Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    Eric Besson inculte et médiocre, Marine Le Pen décevante

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Actualité, société -> Communiqués de presse
    Sujet précédent :: Sujet suivant  
    Auteur Message
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 19/01/2010 22:52:49    Sujet du message: Eric Besson inculte et médiocre, Marine Le Pen décevante Répondre en citant

    Bernard Antony a écrit:
    Ce jeudi sur Antenne 2 :Eric Besson inculte et médiocre, Marine Le Pen décevante, rien sur l’islam…

    L’émission de ce jeudi 14 sur Antenne 2 organisée autour d’Eric Besson, ministre de « l’immigration et de l’identité nationale », a fait apparaître que ce dernier était strictement incapable d’exprimer ce qu’était cette identité autrement qu’en invoquant, d’ailleurs sans le moindre talent, qu’elle reposait sur « les grands principes républicains ». Or, quiconque réfléchit un tant soit peu sait bien que ces principes étant d’ordre universel, par nature, ne définissent donc pas du tout la spécificité de l’identité humaine particulière, religieuse, historique et culturelle de la nation française constituée au fil des siècles depuis Vercingétorix.

    Eric Besson n’a pas du tout laissé filtrer qu’il aurait lu et médité les grandes œuvres sur la question, celles notamment de Paul Valéry et de Fernand Braudel, d’Henri Charlier et de Frédéric Mistral, et sur l’enracinement et l’universel, de Simone Weil et de Gustave Thibon.

    Il n’a pas pu exprimer que notre identité nationale était bâtie sur le socle des populations européennes, culturellement, religieusement et politiquement héritières de nos trois racines principales de civilisation : Athènes, Rome et Jérusalem ; et certes enrichie par bien des apports dus principalement à l’épopée française dans le monde.

    On a noté avec un peu de commisération qu’Eric Besson n’a cru bon d’évoquer l’origine nationale de sa mère que par une appartenance « méditerranéenne », sans vouloir préciser si celle-ci était française, espagnole, grecque ou turque, d’origine phénicienne, berbère ou numide.

    Cette évocation folklorique ou de type culinaire (huile d’olive, tajine, salade grecque) est certes sympathique mais tout de même insuffisante dans l’expression d’une identité de sa mère formulée par un ministre soi-disant de l’identité nationale. Cela est un peu fort de café (turc ?).

    Besson n’a guère répliqué à Marine Le Pen sur la question de l’immigration. Pourtant lorsqu’il a fait allusion à la position du F. N. contre les minarets mais en faveur des mosquées, là pouvait s’instaurer le vrai débat sur ce qui est au cœur de l’actuelle question sur notre identité nationale.

    Marine Le Pen s’est prudemment bien gardée de s’y aventurer. Car le débat devrait certes porter sur la conception que l’on a de la patrie, valeur périmée ou toujours actuelle. Il doit porter bien sûr sur l’immigration, l’intégration possible ou non de masses de population selon leur quantité et plus encore selon leur propre identité d’origine plus ou moins compatible avec l’assimilation. Mais surtout ce débat ne peut éviter la question la plus évidemment cruciale, celle qui touche le plus les Français, à savoir la possible ou non coexistence paisible et durable d’un islam en France sans cesse en expansion numérique et structurelle avec notre identité et aussi avec le principe de laïcité bien compris, c’est-à-dire de distinction des pouvoirs et des domaines du politique, du religieux, du culturel, du moral, du social.

    Or Eric Besson, comme la plupart des hommes politiques, semble tragiquement ignorant du fait que sauf fantôches parisiens ou professionnels de la « taqqya » (mensonge coraniquement autorisé), tous les penseurs musulmans s’accordent sur le fait, inlassablement répété, que l’islam, sur le modèle du gouvernement de son prophète à Médine, est un ordre totalisant au sein duquel on ne sépare pas le religieux de tous les autres domaines de la vie individuelle et sociale.

    Le débat aurait dû évidemment porter sur la réalité, anticipatrice de la nôtre, des cinquante pays musulmans dans le monde où jamais l’égalité de traitement n’est accordée aux non-musulmans et seulement une application plus ou moins dure du principe de la dhimmitude.

    Quant aux mosquées, avec ou sans minarets, elles sont, n’en déplaise aux discours de Jean-Marie et Marine Le Pen qui expriment leur confiance en un « islam de France », les lieux de pouvoir, bases de l’expansion islamique sociale et territoriale.

    La seule question que j’aurais posé à Marine Le Pen et à Eric Besson eût été la suivante : « Est-ce que les régions où l’islam est de moins en moins minoritaire ne deviendront pas dans un avenir proche des « autonomies islamiques » ? La France, la Belgique, l’Angleterre, l’Espagne et la Grèce ne verront-elles pas surgir de nouveaux Kosovos ? »

    La question est donc de savoir si l’islam, aujourd’hui, peut en France et en Europe, renoncer sincèrement à l’établissement futur de la charia, et à la dialectique du jihad ou de la dhimmitude.

    Qui peut aujourd’hui affirmer sérieusement que le pays réel islamique n’est pas de plus en plus celui de ce que l’on appelle l’islamisme alors que depuis plus de quarante ans l’évolution de la pensée islamique, dans tous les pays du monde musulman, marquée par le wahhabisme et le chiisme révolutionnaire, est celle d’une fermeture totale à la critique et à la discussion de ses fondements religieux et de son ordre sociétal. J’ai abordé cela dans mon petit livre « l’identité nationale et l’islam ». (1)

    Le Parti de la France, pour sa part, défend une conception équilibrée de l’identité française fondée à la fois sur les valeurs de l’enracinement et de l’universel, de la patrie, communauté de destin, accueillante pour qui le mérite, quelle que soit son origine, mais fermée à qui veut la conquérir.


    1) 15 euros franco à commander à Chrétienté-Solidarité, 70 boulevard Saint-Germain, 75005 PARIS.

    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 19/01/2010 22:52:49    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    El spirito
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 13 Oct 2007
    Messages: 195
    Localisation: Généralité d'Ile de France

    MessagePosté le: 19/01/2010 23:29:43    Sujet du message: Eric Besson inculte et médiocre, Marine Le Pen décevante Répondre en citant

    L'identité nationale qui repose sur"« les grands principes républicains "!!!!
    Donc,pas d'identité nationale avant 1789 c'est à dire qu'aucuns pekins de France et de Navarre ne se sentaient particulièrement Français malgré Philippe Auguste (Bouvines) ou Henri IV ("je vous appelle français...!")....y'en à qui confondent le concept de nation (depuis 1789) avec celui de patrie (depuis Clovis).

    Mais bon...on sait que ce débat de m.... n'etait là que pour en enterrer définitivement l'idée et accessoirement d'animer les prochaines élections!
    _________________
    Buvons à la crevaison de la gueuse !
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 20/01/2010 00:44:20    Sujet du message: Eric Besson inculte et médiocre, Marine Le Pen décevante Répondre en citant

    Votre remarque est parfaitement vraie cher El Spirito,

    Mais l'expression "identité nationale" n'est-elle pas un anachronisme pour ce qui remonte avant 1789?
    La nation française existe bien mais elle est constituée de sujets et non de citoyens.
    On est sujet du roi de France comme les Anglais sont encore des sujets de sa gracieuse majesté.

    En reprenant le mot dans le Petit Robert Lat. natio -> naître
    nacion v.1270 ; «naissance , race» 1160

    Le mot nation évolue au cours de l'histoire, mais il recouvre dès l'origine une notion de lieu de naissance géographique pour un groupe d'individus n'en déplaise à nos républicains!
    Pour s'en convaincre, prenons le mot dans sont sens médiéval : une nation est un groupe d'étudiants de même origine géographique étudiant dans une même université.
    Les nations se sont constituées dans la plupart des universités médiévales. (voir Nation universitaire)
    C'est dans ce sens qu'est fondé le collège des Quatre-nations par Mazarin.

    C'est aussi dans ce sens que les bénédictins de la Grande-Chartreuse nomme le bâtiment principal des prieurs "pavillon des 4 nations" qui accueille les 4 nations de l'ordre quand ils se réunissent (ils se regroupent selon leurs origines géographiques).

    Les nations sont donc le regroupement d'individus nés sur un même territoire.
    On revient encore une fois dans le droit du sang et du sol.
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Paxi
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 21 Oct 2007
    Messages: 2 690

    MessagePosté le: 20/01/2010 10:55:01    Sujet du message: Eric Besson inculte et médiocre, Marine Le Pen décevante Répondre en citant

    Une autre définition du mot nation, cher Roland, trouvée chez Mgr Laflèche (1818-1898, prêtre catholique canadien, évêque du diocèse de Trois-Rivières, dans la province de Québec.[Roland]) dans son ouvrage sur le patriotisme :
    Citation:
    On pourrait dire que la nationalité est l'ensemble des qualités ou conditions qui constituent la nation. Mais que faut-il entendre par nation, et quelles sont les qualités et conditions qui la constituent? Le mot nation, dans son sens étymologique et ordinaire, signifie postérité, descendance d'une famille. C'est la propagation et l'extension de celle-ci par le sang d'abord, par l'adoption ensuite. Ainsi le sens rigoureux et véritable du mot nation est l'ensemble des descendants d'une même famille. Dans l'histoire des temps les plus reculés, dans le plus auguste des livres, dans la sainte Écriture, les expressions famille et nation sont quelquefois prises l'une pour l'autre comme signifiant en quelque sorte la même chose. Et en remontant à l'origine des nations, l'histoire sacrée et la profane nous montrent également que la plupart d'entre elles tiraient leur nom du chef de la famille dont elles descendaient. La nation, c'est la famille en grand, dans son parfait développement; la famille, c'est la nation en petit, comme en germe....

    ....L'unité du langage est une qualité distinctive, une condition nécessaire, un des éléments qui constituent la nation.....

    ....Donc la révélation, d'accord avec la nature, nous dit que le premier élément constitutif d'un peuple, qu'un des liens les plus puissants pour le retenir en corps de nation, C'EST L'UNITÉ DE LANGAGE....

    ....C'est la seconde qualité ou condition qui constitue la nationalité: l'unité de foi, la foi de ses ancêtres....

    ....Ce qu'il faut entendre par le mot nationalité. C'est un peuple qui parle la même langue, qui a la même foi, et dont les mœurs, les coutumes, les usages et les lois sont uniformes. Si l'on affaiblit ou si l'on détruit l'un de ces liens, on n'anéantit pas la nationalité, mais on l'affaiblit d'autant. Lorsque ces trois liens ont été brisés, la nationalité a disparu, elle a cessé d'exister....


    L'immigration accélérée en France, depuis la révolution et surtout depuis ces cinquante dernières années est une destruction délibérée de la Nation Française.

    Qu'est devenu notre patriotisme ?
    Citation:
    ....Cette expression, comme on le sait, est dérivée du mot patrie, en latin patria. Dans son sens étymologique, elle signifie terre paternelle; et les Latins avaient consacré cette expression dans leur langue pour désigner le territoire que leur avaient légué leurs ancêtres et qu'ils devaient eux-mêmes à leur tour transmettre à leurs descendants comme un dépôt sacré. C'est précisément le même sens que nous attachons à notre mot français patrie....

    ....Nous saurons donc à quoi nous en tenir sur le véritable sens du mot patriotisme: c'est l'amour de notre pays, du sol où reposent les cendres de nos ancêtres; c'est rattachement inviolable à la langue de notre mère, à la foi de nos pères; c'est le respect de nos institutions et de nos lois. Quiconque a ces sentiments profondément gravés dans le coeur est un véritable patriote. Mais quiconque méprise, dénigre, combat la moindre de ces choses que nous ont léguées nos pères, n'est pas un véritable patriote.... http://www.liberius.net/articles/Le_patriotisme.pdf

    _________________
    Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret
    qui ne doive être connu et mis au jour. Luc 8 : 17.
    La force des mauvais se nourrit de la lâcheté des bons. Pie X.
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 20/01/2010 11:36:55    Sujet du message: Eric Besson inculte et médiocre, Marine Le Pen décevante Répondre en citant

    Chère Paxi,
    Cette définition était celle incluse dans le rappel :
    Citation:
    En reprenant le mot dans le Petit Robert Lat. natio -> naître
    nacion v.1270 ; «naissance , race» 1160


    J'apportais simplement l'attention sur un point moins connu du mot et pourtant si lourd dans l'évolution du langage et donc du sens. Définition que les dictionnaires omettent en général.

    Par contre, dans votre citation, je soulignerais d'avantage l'aspect intemporel de la nation.
    La nation ne se limite pas à un groupe d'individus dans le temps, mais s'attache à l'ensemble de la filiation (ascendance et descendance).
    Cette idée d'intemporalité de la nation est la plus pertinente.
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Paxi
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 21 Oct 2007
    Messages: 2 690

    MessagePosté le: 20/01/2010 20:58:37    Sujet du message: Eric Besson inculte et médiocre, Marine Le Pen décevante Répondre en citant

    Ces extraits d'un texte d'Ernest Renan sur la nation :
    Citation:
    ...Le roi de France, qui est, si j'ose le dire, le type idéal d'un cristallisateur séculaire ; le roi de France, qui a fait la plus parfaite unité nationale qu'il y ait ; le roi de France, vu de trop près, a perdu son prestige ; la nation qu'il avait formée l'a maudit, et, aujourd'hui, il n'y a que les esprits cultivés qui sachent ce qu'il valait et ce qu'il a fait....

    ...La nation moderne est donc un résultat historique amené par une série de faits convergeant dans le même sens.Disons seulement que cette grande royauté française avait été si hautement nationale, que, le lendemain de sa chute, la nation a pu tenir sans elle....

    Une nation est une âme, un principe spirituel.
    Deux choses qui, à vrai dire, n'en font qu'une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L'une est dans le passé, l'autre dans le présent.L'une est la possession en commun d'un riche legs de souvenirs ; l'autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l'héritage qu'on a reçu indivis. L'homme, Messieurs, ne s'improvise pas. La nation, comme l'individu, est l'aboutissant d'un long passé d'efforts, de sacrifices et de dévouements. Le culte des ancêtres est de tous le plus légitime ; les ancêtres nous ont faits ce que nous sommes. Un passé héroïque, des grands hommes, de la gloire (j'entends de la véritable), voilà le capital social sur lequel on assied une idée nationale. Avoir des gloires communes dans la passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple. On aime en proportion des sacrifices qu'on a consentis, des maux qu'on a soufferts. On aime la maison qu'on a bâtie et qu'on transmet. Le chant spartiate : "Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes" est dans sa simplicité l'hymne abrégé de toute patrie....
    ...Dans le passé, un héritage de gloire et de regrets à partager, dans l'avenir un même programme à réaliser ; avoir souffert, joui, espéré ensemble, voilà ce qui vaut mieux que des douanes communes et des frontières conformes aux idées stratégiques ; voilà ce que l'on comprend malgré les diversités de race et de langue. Je disais tout à l'heure : "avoir souffert ensemble" ; oui, la souffrance en commun unit plus que la joie. En fait de souvenirs nationaux, les deuils valent mieux que les triomphes, car ils imposent des devoirs, ils commandent l'effort en commun....
    Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment des sacrifices qu'on a faits et de ceux qu'on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé ; elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune....

    ...À l'heure présente, l'existence des nations est bonne, nécessaire même. Leur existence est la garantie de la liberté, qui serait perdue si le monde n'avait qu'une loi et qu'un maître....


    Qu'est-ce qu'une nation ?
    Ernest Renan

    _________________
    Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret
    qui ne doive être connu et mis au jour. Luc 8 : 17.
    La force des mauvais se nourrit de la lâcheté des bons. Pie X.
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 20/01/2017 05:46:48    Sujet du message: Eric Besson inculte et médiocre, Marine Le Pen décevante

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Actualité, société -> Communiqués de presse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers: