maillon peut-être de toute la zone Euro.)
    - Enlisement des États-Unis et de ses alliés en Afghanistan où tout le monde sait qu’aucune solution militaire n’est envisageable.
    - Montée en puissance de la Chine sur le plan économique et politique ainsi que de la Russie (devenue essentiellement exportatrice d’hydrocarbure et
    d’armement.)
    - Enfin, et c’est sans doute un élément déterminant, renforcement continuel, tant politique que militaire, du Front de la résistance au sionisme (République Islamique d’Iran, Syrie, Hezbollah et Hamas dont l’influence s’étend en Cisjordanie aux dépens de l’Autorité palestinienne.

    Dans cette conjoncture, l’Entité sioniste est affaiblie tant sur le plan politique, économique, moral que militaire. Cet affaiblissement permanent conduit nécessairement le sionisme à chercher son salut dans une fuite en avant, c’est-à-dire une agression contre la République Islamique d’Iran et ses alliés dans la région.

    Une telle agression soulève des problèmes considérables. En effet, une attaque contre l’Iran pour être efficace, risque fort d’être nucléaire avec des conséquences militaires, politiques et morales incalculables. Sans préjuger du rôle de la Russie et de la Chine, des frappes contre l’Iran peuvent engendrer un Tsunami politique balayant tous les régimes arabes complices du sionisme.
    Il faut donc anesthésier l’opinion musulmane en lui proposant une compensation. Et c’est ici que la manœuvre de la diplomatie française prend tout son sens.

    Depuis que « l’Obamania» a échoué au Proche-Orient et dans l’opinion publique mondiale (continuation de la colonisation israélienne malgré les « avertissements » de M. Obama, renforcement de l’aide militaire américaine à Israël et menaces d’agression de plus en plus précises contre l’Iran), c’est en partie sur l’Union Européenne et les dirigeants Arabes dits « modérés » en fait, complices du sionisme, que l’entité sioniste cherche à s’appuyer. Les États-Unis quoique affaiblis demeurent en arrière garde. Cette alliance (Israël, Union Européenne et pays musulmans complices) a déjà fonctionné lors de l’agression sioniste contre la population de Gaza. Souvenons-nous des allers-retours Paris-Le Caire-Tel Aviv de M. Sarkozy afin de permettre aux sionistes de continuer leur œuvre de destruction à Gaza. Pendant ce temps, M. Obama déjà élu mais non encore investi à la Maison Blanche, s’est distingué par son silence.

    La précipitation avec laquelle les dirigeants français veulent la création d’un «État palestinien» participe de la même logique : isoler le Hamas, seule force combattante de la Résistance palestinienne et l’Iran en vue d’une agression.
    Nous reviendrons dans un article ultérieur sur le véritable but de cette manœuvre diplomatique de la France.

    Le Président,
    M. Yahia Gouasmi
    Grande-Synthe,
    Le 04 mars 2010




    Citation:
    Le mythe de l’État palestinien au secours du sionisme (2ème partie)

    Les manœuvres diplomatiques de Messieurs Sarkozy et Kouchner


    Cette «nouvelle» proposition de M. Kouchner n’est pas au demeurant si nouvelle que ça. C’est la reprise de la «Feuille de route» rendue publique en 2003 et prévoyant en 3 phases pour «la Création d’un État palestinien au plus tard en 2005».

    Les Palestiniens ont pu constater sur le terrain et dans leur chair les effets de la «Feuille de route» : construction du Mur de la Haine, bombardements au phosphore blanc sur la population de Gaza, intensification de la colonisation israélienne dans les Territoires occupés et dans Jérusalem avec son cortège d’expropriations et d’expulsions. A noter que M. Moratinos avait activement participé en 2003 à la rédaction de la «Feuille de Route».

    Il est intéressant de remarquer que dans son entretien dans le Journal du Dimanche, M. Kouchner précise : «c’est la construction d’une réalité : la France forme des policiers palestiniens, des entreprises se créent en Cisjordanie... ». Nous ne savons pas si ces policiers palestiniens sont entrainés en France dans les mêmes salles que celles mises gracieusement à la disposition des milices sionistes du Bétar et de la LDJ (Ligue de défense juive). Mais il est symptomatique que M. Kouchner associe dans la même phrase, la formation des policiers et les investissements en Cisjordanie, souvent détournés pour servir à corrompre certains politiciens palestiniens «dociles» et disposés à reconnaître la légitimité de l’entité sioniste. C’est en quelque sorte la vieille politique de la carotte et du bâton.

    L’audace de M. Kouchner va jusqu’à prôner : un «État palestinien sur la base des lignes de 1967 avec échanges de territoires et Jérusalem comme capitale des deux États.» Ce qui ne l’empêche pas d’affirmer plus loin : «Vouloir assurer des garanties à l’Identité juive d’Israël». (Que deviennent alors les Israéliens non juifs ?)
    Bien entendu, il est souhaité une paix définitive entre la Syrie, le Liban et Israël.
    M. Kouchner et M. Sarkozy seraient-ils devenus des dirigeants soucieux du peuple palestinien ? Non, il y va tout simplement de la sécurité d’Israël à long terme car ajoute M. Kouchner au JDD : «dans cette région, d’autres menaces autrement plus préoccupantes exploitent l’impasse palestinienne à des fins de propagande et de diversion politique».

    Et c’est là que se trouve le véritable sens de la manœuvre diplomatique française essayant d’y entrainer l’Union Européenne : venir au secours d’Israël en renforçant les régimes en place dans la région afin de prévenir une Intifada généralisée dans tout le monde musulman en cas d’agression contre l’Iran. Et cela au prix d’un pseudo État palestinien sans frontières définies et ayant Jérusalem comme capitale ; sans doute quand tous les Palestiniens en auront été expulsés !

    Il s’agit en fait d’isoler le camp de la Résistance (Iran, Syrie, Hezbollah et Hamas), de donner les moyens politiques et matériels à l’Autorité palestinienne pour briser le Hamas et tromper à nouveau l’opinion publique notamment musulmane.

    L’entité sioniste traverse actuellement la période la plus difficile de son histoire en attendant sa disparition définitive. La paix armée actuelle l’affaiblit chaque jour et une nouvelle guerre dans la région (contre le Liban ou l’Iran) pourrait signifier son suicide. Cette situation «ni guerre, ni paix » use chaque jour davantage le sionisme dans le monde.

    Alors, la diplomatie française s’efforce de rendre POLITIQUEMENT ACCEPTABLE à l’opinion musulmane une future agression. Tout cela dans le contexte de crise générale que traverse l’USraël. Cette aide à Israël dictée par le lobby sioniste en France a pourtant peu de chance d’être couronnée de succès.

    Tout d’abord, parce que les peuples de la région savent par expérience que le sionisme par définition, se considère au-dessus de tout Droit International.
    Ils savent que les résolutions des Nations-Unies ne sont jamais appliquées par Israël et que dans le monde, le lobby sioniste est là pour assurer l’impunité à Tel-Aviv.
    Les peuples de la région savent surtout depuis la Révolution Islamique d’Iran, les victoires politiques et militaires du Hezbollah et du Hamas que, non seulement la Résistance au sionisme est possible, mais qu’elle est leur SEULE VOIE de survie face à un ennemi qui ne connait que la force et la volonté de domination.
    Ajoutons qu’ils savent aussi que le Gouvernement français actuel n’est plus celui du Général de Gaulle mais un pouvoir totalement inféodé à Tel-Aviv et à son lobby en France : le CRIF. Ils savent aussi que de plus en plus de Français et de citoyens de l’Union Européenne n’ont aucune envie d’être complices de la politique israélienne et de se voir entrainés dans une guerre qui, non seulement n’est pas la leur, mais qui surtout est totalement immorale.

    Nous savons qu’en France de nombreux amis sincères de la cause palestinienne sont encore trompés par la théorie «des deux États démocratiques côte-à-côte.» Cette théorie n’est qu’une illusion soigneusement entretenue par le sionisme et ses complices pour diviser le peuple palestinien ainsi que ses amis en France.

    Mais la réalité, la dure réalité est toujours la meilleure école de la vie. Cela s’applique également au combat politique et nous sommes convaincus que très prochainement, les vrais amis du peuple palestinien seront tous rassemblés dans le combat contre le sionisme.





    Le Président,
    M. Yahia Gouasmi

    ***PG
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 05/03/2010 00:18:52    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 05/03/2010 13:27:39    Sujet du message: LE MYTHE DE L'ETAT PALESTINIEN AU SECOURS DU SIONISME Répondre en citant

    Très rapidement quelques remarques.

    Cela fait des décennies que l’on parle de la création de l’état palestinien… Il n’y a rien de nouveau sous le soleil palestinien!
    Les élucubrations d'un Kouchner sont simplement un moyen d'exister médiatiquement pour lui dans une période assez creuse en catastrophe humanitaire. Haïti est un peu loin et médiatiquement risquait de rappeler l'affaire de l'Arche de Zoé. On a vu avec quel zèle il n'y a eu aucune précipitation... Le Chili n'en parlons même pas.
    Reste pour exister à Kouchner à enfourcher la seule vieille carne de bataille: Le conflit palestinien!
    Quoi de plus généreux et qui ne coûte rien? C'est de la pub gratos relayée complaisamment par des gros médias complices ou intéressés.

    première partie.

    — Il n’y a pas à convaincre les 27 pays européens pour reconnaître un état Palestinien puisque nous avons maintenant Catherine Ashton à la diplomatie Européenne. Il suffit qu’elle décide pour que cela est valeur des 27 !

    — Les conséquences d’une attaque de l’Iran sont exactement celles que l’on donnait déjà lors de la première guerre du Golfe. On sait que cela n'a rien changé.

    — Il n’y aura jamais de frappe nucléaire des occidentaux (hormis Israël) sauf à devoir répliquer à une attaque nucléaire de l’Iran qui n’a pas encore la bombe et surtout qui, si elle cherchait bien à l’avoir, serait uniquement pour sanctuariser son territoire. De plus diplomatiquement cela serait encore une grossière erreur que de mettre dans le même sac Arabes et Perses.

    Deuxième partie

    Citation:
    L’entité sioniste traverse actuellement la période la plus difficile de son histoire en attendant sa disparition définitive. La paix armée actuelle l’affaiblit chaque jour et une nouvelle guerre dans la région (contre le Liban ou l’Iran) pourrait signifier son suicide. Cette situation «ni guerre, ni paix » use chaque jour davantage le sionisme dans le monde.

    Je ne partage pas votre avis.

    — Si la paix affaiblie bien le sionisme et Israël, la guerre, bien au contraire, est le meilleur moyen de maintenir sa domination militaire, économique, politique et démographique.

    — Lapsus révélateur. « Ils savent que les résolutions des Nations-Unies ne sont jamais appliquées par Israël » Il faut lire "appliquées à Israël" ! Car les autres résolutions sont bien appliquées !

    Pour finir, je vous renvoie à cette vidéo. http://radiocourtoisie.leforum.eu/t5970-Quand-Attali-reve-de-Jerusalem-comm…
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 17/01/2017 23:16:20    Sujet du message: LE MYTHE DE L'ETAT PALESTINIEN AU SECOURS DU SIONISME

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Actualité, société Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers: