Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    La grande finance place ses hommes

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Actualité, société
    Sujet précédent :: Sujet suivant  
    Auteur Message
    Paxi
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 21 Oct 2007
    Messages: 2 690

    MessagePosté le: 07/01/2010 17:33:22    Sujet du message: La grande finance place ses hommes Répondre en citant

    Citation:

    L'histoire nous enseigne que l'emprise des industriels et des banquiers sur les États ne date pas d’hier.

    C’est au temps de l'Entre-deux-guerres qu'il faut revenir pour comprendre comment l'emprise des industriels et des banquiers s'exerçait déjà sur l'État français. À cette époque, le terme des « 200 familles » désignait les deux cents plus gros actionnaires (sur près de 40 000) de la Banque de France. Édouard Daladier, président du Conseil, lors du Congrès radical de Nantes en 1934, déclarait que « deux cents familles sont maîtresses de l'économie française et, en fait, de la politique française (...) Elles placent au pouvoir leurs délégués. Elles interviennent sur l'opinion publique, car elles contrôlent la presse ».
    Dans les années 1920-1930, ce sont alors « les 200 familles » qui gouvernaient dans les faits, qui mettaient une politique extérieure au service d'une politique intérieure consacrée à la guerre des salaires. Parmi les plus riches, on comptait déjà la famille Seillière (32 millions). C'est le « comité des forges (acier) et des houillères qui disposait de la plus grande influence avec la famille de Wendel en premier lieu (Ernest Antoine Seilières et Françoise de Panafieu sont descendants des de Wendel), mais aussi les Schneider, les Rothschild... », explique Georges Sédillot. Le comité des forges est l'ancêtre de l’UIMM (Union des métiers et industries de la métallurgie), qui est actuellement un des organes patronaux les plus puissants. L'UIMM a eu affaire à la justice en décembre 2007, à travers l'ouverture d'une information judiciaire et la mise en examen de son ancien président, Denis Gautier-Sauvagnac, pour abus de confiance. La caisse noire, créée au sein de l'UIMM depuis des générations, aurait servi notamment à corrompre certains acteurs-clés.

    Les financiers de Vichy
    L'action de la banque Worms (membre du réseau de la synarchie) pendant la guerre de 1940 est assez analogue aux rôles des autres banques dans les gouvernements ou les États fascistes de l'époque. Le groupe Worms, un géant du transport international, des compagnies minières et des sociétés financières et immobilières, tenait sous sa coupe directe plus de la moitié de l'industrie française avant la Seconde Guerre mondiale. L'historienne Annie Lacroix-Riz, profitant de l'ouverture des archives officielles, a découvert qu'en France, la quasi totalité des hommes qui sont arrivés au pouvoir avec le maréchal Pétain appartenaient à l'équipe Worms, l'un des éléments-clés de cette organisation des financiers en France. Les services de renseignement britanniques durant la Seconde Guerre mondiale avaient déjà repéré le rôle du groupe Worms dans le gouvernement de Vichy.

    Ensuite, la synarchie se repose sur la Cagoule, une sorte de regroupement de membres des anciennes ligues. Cette dernière était une organisation secrète fondée par Eugène Deloncle et financée par le patron de l'Oréal, Eugène Schuller. La synarchie mise sur le duo Pétain-Laval jusqu'en 1941-1942, quand le vent commence à tourner avec l'entrée en guerre des États-Unis. Après cela, la synarchie se rabat sur Darlan, qui devient le numéro 2 du gouvernement de vichy, successeur attendu de Pétain, avant d'être - fort opportunément - assassiné en décembre 1942. Pendant son passage à Vichy, il a fait entrer toute une partie de la banque Worms dans le gouvernement.
    Quelques années auparavant, dès le gouvernement du Front populaire de 1936, et malgré le fait que Léon Blurn prônait une alliance avec Roosevelt, la synarchie s'était infiltrée dans le ministère de l'Économie nationale(...).L'une des premières tâches sera la mise en coupe réglée de l'économie en faveur des financiers. C'est ici qu'entre en scène le groupe Worms, dont trois membres participent à la rédaction du texte de la loi du 16 août 1940 : René Belin, Jacques Barnaud, Bichellone. Elle instaure une véritable dictature étatiste de l'économie, avec des comités d'organisations pour chaque branche de l'industrie, dirigés par un seul chef et qui font l'intermédiaire entre l'État et les entreprises. Cette loi du 16 août donne tout pouvoir à l'État sur le patronat. Avec la loi du 16 août 1940, « la synarchie bancaire se voit attribuer la totalité du pouvoir économique aux dépens de ceux qui en tenaient jusqu'alors les principaux leviers, c'est-à-dire le patronat industriel et ses organisations professionnelles. Tout se passe comme si, le 16 août 1940, à la faveur de la défaite, le patronat était passé entièrement sous la coupe des mafias bancaires », explique Lacroix-Riz(4).

    Ramifications
    On retrouve encore les ramifications de la banque Worms aujourd’hui. La société suisse Glencore et la banque française Paribas (chef de file d'un pool d'une dizaine de banques, la BNP, Worms, la Banque Populaire...) sont au cœur du système de prêts gagés sur le pétrole futur de l’Angola. Certains des membres et des représentants de ces différentes entreprises ont été inculpés dans le cadre du procès de l’Angola-gate qui a débuté en 2008.
    L'histoire récente confirme ces pratiques de collusion entre intérêts privés et intérêts publics. La Banque mondiale a souvent été dirigée par d'anciens membres, issus des grandes banques privées des États-Unis, ou de grandes transnationales. Par conséquent, les intérêts capitalistes des banquiers et des élites économiques ont leurs gardiens et cheminent au coeur des pouvoirs publics internationaux. Robert Strange McNamara fut président de la Banque mondiale d'avril 1968 à juin 1981. Les années précédant sa nomination, McNamara était considéré comme l'un des plus importants hommes d'affaires des États-Unis et devint à l'âge de 44 ans, président de la Ford Motor Company. Depuis le 1er juillet 2007, Robert Zoellick est le dixième président de la Banque mondiale. En 1997, il a été conseiller aux affaires internationales de la banque Goldman Sachs. Paul Wolfowitz fut le neuvième président de la Banque mondiale. Auparavant, il a été homme d'affaires et a mené une carrière de banquier. Puis il a été poussé à la démission pour népotisme en 2007.

    Intérêts privés
    Georges Pompidou, avant d'être président de la République, était un banquier. De 1945 à son élection comme président de la République en 1969, il exerça des fonctions au sein du gouvernement français tout en continuant, de 1954 à 1958 et de 1959 à 1962, à travailler au service de la banque Rotschild. Le 8janvier 1959, il devint directeur général de la banque Rothschild. Pourtant, il fut nommé en mars 1959 au Conseil constitutionnel où il siégea jusqu'en 1962. Il règne alors un grave manque d'indépendance entre les intérêts de l'État français et ceux des intérêts privés des banques.
    La Banque de France avait été nationalisée en 1945 par le général de Gaulle. Durant cette période, l'État avait retrouvé le contrôle sur le crédit et sur la monnaie. Mais le président Pompidou, l'homme des banquiers de l'époque, ne l'entendra pas de cette oreille. L’article 25 de la loi du 3 janvier 1973, de Pompidou et Giscard d'Estaing, « interdit au Trésor public d'être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France ». C'est à cette date que l'État français a de nouveau basculé sous l'emprise directe des banquiers privés.
    Contre ce type de dérive, le prix Nobel d'économie Maurice Allais estimait que « la création monétaire doit relever de l'État et de l'État seul. Toute création monétaire autre que la monnaie de base par la Banque centrale doit être rendue impossible » http://www.fangpo1.com/ja/content/view/923/2/


    Qui est Mme Annie Lacroix-Riz ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Annie_Lacroix-Riz
    _________________
    Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret
    qui ne doive être connu et mis au jour. Luc 8 : 17.
    La force des mauvais se nourrit de la lâcheté des bons. Pie X.
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 07/01/2010 17:33:22    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Actualité, société Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers: