Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification
    Aller à la page: 1, 2  >
     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Religion
    Sujet précédent :: Sujet suivant  
    Auteur Message
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 19/12/2009 19:42:15    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification

    On ne peut que se réjouir de cette bonne nouvelle.




    Toutefois, comme à leurs habitudes, les médias font encore une nouvelle fois à l'occasion de cette nouvelle le procès de Pie XII alors que tout dans l'histoire démontre que les affirmations selon lesquelles Pie XII aurait été un pape silencieux sont fausses, infondées et relèvent simplement d'une campagne de dénigrement calomnieuse. (voir sur ce forum les éléments historiques à propos de Pie XII, Voir ci dessous, un post que j'ai déjà donné. Pardon de me répéter, mais il est toujours utile de rappeler la vérité)

    Exemple de traitement de l'information.

    Citation:
    Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification

    Le pape Benoît XVI a approuvé un décret reconnaissant les "vertus héroïques" de son prédécesseur Jean Paul II et du pape Pie XII, avant-dernière étape avant leur béatification. Lire la suite l'article

    Une vive controverse pèse sur Pie XII, dont le pontificat (1939-1958) a englobé la Seconde Guerre mondiale, et que de nombreuses voix, notamment dans la communauté juive, accusent de n'avoir rien fait contre la Shoah.

    Le Vatican dément cette accusation et assure que Pie XII a oeuvré en toute discrétion, par crainte qu'une action ouverte ne nuise aux juifs et aux catholiques d'Europe.

    Des associations juives avaient demandé à Benoît XVI de mettre le processus concernant Pie XII entre parenthèses, le temps d'examiner davantage d'archives sur l'époque.

    La décision papale a suscité l'indignation de plusieurs de ces groupes.

    Le vice-président du Rassemblement américain des survivants du génocide juif et de leurs descendants, Elan Steinberg, a dénoncé une décision "profondément indifférente et irréfléchie", particulièrement au lendemain de la profanation du camp d'extermination d'Auschwitz.

    Il faisait référence au vol, vendredi par des inconnus, de l'inscription métallique "Arbeit macht frei" ("Le travail libère) ornant le portail d'entrée de l'ancien camp transformé en musée du souvenir.

    "Nous sommes profondément heurtés dans nos sentiments", a-t-il ajouté.

    De son côté, Abe Foxman, directeur de la Ligue anti-diffamation, l'une des principales organisations juives américaines, a estimé que l'annonce du Vatican était hâtive.

    PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE

    "Pourquoi se précipiter pour rouvrir les blessures avant l'examen des archives ? Parmi les documents rendus publics, aucun ne contredit encore la notion que Pie XII était 'le pape silencieux'", a-t-il estimé.

    Les deux défunts papes auront désormais le titre de "vénérables".

    L'étape suivante est la reconnaissance d'un miracle.

    Celle-ci devrait intervenir pour Jean Paul II au début de l'année prochaine, avant la béatification, dernière étape avant la canonisation et la reconnaissance comme saint.

    En mai 2005, un mois après la mort de Jean-Paul II, Benoît XVI avait dispensé l'Eglise de suivre la règle imposant en principe un délai de cinq ans après le décès pour toute ouverture d'un procès en sainteté.

    Lors des funérailles du pape polonais, le 8 avril 2005, de nombreux fidèles massés sur la place Saint-Pierre scandaient "Santo Subito" ("saint tout de suite").

    Les premières phases de la procédure, qui prennent généralement des décennies, voire des siècles, ont été achevées en trois ans dans le cas de Jean-Paul II.

    Les autorités catholiques affirment avoir découvert un miracle lui étant attribué. Une religieuse française, Marie Simon-Pierre, affirme avoir été guérie de la maladie de Parkinson deux mois après la mort de Jean-Paul II après lui avoir adressé des prières.

    Si Benoît XVI reconnaît ce miracle, ce qui est probable, Jean-Paul II pourra alors être béatifié. Un deuxième miracle est nécessaire pour la dernière étape, la canonisation.

    Le Vatican a, par ailleurs, annoncé que le père Jerzy Popieluszko, prêtre polonais assassiné en 1984 en raison de sa proximité avec le syndicat Solidarité, pouvait être considéré comme un "martyr de la foi" et serait béatifié.

    Philip Pullella, version française Jean-Stéphane Brosse, Gregory Schwartz et Jean-Loup Fiévet






    Pie XII silencieux?
    message du 20/05/2009 17:14:54
    http://radiocourtoisie.leforum.eu/t5082-Le-pape-l-Afrique-et-les-occidentau…C'est "amusant" ou "énervant" d'entendre toujours les mêmes imbécillités!

    Élu pape le 2 mars 1939 sous le nom de Pie XII, on pourrait se demander pourquoi Eugenio Maria Giuseppe Giovanni Pacelli aurait eu besoin de rédiger une nouvelle encyclique dénonçant le nazisme alors que depuis 1930 Mrg Pacelli avait été le secrétaire d’Etat de Pie XI et qu'il fut derrière toutes les grandes déclarations et dénonciations du nazisme faites sous ce pontificat ?
    Pourtant, c'est ce qu'il fait sans attendre en octobre 1939 dans "Summi Pontificatus" qui réaffirme la doctrine catholique de l’unité du genre humain (rappelant encore une fois le décret du Saint-Office de 1928 qui condamnait « la haine contre le peuple jadis élu de Dieu »)
    Est-ce cela être silencieux?

    Ce qui est aussi énervant, c'est de laisser croire que l'élection d'un nouveau pape annulerait tout ce qui avait été dit et écrit au par auparavant!?
    L'église est une et indivisible et est surtout la continuité de Pierre.
    Un pape n'est pas un président d'une nation qui fluctue au gré d'élections.
    Un pape s'inscrit dans la vérité.
    Celle-ci ne change pas. C'est une constante.

    Dès lors, les paroles et les actes de ses prédécesseurs deviennent ses actes, au propre comme au figuré. Pie XII ancien secrétaire d'état de Pie XI et son successeur fut donc tout sauf silencieux.

    On sait tous que le « Mythe du XXe Siècle » qui est considéré comme l’ouvrage le plus important dans l’élaboration de la doctrine nazie, du théoricien nazi Alfred Rosenberg a été mis à l’Index par l'Église en 1934 et que l'encyclique « Mit Brennender Sorge » publiée le 10 mars 1937 a condamné clairement et fermement le national-socialisme. C'était déjà Pie XII.
    En effet, en février 1937, Mgr Pacelli convoquait au Vatican le président de la conférence épiscopale allemande, le cardinal Bertram, et quatre évêques qui sont des amis personnels : Mgr von Preysing (Berlin), Mgr Schulte (Cologne), Mgr von Faulhaber (Munich) et Mgr von Galen (Münster). Il fut décidé de rédiger un texte condamnant le national-socialisme. Une première version, œuvre de Faulhaber, fut durcie par Pacelli lui-même. Signée ensuite par Pie XI, imprimée secrètement en Allemagne, l'encyclique Mit Brennender Sorge (« Avec un souci brûlant ») fut lue en chaire, le 21 mars 1937, dans les 15 000 églises catholiques du pays.

    On sait sans doute moins qu'en avril 1938, la congrégation romaine des séminaires et universités publia un Syllabus condamnant les théories racistes.
    Ce Syllabus fut adressé aux établissements catholiques du monde entier. Il est déclaré dans le préambule que :

    « les maîtres devront s’appliquer de tous leurs moyens, à emprunter à la biologie, à l’histoire, à la philosophie, à l’apologétique, aux sciences juridiques et morales, des armes pour réfuter avec solidité et compétence les assertions insoutenables qui suivent :

    l°) » Les races humaines, par leurs caractères naturels et immuables, sont tellement différentes que la plus humble d’entre elles est plus loin de la plus élevée que de l’espèce animale la plus haute.
    2°) Il faut, par tous les moyens, conserver et cultiver la vigueur de la race et la pureté du sang ; tout ce qui conduit à ce résultat est, par le fait même honnête et permis.
    3°) C’est du sang, siège des caractères de la race, que toutes les qualités intellectuelles et morales de l’homme dérivent comme de leur source principale.
    4°) Le but essentiel de l’éducation est de développer les caractères de la race et d’enflammer les esprits d’un amour brûlant de leur propre race comme du bien suprême.
    5°) La religion est soumise à la loi de la race et doit lui être adaptée.
    6°) La source première et la règle suprême de tout l’ordre juiridique est l’instinct racial
    7°) Il n’existe que le Kosmos ; toutes les choses, y compris l’homme, ne sont que les formes diverses s’amplifiant au cours des âges de l’universel vivant.
    8°) Chaque homme n’existe que par l’État et pour l’Etat. Tout ce qu’il possède de droit dérive uniquement d’une concession de l’Etat.

    (Ces 8 propositions sont détestables, pardon de devoir les citer!)

    Devant de telles condamnations claires que pouvait donc rajouter de plus Pie XII ?
    Venir parler de juif ou non juif aurait été réducteur puisque l'on parle des hommes sans aucune distinction de race justement. Pire, cela aurait été même une faute. Elle ne fut pas commise.

    Silencieux dites-vous?
    On oublie encore qu'avant d'être élu pape le cardinal Pacelli, alors Cardinal secrétaire d’État, adressa en vain, de 1933 à 1939, 45 notes de protestations au gouvernement Allemand ! Est-ce cela être silencieux?

    C’est toujours Mgr Pacelli avant mars 1933, qui négociera contre la volonté d'Hitler le concordat avec la nouvelle Allemagne (les précédents concordats passés par Länders n'étant plus valables). Ce Concordat fut signé parce qu’en mars 1933 il y a eu la création du "Ministère du Reich pour l’éducation du peuple et de la propagande". Pour résister au nouveau régime, Pie XI souhaitait ce concordat pour préserver les droits de l’église et des familles chrétiennes allemandes (en matière d’éducation et de mariage) où les Catholiques ne représentaient que 32 % de la population qui se concentrait principalement en Bavière et en Rhénanie.

    Il ne faut pas non plus oublier que c'est encore Mgr Pacelli qui un an avant ce Concordat, avait en 1932 présidé la conférence de Fulda qui interdisait aux Catholiques d’adhérer au Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP). Une preuve de plus de la dénonciation des idées nationales socialistes !
    Est-ce cela être silencieux?

    Pour finir, personne, pas même un juif contemporain de cette sinistre époque, n'aura oublié qu'en 1943 Pie XII compléta de 5 millions en or, la rançon qui fut extorquée par les Allemands à la communauté juive de Rome en l'échange de ne pas faire de déportation.
    Cette rançon n'ayant pas empêché les déportations Pie XII menaça de protester officiellement. Moyennant le silence du pape, l'ambassadeur von Weizsäcker obtint l'arrêt de la rafle : 4000 juifs romains furent sauvés, beaucoup trouvant refuge dans les couvents de la ville. La diplomatie vaticane, par des actions de ce type, a sauvé des centaines de milliers de personnes, entre 1943-1944, en Italie, en Slovaquie, en Croatie, en Roumanie et en Hongrie.

    Pie XII fut tout sauf silencieux et s'il le fut ce fut pour sauver des vies!


    ------------------------------------------
    Addendum Mardi 22 12 2009

    Le Salon Beige donne ce mardi 22 décembre une liste précieuse de sites, et commentaires utiles pour s'informer et trouver encore de nouveaux arguments dans le cas de contrer les calomnies qui ne manqueront certainement pas d'être encore formulées à l'avenir.

    Merci à Michel Janva et le Salon Beige pour leur travail.

    Je note toutefois, que les protestations des catholiques se font de plus en plus nombreuses et de plus argumentées à chaque attaque.
    On ne peut que se réjouir de la mobilisations des catholiques.
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL


    Dernière édition par Roland le 22/12/2009 16:30:24; édité 5 fois
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 19/12/2009 19:42:15    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Pierre
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 22 Sep 2008
    Messages: 218
    Localisation: Région Parisienne

    MessagePosté le: 20/12/2009 10:32:42    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    Merci Roland d'avoir rappelé ces points d'histoire.

    Et comme prévu, dès ce matin, la campagne de dénigrement anti Benoît XVI a commencé sur les radios généralistes (Président du CRIF sur Europe1).
    Revenir en haut
    Visiter le site web du posteur
    Mounsa
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 07 Sep 2009
    Messages: 120
    Localisation: Nantes

    MessagePosté le: 20/12/2009 16:40:04    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    N'étant pas catholique, je peux me permettre d'être critique envers la papauté. La béatification de Pie XII ne me choque aucunement, et d'ailleurs je ne me permettrai pas de la contester. Les intentions anti-catholiques des journaleux laïcards sont très claires.

    Par contre, Jean Paul II incarne pour moi, et peut être je me trompe, une sorte de néo-catholicisme. Je me demande comment il est perçu chez les catholiques dits traditionnalistes, et si ceux-ci peuvent se permettre d'être critique envers un pape.
    _________________
    «Ce qu'il y a d'enivrant dans le mauvais goût, c'est le plaisir aristocratique de déplaire.» Baudelaire
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 20/12/2009 17:09:26    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    Il n'y a plus guère de problème entre les traditionalistes et le pape.

    Une fraction de Catholiques ont refusé certaines applications excessives liées à Vatican II.

    Jean Paul II avait plus à faire avec la fin du communisme et le problème du dogme catholique était finalement secondaire face à d'autres priorités de l'époque. Il ne m'appartient pas de juger de ces priorités. Par contre dire qu'il serait une sorte de néo-catholique n'a aucun sens.

    Benoît XVI est au contraire un théologien qui remet le dogme au centre de toute discussion.
    Pour cette action, Benoît XVI m'apparaît être déjà un bien plus grand pape que Jean Paul II qui avait l'avantage pour lui d'être un pape jeune et médiatique. Médiatique, il l'est resté car ses actions l'étaient (sauf certaines systématiquement attaquées par les médias : préservatif, famille, avortement...)
    Benoît XVI en remettant les applications de Vatican II à leurs justes et vraies places, ceux que certains appellent un retour en arrière ou un durcissement, ne fait que rappeler l'importance du dogme qui depuis 1962 avait complètement été dévoyé. Cela ne plaît pas à tous les progressistes et aux non Catholiques, mais cela n'a guère d'importance.
    Le travail fait avec le Motu Proprio est en passe de gommer ce qui séparait les traditionalistes des autres Catholiques.

    Les papes n'ont d'ailleurs que vocation à rassembler toutes les communautés chrétiennes.

    Il est évident que les médias les athées ou d'autres membres d'autres religions n'ont pas leur mot à dire dans les décisions prises par l'Église.
    Imaginerait-on la presse juger du choix d'un Imam ou d'un rabbin?
    Imaginerait-on l'Église Catholique se permettre de dire aux Juifs et aux musulmans quel devrait être leur dogmes et comment l'appliquer?

    Non bien évidement.
    Pourtant c'est ce que se permettent de faire certains.

    Ces attitudes sont condamnables et l'on sait tous dans quels buts elles sont orchestrées.
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Mounsa
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 07 Sep 2009
    Messages: 120
    Localisation: Nantes

    MessagePosté le: 20/12/2009 17:46:52    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    Cher Roland,

    Merci pour ces éclaircissements.

    Roland a écrit:
    Il est évident que les médias les athées ou d'autres membres d'autres religions n'ont pas leur mot à dire dans les décisions prises par l'Église.
    Imaginerait-on la presse juger du choix d'un Imam ou d'un rabbin?
    Imaginerait-on l'Église Catholique se permettre de dire aux Juifs et aux musulmans quel devrait être leur dogmes et comment l'appliquer?

    Non bien évidement.
    Pourtant c'est ce que se permettent de faire certains.

    Ces attitudes sont condamnables et l'on sait tous dans quels buts elles sont orchestrées.


    Vous avez raison.
    En ce qui concerne Jean-Paul II, j'essaie de comprendre le point de vue des "traditionalistes". Si j'ai employé le terme de "néo-catholicisme", c'est que le "progressisme" et la "tradition" me semblent être antagonistes; or Jean-Paul II était présenté, peut être à tord, comme un "progressiste".
    _________________
    «Ce qu'il y a d'enivrant dans le mauvais goût, c'est le plaisir aristocratique de déplaire.» Baudelaire
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 20/12/2009 18:02:18    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    Oui effectivement Jean Paul II n'a jamais été un progressiste.
    C'est à tord que l'on à dit cela et sans doute toujours dans cette logique d'attaque contre l'église Catholique.
    Certains auraient voulu voir en lui un homme d'ouverture, mais ils sont en fait très minoritaires dans l'Église et même dans l'église de France.
    Pourquoi croyez vous que l'on donne la parole aux seuls progressistes dans les grands médias? Simplement pour donner l'illusions qu'ils sont majoritaires puisque l'on entendrait qu'eux.

    Mais la politique de Jean Paul II a montré le contraire. Le fait qu'il ait choisi Joseph Ratzinger (théologien, auteur et défenseur des doctrines et valeurs catholiques) comme préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi traduit bien l'orientation qu'il a voulu donner à son pontificat.

    L'élection de Benoît XVI est dans la logique et la continuité de l'Église.
    Une élection d'un pape n'est pas comme celle d'un président. Ce ne sont pas des hommes avec leurs caractères qui sont élus, c'est le successeur direct de saint Pierre, représentant de Dieu sur Terre.
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Paxi
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 21 Oct 2007
    Messages: 2 690

    MessagePosté le: 20/12/2009 20:37:58    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    Certaines vérités à rappeler :
    Citation:
    Nom de code : « Siège 12 » !
    (La Nef n°180 de Mars 2007)

    Depuis la pièce de théâtre Le Vicaire et les « documents irréfutables » sur laquelle elle s’appuie, l’Église est présentée comme « complice de l’Holocauste » et Pie XII comme « sympathisant d’Hitler ». Mais l’ancien patron des services secrets roumains vient de confesser que les documents sont des faux, créés par le KGB. Retour sur l’une des manipulations les plus réussies de l’histoire, l’opération « Siège 12 ».

    par Thomas Grimaux

    Étonnamment, jusqu’en 1963, personne ne pense à critiquer l’Église pour son rôle lors des années de guerre. Mais, à cette date, une pièce de théâtre, Le Vicaire, de Rolf Hochhuth, accrédite l’idée selon laquelle Pie XII aurait été un allié d’Hitler. Le producteur, Erwin Piscator, répond aux critiques formulées devant une telle œuvre partisane en avançant qu’il possède quarante pages de documents irréfutables. La polémique enfle. Des milliers d’articles, majoritairement à charge, sont publiés. La pièce est traduite en 20 langues, jouée partout, de Berlin à Londres, en passant par New York… En 2002, les Français découvrent le film Amen, de Costa Gavras, avec le jeune Matthieu Kassovitz. Le verdict est sans appel, l’Église est complice de l’Holocauste comme l’affiche le montre : une croix gammée est mêlée au crucifix avec ce simple mot pour titre Amen. Amen, c’est-à-dire « d’accord ».

    Mais voilà, coup de tonnerre, dans un article du 25 janvier 2007, le lieutenant général Ion Mihai Pacepa dévoile la machination connue sous le nom de code « Seat 12 », « Siège 12 ».

    De qui s’agit-il ? Du plus haut officier des services secrets de l’Est jamais passé à l’Ouest. De l’ancien « patron » des services roumains. Du maître d’œuvre de la manipulation. De quoi s’agit-il ? D’une formidable conspiration marxiste visant à discréditer l’Église, non plus en la taxant d’alliée de l’impérialisme américain mais en la présentant comme complice d’Hitler.

    La cible est trouvée, Pie XII – d’où le nom de l’opération « Seat 12 ».
    « En février 1960, précise l’ancien espion, Nikita Khrouchtchev approuva un plan secret destiné à saper l’autorité morale de l’Église dans les pays occidentaux. Eugène Pacelli, qui devint le pape Pie XII, fut sélectionné par le KGB comme cible principale de l’incarnation du mal parce qu’il décède en 1958. Or, “les hommes morts ne peuvent se défendre eux-mêmes” » et, Mgr Pacelli ayant servi comme nonce à Munich et Berlin, il est plausible de le présenter comme un « antisémite, encourageant l’Holocauste ». Mais, pour cela, encore faut-il des preuves. Bien sûr, elles n’existent pas. Alors le KGB décide de les fabriquer. Ce sera l’ambition de l’opération de manipulation « Siège 12 ».

    Moscou ne veut pas inventer un faux grossier mais changer « très légèrement » un mot ou une phrase réellement prononcés par le futur Pie XII. Mais pour connaître ces documents à falsifier, l’accès aux archives du Vatican est nécessaire.

    Or, si la demande émane du KGB, elle sera refusée. Les Soviétiques imaginent donc un stratagème, faire appel aux Roumains – c’est ici qu’apparaît Pacepa – pour qu’ils obtiennent cet accès aux archives. En 1959, Pacepa est donc envoyé, sous une couverture officielle, à la Mission roumaine d’Allemagne de l’Ouest. Pour « appâter » Rome, l’espion fait croire au Vatican que la Roumanie serait prête à restaurer les accords diplomatiques, rompus en 1951 entre son pays et le Saint-Siège.

    Deux conditions sont demandées à Rome. D’abord, l’ouverture de ces archives afin que les Roumains trouvent des éléments historiques disculpant leur pays de la rupture du traité. Le but officiel est simple : si les Roumains ont pris la décision de rupture, c’était à cause de faux rapports. Ils pourront ainsi expliquer ce nouveau retournement, sans perdre la face. Le Vatican doit également faire un prêt d’un milliard de dollars, remboursable sur 25 ans, sans intérêt. Cet argent relancera l’économie roumaine.

    Mais cette dernière demande – gigantesque – est un paravent. Moscou compte sur la logique humaine : devant un tel prêt, l’esprit est obnubilé par la somme et va concéder l’autre demande qui paraît alors subalterne.

    Les premiers contacts ont lieu et devant cette opportunité de voir se renouer la confiance avec un pays du bloc de l’Est, le Vatican tombe dans le panneau. S’il discute effectivement beaucoup sur la somme demandée (quand Pacepa quitta pour de bon son pays natal, en 1978, ces négociations duraient encore !), il accepte que trois prêtres roumains – en fait des agents du KGB – entrent aux Archives. Le ver est dans le fruit et les agents infiltrés envoient des centaines de documents au KGB, de 1960 à 1962.

    En 1963, le chef du Département de la désinformation du KGB, le général Ivan Agayants, l’un des plus grands manipulateurs de tous les temps, annonce que le plan d’attaque de « Siège 12 » est prêt : une pièce de théâtre intitulé Le Vicaire (en référence au Vicaire du Christ, nom désignant un pape) va paraître, s’appuyant sur des documents « prouvant » les faits incriminés. Il précise également que « le producteur, Erwin Piscator, est un communiste certain, entretenant depuis longtemps de bonnes relations avec Moscou. En 1929, il fonda le Théâtre prolétarien de Berlin et trouva asile en Union soviétique à l’accession au pouvoir d’Hitler, puis il “émigra” aux États-Unis. En 1962, Piscator retourna à Berlin-Ouest pour produire Le Vicaire. » La polémique est lancée et, pendant près de quarante ans, les mensonges présentant l’Église comme complice de l’Holocauste ont droit de cité.

    Aujourd’hui, les révélations du lieutenant général Pacepa, sur National Review Online, rétablissent enfin la vérité. Vérité historique confirmée par de nombreux témoignages rendant justice à l’action courageuse du pape, d’évêques, de prêtres, de religieuses et de simples laïcs en faveur des Juifs persécutés. Lors de l’hommage de la Nation aux Justes de France, au Panthéon le 18 janvier 2007, le président de la République en personne, Jacques Chirac, en citait certains noms. Certains noms parmi les 2600 Justes reconnus en France, petite partie des 21 000 Justes européens.

    Non, l’Église n’a jamais été complice du IIIe Reich. http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=360086

    _________________
    Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret
    qui ne doive être connu et mis au jour. Luc 8 : 17.
    La force des mauvais se nourrit de la lâcheté des bons. Pie X.
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 20/12/2009 23:17:36    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    Pour tous ceux que Pie XII  intéresse, je vous renvoie au site  http://www.pie12.com/.


    Vous y retrouverez témoignages, références et analyses.
    De quoi se forger une meilleure connaissance et trouer tout les arguments  pour combattre tout ses détracteurs.


    -------------------------------------------------------


    Pie XII, le plus grand sauveur de juifs au cours de la guerre
    Bernard Antony salue la décision de Benoît XVI: 
     
    Citation:
    "En décidant d’accorder simultanément le titre de Vénérable, annonciateur d’une béatification, à Jean-Paul II et Pie XIIle pape Benoît XVI manifeste une nouvelle fois combien la plus haute autorité de l’Eglise catholique ne se laisse pas impressionner par les campagnes des médias et des bureaux de la désinformation religieuse et politique
     
    Comme je l’ai rappelé et motivé dans mon Histoire des Juifs, dans le sillage sur ce point du père Blet et de Judith Cabaud, Pie XII, après avoir été le rédacteur des encycliques de Pie XI condamnant également le communisme (Divini Redemptoris) et le nazisme (Mit brennender Sorge), a été le plus grand sauveur de juifs au cours de la seconde guerre mondiale. Il protégea notamment efficacement la communauté juive de Rome, apportant toute son aide au grand rabbin Eugenio Zolli, dont Judith Cabaud a si bellement narré la vie et la conversion au Christ. Rappelons encore l’hommage que lui rendirent parmi ceux de dizaines de personnalités juives, Albert Einstein et le premier ministre de l’Etat d’Israel Madame Golda Meïr, n’en déplaise à certains responsables juifs d’aujourd’hui, mus par un triste ressentiment antichrétien. 
     
    L’acte de Benoît XVI constitue aussi un grand encouragement pour le rabbin américain David Dalin qui avec un grand nombre de ses confrères et de juifs éminents, ne cesse de défendre la grande mémoire de Pie XII si ignoblement salie. Pie XII, qui fut sans aucun doute le plus grand docteur catholique de l’époque moderne, se voit ainsi enfin reconnaître l’héroïcité de son action alliant la fermeté, la prudence nécessaire et la discrétion dans l’efficacité salvatrice." 
     



     
     

    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Terminator
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 18 Fév 2007
    Messages: 3 056

    MessagePosté le: 20/12/2009 23:27:52    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    Le webmestre de ce site pie12.com a d'ailleurs été reçu dans l'une des émissions de Radio Courtoisie, dans un Libre Journal dirigé par Bernard Antony, sauf erreur.
    _________________
    Felix qui potuit rerum cognoscere causas.
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 20/12/2009 23:37:40    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    Oui je recherche d'ailleurs les émissions sur le sujet. je viens de faire une demande sur l'émission du 27 juin 2007 seconde partie du Libre Journal de Daniel Hamiche qui recevait Pierre Gelin, directeur littéraire des éditions Tempora, qui publiait l'ouvrage du Rabbin Dalin
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 21/12/2009 03:49:06    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    Il est affligeant de voir que c'est le Figaro qui mène la charge contre Pie XII.

    J'invite les courtoinautes à aller faire part de leurs réactions et de voter sur le sondage organisé par ce torchon

    Approuvez-vous le souhait de Benoît XVI de béatifier Pie XII ?

    Ce Dimanche soir le résultat est de 44,26 % de OUI contre 55,74 % NON
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Pierre
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 22 Sep 2008
    Messages: 218
    Localisation: Région Parisienne

    MessagePosté le: 21/12/2009 16:22:46    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    A voté Wink
    Revenir en haut
    Visiter le site web du posteur
    Terminator
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 18 Fév 2007
    Messages: 3 056

    MessagePosté le: 22/12/2009 12:23:14    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    Le Figaro paraît se rendre compte que ses lecteurs pourraient être contrarié de son précédent article sur Pie XII, deux articles ce jour disponibles sur le Figaro.fr

    http://www.lefigaro.fr/le-talk/2009/12/21/01021-20091221ARTFIG00605-dire-qu…

    le Talk, Guillaume Tabard a écrit:
    «Dire que Pie XII n'a rien fait pour les Juifs est aberrant»

     
    21/12/2009 | Mise à jour : 19:34 | Commentaires 
     39 |
     Ajouter à ma sélection
    Invité du Talk Orange-Le Figaro, le Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, réagit à la polémique entourant l'élévation au rang de «vénérable» de Pie XII.




    http://www.lefigaro.fr/international/2009/12/21/01003-20091221ARTFIG00650-p…

    interrogeant Philippe Chenaux, Jean-Marie Guénois a écrit:
    «Pie XII était ferme sur la condamnation du racisme»  

    Propos recueillis par Jean-Marie Guénois
    22/12/2009 | Mise à jour : 00:02 | Commentaires 
     13 |
     Ajouter à ma sélection

    Le pape Pie XII. Crédits photo : ASSOCIATED PRESS
    Pour l'historien Philippe Chenaux, la réserve de Pie XII sur les crimes nazis et la Shoah «s'expliquait par le souci de ne pas provoquer des représailles contre les catholiques».

    Philippe Chenaux, historien, professeur à l'université du Latran (Rome), est l'auteur de Pie XII, diplomate et pasteur (Cerf, 2003).
    LE FIGARO. - Quel regard historique peut-on porter sur Pie XII ?
    Philippe CHENAUX. - L'attitude de Pie XII pendant la guerre a obéi aux principes qui ont toujours été ceux de la politique vaticane. Avec cette règle d'or : le bien des âmes. Et la nécessité de garantir la liberté de l'Église, qui passe par une politique de concordats et le maintien de relations plus ou moins bonnes avec les États. Pie XII a été marqué par cette tradition. C'est pourquoi il a cru bon et nécessaire de signer un concordat avec le Reich pour assurer une base juridique de défense à l'Église.
    L'Église a-t-elle condamné l'antisémitisme ?
    Le Saint-Siège a toujours condamné avec la plus grande fermeté le racisme sous toutes ses formes, et donc l'antisémitisme en tant que forme de haine de la race juive. Un décret du Saint-Office daté de 1928 condamne très explicitement l'antisémitisme comme forme de haine à l'égard du «peuple autrefois choisi par Dieu». Cette formulation montre qu'une tradition antijuive a subsisté dans l'Église. L'Église catholique se considérant comme le nouvel Israël. Cette tradition n'a pris fin qu'avec le concile Vatican II. On passe alors d'une théologie de la substitution, l'Église comme nouvel Israël, à une théologie de l'enracinement, fondée sur les textes de saint Paul.
    Mais que pensait Pie XII ?
    Il se situe dans ce cadre. Il est très ferme sur la condamnation du racisme, donc aussi de l'antisémitisme. Il sera d'ailleurs l'un des principaux inspirateurs de l'encyclique de Pie XI contre le nazisme, Mit brennender Sorge. Dans sa première encyclique, Summi Pontificatus, en octobre 1939, il reprendra largement les contenus de l'encyclique non publiée de son prédécesseur sur le racisme et l'antisémitisme, avec l'impossibilité pour l'Église d'accepter une discrimination à l'égard d'un groupe humain ou d'une race. Mais il était aussi un chrétien préconciliaire et n'avait pas vécu le renouvellement de la théologie catholique à l'égard de la théologie d'Israël. Même dans le texte de l'encyclique non publiée, des passages montrent que l'on est encore dans une tradition assez antijuive. En cela, il ne se distinguait pas d'autres hommes d'Église de sa génération.
    Mais pourquoi n'a-t-il pas parlé ?
    Il ne faut pas faire de cette tradition antijuive un élément déterminant qui expliquerait la raison d'un certain silence de Pie XII pendant la guerre à l'égard de la politique d'extermination nazie. La vraie raison de cette réserve a été le souci de ne pas aggraver les choses et de ne pas provoquer des représailles dramatiques et violentes contre l'Église et les catholiques.
    Pourquoi n'a-t-il rien dit après la guerre ?
    La propagande communiste est alors prompte à mettre en cause l'attitude de Pie XII pendant la guerre, l'accusant de ne pas avoir dénoncé les atrocités des nazis. Il n'a donc pas voulu donner d'arguments à cette partie adverse.
    Les archives du Vatican permettront-elles de clarifier ce dossier ?
    Je suis favorable à l'ouverture des archives. Mais, honnêtement, je ne pense pas que l'accès intégral à ces archives permettra de dissiper la polémique et le malaise qui entoure cette attitude de Pie XII pendant la guerre. Je m'appuie sur l'expérience acquise avec l'ouverture par le Vatican des archives du pontificat de Pie XI, qui n'ont pas bouleversé l'historiographie.



    _________________
    Felix qui potuit rerum cognoscere causas.
    Revenir en haut
    Petit Gaulois
    Administrateur

    Hors ligne

    Inscrit le: 16 Jan 2007
    Messages: 6 359

    MessagePosté le: 22/12/2009 13:26:00    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    Le simple fait de d'avoir à défendre le pape est une aberration.

    Et si Pie XII avait été le plus grand partisan de la sélection raciale et de la guerre totale ? Au fond qu'est ce que cela changerait ?

    Les plus grands dignitaires de l'islamisme, de l'athéisme et du judaïsme ont soutenue des guerres, des actes de racisme, des actes de barbaries. Personne ne dit rien. C'est donc bien que le problème n'est pas de savoir ce qu'a fait où pas le pape.

    Le problème est que nous sommes totalement passifs. Nous sommes totalement sur la défensive. Nous attendons tranquillement la prochaine attaque et finirons forcément mangés tout cru.

    Si nous voulons vraiment que ces attaques cessent il faut redevenir offensifs et militer franchement en faveur du christianisme. Il faut passer à l'attaque. En face d'un véritable adversaire l'ennemi n'aura plus le temps de faire mumuse avec ce genre d'accusation.
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 22/12/2009 15:43:29    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification Répondre en citant

    Le fait de se défendre est déjà le début d'une attaque car avant on estimait ne pas avoir à répondre à de telles attaques.

    Militer pour le christianisme nous opposera toujours à ce genre d'arguments fallacieux. Il faut donc commencer par les réfuter systématiquement.

    Nous sommes là sur une question du verre à moitié plein ou à moitié vide!
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 24/08/2017 08:51:46    Sujet du message: Jean Paul II et Pie XII sur la voie de la béatification

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Religion Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Aller à la page: 1, 2  >
    Page 1 sur 2

     
    Sauter vers: