Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    Conférence de Copenhague en décembre 2009
    Aller à la page: 1, 2  >
     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Estaminet courtois
    Sujet précédent :: Sujet suivant  
    Auteur Message
    Paxi
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 21 Oct 2007
    Messages: 2 690

    MessagePosté le: 25/10/2009 16:23:28    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    Voici une brève vidéo filmée lors d’une conférence à l’université Bethel à Saint-Paul dans le Minnesota aux États-Unis, le 14 octobre 2009 où Lord Christopher Monckton a abordé certains points intéressants mais inquiétants du traité qui sera signé par les nations lors du sommet mondial à Copenhague dont celui de l’établissement d’un gouvernement mondial.
    Du 7 au 18 décembre 2009 aura lieu le sommet mondial Copenhagen Climate Council sur le changement


    Lord Christopher Monckton a lu le traité qui sera signé. Il en déduit que cela se traduira par un gouvernement mondial communiste.
    http://incogman.wordpress.com/2009/10/23/more-evidence-global-warming-is-a-…

    Plus de détails : http://www.spreadthetruth.fr/?p=4442


    _________________
    Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret
    qui ne doive être connu et mis au jour. Luc 8 : 17.
    La force des mauvais se nourrit de la lâcheté des bons. Pie X.


    Dernière édition par Paxi le 24/11/2009 12:35:26; édité 1 fois
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 25/10/2009 16:23:28    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Paxi
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 21 Oct 2007
    Messages: 2 690

    MessagePosté le: 06/11/2009 11:46:59    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    La synthèse du discours de Lord Monckton à st Paul
    Citation:
    Nous ne pouvons qu’espérer que les dirigeants du monde ne feront rien de plus que de profiter d’une agréable promenade à bicyclette, dans les rues charmantes de Copenhague, en décembre. Car s’ils parviennent à un accord fondé sur le projet de texte actuel du traité sur le climat, le monde aura quelques mauvaises surprises. Projet de texte vous dites ? Si vous n’en n’avez pas entendu parler, c’est parce qu’aucun de nos leaders politiques, par ailleurs bavards, n’ont pris la peine de nous dire ce que les rédacteurs ont déjà concocté pour nos dirigeants. Et ce n’est pas mieux dans les médias.

    Lord Christopher Monckton, l’ancien conseiller de Margaret Thatcher, a donné une conférence à Bethel University - St. Paul, Minnesota, ce mois-ci, ce qui a fait des émules. Pour la première fois, le public a entendu parler des 181 pages, datées du 15 septembre, qui composent l’Organisation des Nations Unies pour la Convention-cadre sur les changements climatiques, un brouillon de ce qui pourrait être signé en décembre.

    Jusqu’à présent, il y a eu plus d’un million de visites sur sa vidéo YouTube. Cela mérite des millions d’autres, parce que Lord Monckton prévient que l’objectif du projet de traité de Copenhague est de mettre en place un gouvernement « transnational », à l’échelle du monde, ce qui n’a jamais existé auparavant.

    « L’organisation pour le nouvel arrangement institutionnel en vertu de la Convention », qui commence à la page 18, contient des dispositions pour un gouvernement. L’objectif est de créer un nouvel organisme, qui n’est pas encore nommé, afin que l’ONU puisse intervenir directement dans les domaines financier, économique, fiscal, les affaires environnementales, de toutes les nations qui signent le traité de Copenhague.

    La raison de la prise de pouvoir est assez claire : La clause, qui suit l’alinéa compliqué du projet de traité, impose aux pays développés de payer une dette « d’adaptation », aux pays en développement, pour soutenir prétendument l’atténuation du changement climatique. L’alinéa 33, page 39, affirme qu ’ « en 2020, la taille des flux financiers pour soutenir l’adaptation des pays en voie de développement, doit être [au moins de 67 milliards de dollars] ou [de l’ordre de 70 milliards de dollars à 140 milliards de dollars, par année]."

    Comment les pays développés, complètements assommés, vont pouvoir fournir ce flux de capitaux vers les pays en voie de développement ? Le projet de texte définit les différentes options, notamment l’option 7 sur la page 135, qui prévoit "un prélèvement [global] de 2 % sur les transactions des marchés [monétaires] financiers internationaux, à l’annexe I de la Convention." Annexe 1 , les pays concernés sont les pays industrialisés, qui comprennent, entre autres, les États-Unis, l’Australie, la Grande-Bretagne et le Canada.

    Pour en être sûr, les pays vont signer des traités internationaux, cédant leurs pouvoirs à un organisme de l’ONU, chargés de l’exécution des obligations conventionnelles. Mais la particularité, est que ce traité semble avoir été l’objet de tentatives, inhabituelles, afin de cacher son contenu alambiqué. En dehors de la difficulté d’essayer de déchiffrer le verbiage de l’ONU, il y a beaucoup de projets de clauses décrites comme des "alternatives" et des "options", qui devraient soulever l’ire des pays libres et démocratiques soucieux de préserver leur souveraineté.

    Lord Monckton, a pris conscience des pouvoirs extraordinaires, dont pouvait être investi ce nouveau gouvernement mondial, quand un ami, sur un obscur site Web de l’ONU, a découvert à travers plusieurs niveaux de liens hypertexte, un document qui n’est même pas appelé « projet de "traité" ». Au lieu de cela, il était qualifié de « Note de Secrétariat".

    Interviewé par le radiodiffuseur Alan Jones, à la radio de Sydney, lundi, Lord Monckton a dit « c’est la première fois que je vois un traité transnational, se référant à un nouvel organisme, destiné à être mis en place en vertu de ce traité comme un « gouvernement ». Mais ce sont les pouvoirs qui vont être donnée à ce gouvernement, non élus, qui sont si effrayants. " Il a ajouté : « L’ambition même de ce nouveau gouvernement mondial, est tout simplement énorme, et ce dès le début, avant même qu’il ne soi crédité de pouvoirs, comme cela se fait toujours."

    Les critiques sont tombées sur Lord Monckton, au sujet de son langage direct. Il a certainement été vigoureux. Dans son exposé, du projet de traité de Copenhague, à Saint-Paul, il a averti les Américains que « dans les prochaines semaines, sauf si vous l’arrêtez, votre président va vendre votre liberté, votre démocratie et votre prospérité pour toujours." Pourtant, ses critiques ne s’attaquent pas vraiment à la substance de ce traité.

    Posez-vous cette question : Étant donné que nos dirigeants politiques passent des centaines d’heures à parler de changement climatique et de la nécessité d’un consensus mondial à Copenhague, pourquoi aucun d’entre eux n’ont parlé ouvertement des objectifs du traité de ce projet de traité, sur le réchauffement ? Après tout, les signataires du traité final seront liés pour les années à venir. Que cachent-ils exactement ? Merci à Lord Monckton, nous avons maintenant connaissance de leurs plans.

    Janos Pasztor, directeur du Secrétariat général sur les changements climatiques, a déclaré lundi à des journalistes, à New York, que le Congrès américain n’était pas prêt de faire passer quoique-ce soit sur le changement climatique, un traité sur le climat mondial et le réchauffement est désormais une issue peu probable à Copenhague. Espérons qu’il a raison. Et merci, l’Amérique.

    Mme Albrechtsen est chroniqueuse pour l’Australian.

    NewsoftoMorrow

    _________________
    Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret
    qui ne doive être connu et mis au jour. Luc 8 : 17.
    La force des mauvais se nourrit de la lâcheté des bons. Pie X.
    Revenir en haut
    Paxi
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 21 Oct 2007
    Messages: 2 690

    MessagePosté le: 21/11/2009 19:27:06    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    Citation:
    Le nouveau président de l'UE Rompuy (prononcez Rommpeuil) a annoncé que l'année 2009 serait la «première année de la gouvernance mondiale"
    et voit Copenhague comme étape vers une gestion globale

    Old-Penseur de Nouvelles | 20 novembre 2009



    Par Daniel Taylor

    Lors de l'intervention à la présidence le 19 Novembre, Rompuy a déclaré,

    "2009 est aussi la première année de la gouvernance mondiale, avec la création du G20 dans le milieu de la crise financière. La conférence climatique de Copenhague est une autre étape vers la gestion globale de notre planète."

    Parliament, Rompuy a assisté à un dîner Bilderberg à Hertoginnendal, à Bruxelles le Novembre 15, au cours duquel il a annoncé un plan visant à mettre en œuvre l'échelle de l'UE les taxes qui seront versées directement à Bruxelles.

    Récemment, Mario Borghezio (Italie), membre du Parlement européen, a parlé ouvertement contre l'influence des organisations mondialistes comme le groupe Bilderberg et la Commission trilatérale. Est-il possible que personne n'ait remarqué que les 3 (candidats à la présidence de l'UE) assistent fréquemment à des réunions de Bilderberg ou de la coopération trilatérale », avait dit Borghezio. Rompuy servira sans aucun doute les intérêts mondialistes pendant son règne de l'Union européenne. http://translate.googleusercontent.com/translate_c?hl=fr&sl=en&u=ht…




    Herman Van Rompuy, a estimé peu après sa nomination, dans sa première déclaration, que l’Europe devait jouer « un rôle important » dans le monde, et s’est dit favorable à la poursuite de l’élargissement de l’UE. Nous plaçons ci-dessous l’intégralité de son message. http://www.mecanopolis.org/?p=11161&type=1
    Citation:
    1. Même s’il m’est particulièrement difficile d’abandonner la direction de mon pays, j’accepte votre décision et je vous remercie de l’honneur que vous me faites. J’y vois d’ailleurs une marque de reconnaissance à l’égard de la Belgique qui, en tant qu’état fondateur, s’est investie sans relâche dans la construction de l’Europe. Je n’ai pas sollicité cette haute fonction. Je n’ai entrepris aucune démarche. Mais à partir de ce soir je l’assume avec conviction.

    Je crois pouvoir parler au nom de tous, quand je remercie notre Collègue et Président Fredrik Reinfeldt, pour ses efforts remarquables et quand j’exprime le vœu qu’il puisse parachever la Présidence semestrielle de son pays, d’ici au 31 décembre de cette année, conformément d’ailleurs à ce qui a été convenu par le Conseil Européen de décembre 2008, mais surtout par respect pour le travail accompli.

    2. La fonction à laquelle vous venez de me désigner est nouvelle. A juste titre, le Traité de Lisbonne a voulu imprimer davantage de continuité et de cohérence aux travaux du Conseil Européen. Les présidences semestrielles d’un pays ont l’avantage d’impliquer chacun des 27 membres dans le travail européen. Ils ont le désavantage d’un manque de perspective. J’ai la ferme intention de veiller à ce que notre action se développe dans la durée. Une perspective dépassant une période de 6 mois, permettra de mieux nous organiser autour des grands dossiers pluriannuels tels que les perspectives financières ou la stratégie de Lisbonne.

    Je pense également qu’un « retour aux sources » du Conseil européen pourrait nous servir en discutant de temps en temps, aussi de manière libre et informelle, des grandes questions de la construction européenne. Je pense en particulier à l’agenda économique et social, pour lequel il existe d’ailleurs une urgence, aux défis écologiques et énergétiques, ainsi qu’aux aspirations à plus de sécurité et de justice de nos concitoyens.

    Nous vivons une période exceptionnellement difficile : la crise financière et les effets dramatiques sur l’emploi et les budgets, la crise climatique qui menace notre survie. Une période d’angoisse et d’incertitude et de manque de confiance. Et pourtant les problèmes sont surmontables avec un effort conjoint dans nos pays et entre les pays. 2009 est aussi la première année de la gouvernance mondiale avec l’instauration du G20 en pleine crise financière. La conférence climat de Copenhague est une autre étape dans la gestion mondiale de notre planète. Notre mission est une mission d’espoir, soutenue par des actes et par l’action.

    3. Notre Union appartient à chacun d’entre nous. Elle n’est pas un jeu à somme nulle. L’Europe doit bénéficier à chaque Etat membre. Ce principe cardinal m’amène à une double ligne de conduite :

    •Tout d’abord, je veillerai à respecter les sensibilités et les intérêts de tout un chacun. Même si notre unité est notre force, notre diversité est notre richesse. Chaque pays a son histoire, sa culture et sa façon de faire. Si notre voyage se dirige vers une destination commune, nous y apportons tous des bagages différents. Le nier serait contre-productif. Sans respect pour notre diversité, nous ne construirons jamais notre unité. Ce principe sera toujours présent dans mon esprit.

    •Ce principe a un corollaire au niveau de l’action. Pour moi chaque pays doit sortir vainqueur de la négociation. Une négociation avec des vaincus est toujours une mauvaise négociation. Comme Président du Conseil je serai à l’écoute de tous, et je veillerai à ce que nos délibérations produisent des résultats pour tous.

    On a beaucoup débattu sur le profil du futur président des réunions du Conseil, mais il n’y a qu’un profil possible, celui du dialogue, de l’unité et de l’action. L’image du Conseil se construit par les résultats obtenus.

    4. Si je veillerai à ce que toutes nos délibérations se concluent sans vaincus, il faut pour cela que les Institutions fonctionnent de façon optimale. Après le trajet douloureux du Traité de Lisbonne, je pense que nous disposerons dès le 1 décembre d’un nouveau cadre institutionnel et de nouvelles règles pour longtemps et même pour très longtemps. Le débat institutionnel est clos pour une longue période. Je souhaite faire fonctionner ce cadre et ces règles librement choisies par tous nos gouvernements. Je le ferai en concertation permanente avec le Président de la Commission et du Parlement européen dans un souci constant d’équilibre entre les Institutions. Je le ferai également avec ceux d’entre vous dont, à tour de rôle, le gouvernement sera appelé à présider les travaux du Conseil.

    Les trois présidents doivent chercher la réussite. La négociation sera de mise, les tensions seront productives et le résultat sera à la mesure. Des impulsions politiques resteront indispensables, y compris le soutien à des actions et des projets concrets, traduisant une véritable solidarité.

    Mais aussi l’approche étape par étape restera utile dans notre action politique, aussi longtemps que nous maintenons une perspective et une direction commune :« Step by step » mais sans « too little too late ».

    5. Le Traité a chargé le Président permanent du Conseil Européen d’une responsabilité particulière. En matière de politique étrangère, il représentera l’Union à son niveau et en sa qualité. Je serai donc présent aux réunions des Sommets avec nos partenaires dans le monde, et je présenterai les positions que le Conseil aura approuvées. Ainsi notre position dans le monde, notre sécurité et notre prospérité pourront bénéficier d’une présence institutionnelle plus forte.

    Je compte aussi sur le Président de la Commission pour assumer un rôle analogue dans les domaines autres que la Politique Etrangère et de Sécurité Commune.

    L’Union Européenne est un acteur économique de poids, représente un demi milliard d’hommes et de femmes et est porteur d’un projet de société où solidarité et créativité sont essentielles. L’Europe est une Union de valeurs. C’est pourquoi nous avons la responsabilité de jouer un rôle important dans le monde. Ce monde n’a d’avenir sans un grand nombre de nos valeurs. D’ailleurs, j’espère que notre Union s’élargira encore les prochains 2 ans et demi à des pays qui bien sûr remplissent les conditions.

    Il va de soi que le Haut-Représentant contribuera de façon décisive à l’action quotidienne de la Politique Etrangère et de Sécurité Commune.

    Elle sera notre principal acteur en politique étrangère. Grâce à ses deux fonctions, elle pourra permettre aux multiples instruments de politique étrangère dont disposent nos Institutions et nos Etat Membres de se déployer de façon convergente.

    Elle pourra à tout moment compter sur mon soutien, et sur mes conseils. Pour le reste, conforme à mon habitude dans la politique belge, je resterai discret dans les medias, certainement les semaines prochaines.

    Toute ma vie politique s’est déroulée sous le signe de l’entente, du respect de l’adversaire et du compagnon de route. Je continuerai dans cette voie.

    _________________
    Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret
    qui ne doive être connu et mis au jour. Luc 8 : 17.
    La force des mauvais se nourrit de la lâcheté des bons. Pie X.
    Revenir en haut
    Paxi
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 21 Oct 2007
    Messages: 2 690

    MessagePosté le: 24/11/2009 12:09:12    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    Présentation moins conventionnelle du premier président de l'UE :
    Citation:

    Rencontre du le Président de l'Europe. De la part de Paul Belien le Ven, 2009-11-20 09:32

    Herman Van Rompuy. Habituez-vous à ce nom. Il est le premier président de l'Union européenne, qui, avec la ratification du traité de Lisbonne par tous les 27 Etats membres de l'UE en début de Novembre a été transformée en une véritable États-Unis d'Europe.

    Le président de l'Europe n'a pas été élu, il a été nommé lors d'une réunion secrète des chefs de gouvernement des 27 États membres de l'UE . Ils ont choisi l'un des leurs. Herman Van Rompuy était le Premier ministre de Belgique. Je l'ai connu quand il venait de se coucher , à contrecoeur, sur sa carrière politique.

    Pour comprendre Herman, il faut savoir quelque chose sur la Belgique, petit pays d'Europe occidentale, et le prototype de l'UE. Les Belges n'existent pas en tant que nation. La Belgique est un état artificiel, construit par les puissances internationales en 1830 comme un compromis politique et d'expérimentation. Le pays est composé de 6 millions de Néerlandais, vivant en Flandre, la moitié nord du pays, et 4 millions de français, vivant en Wallonie, la moitié sud. Les Néerlandais belge, appelée Flamands, aurait préféré rester une partie des Pays-Bas, comme ils étaient jusqu'en 1830, tandis que le français de Belgique, a appelé les Wallons, aurait préféré rejoindre la France. Au lieu de cela, ils ont été forcés de vivre dans un même Etat.

    Les Belges n'aiment pas leur état. Ils le méprisent. Ils disent qu'il ne représente rien. Il n'y a pas de patriotes Belges, parce que personne n'est prêt à mourir pour un drapeau qui ne représente rien. Parce que la Belgique ne représente rien, les idéologues multiculturels aiment la Belgique. Ils disent que, sans patriotisme, il n'y aurait pas de guerres et le monde serait un meilleur endroit. ” Comme le chantait John Lennon "Imagine il n'y a pas de pays, il n'est pas difficile à faire, rien à tuer ou de mourir pour, et aucune religion aussi.

    En 1957, les hommes politiques belges se trouvaient au berceau de l'Union européenne. Leur but était de transformer l'ensemble de l'Europe dans une grande Belgique , de sorte que les guerres entre les nations d'Europe ne serait plus possible car il n'y aurait plus de nations, ces dernieres ayant toutes été incorporées dans un super-État artificiel.

    A regarder de plus près la Belgique, le laboratoire de l'Europe, montre, cependant, que le pays manque plus que de patriotisme. Il manque aussi la démocratie, le respect de la primauté du droit et la morale politique. En 1985, dans son livre De afwezige meerderheid (The Absent majoritaire) le regretté philosophe flamand Lode Claes (1913-1997) a fait valoir que, sans identité et un sens de la nation authentique, il ne peut y avoir de démocratie et aucune morale.

    L'une des personnes qui ont été profondément influencés par la thèse de M. Claes a été un jeune politicien nommé Herman Van Rompuy. Dans le milieu des années 1980, Van Rompuy, un catholique conservateur, né en 1947, était actif dans la section des jeunes du chrétien-démocrate flamand. Il a écrit des livres et des articles sur l'importance des valeurs traditionnelles, le rôle de la religion, la protection de la vie à naître, les racines chrétiennes de l'Europe et la nécessité de les préserver. La nature non démocratique et immoral de la politique belge l'a repoussé et a conduit à une sorte de crise de conscience. Lode Claes, qui était proche de la retraite, a offert à Herman la possibilité de lui succéder en tant que directeur de Tendances, un magazine belge, hebdomadaire financier-économique. C'est dans ce contexte que j'ai fait la connaissance d'Herman. Il m'a invité à déjeuner un jour et se demandait , s'il acceptait l'offre d'entrer dans le journalisme, si je serais prêt à le rejoindre. C'est alors qu'il m'a dit qu'il envisageait de quitter la politique et pesait les options pour la vie professionnelle, il poursuivrait.

    Je ne suis pas sûr, cependant, de ce qui s'est passé ensuite. Le parti démocrate chrétien lui a fait une offre qu'il ne pouvait refuser. Herman est resté dans la politique. Il a été nommé un sénateur et est entré au gouvernement comme ministre junior. En 1988, il devient le chef du parti des chrétiens-démocrates d'administration.

    Nos chemins se sont croisés à intervalles jusqu'en 1990, lorsque le Parlement belge a voté une loi très libérale de l'avortement. Le roi belge Baudouin (1930-1993), un fervent catholique qui a souffert du fait que lui et sa femme ne pouvait pas avoir d'enfants, avait dit à ses amis qu'il «abdiquerait plutôt que de signer le consentement." Les hommes politiques belges, convaincus que le roi était bluffant, ne voulait pas que le peuple belge à savoir sur les
    objections du roi au consentement. J'ai écrit à ce sujet sur l'op-ed pages du Wall Street Journal et ai ensuite été réprimandé par le journal belge, pour qui je travaille , à la suite d'un appel téléphonique de colère du Premier ministre belge d'alors, un chrétien-démocrate, à mon éditeur, qui était ancien porte-parole de ce premier ministre. Je n'avais plus le droit d'écrire sur les affaires belges dans les journaux étrangers.

    En avril 1990, le roi a en fait abdiquer sur la question de l'avortement, et le chrétien-démocrate, dirigé par Herman Van Rompuy, qui s'était toujours vanté d'être un bon catholique, était l'un des projets de loi d'avortement les plus libérales de l'Europe signé par le Collège des ministres, une procédure prévue par la Constitution belge pour les situations où il n'y a pas de roi. Puis ils avaient voté le roi sur le trône le jour suivant. J'ai écrit sur toute l'affaire dans une critique suivant un article pour The Wall Street Journal et ai ensuite été licencié par mon journal "pour faute grave". Quelques semaines plus tard, j'ai rencontré Herman au mariage d'un ami commun. Je pouvais voir qu'il se sentait très mal à l'aise. Il a évité le contact visuel et a rompu la conversation dès qu'il le pouvait. Nous n'avons pas parlé depuis.

    La carrière politique de Herman's continue. Il est devenu ministre du Budget, de la Belgique et Vice-Premier Ministre, le Président de la Chambre des représentants et, enfin, le Premier ministre. Il a gardé l'édition de livres intellectuels et intelligents, mais au lieu de défendre la notion du bien, maintenant il a défendu le concept de «moindre mal. "Et il commença à écrire des haïku.

    Il y a deux ans, la Belgique est face à la pire crise politique que jamais. Le pays était au bord de la faillite après 2003 par une décision de sa Cour suprême que la circonscription électorale existante de Bruxelles-Hal -Vilvorde (BHV), englobant à la fois la capitale bilingue de Bruxelles et la campagne environnante néerlandophone de Hal-Vilvorde, a été inconstitutionnel et que le Parlement devrait remédier à la situation. Cette décision faisait suite à une plainte que le district de BHV est inconstitutionnel et doit être divisée en une circonscription électorale bilingue de Bruxelles et d'un district de langue néerlandaise électoral Hal-Vilvorde. Cette plainte avait été déposée par ... Herman Van Rompuy, un habitant flamand de l'arrondissement Hal-Vilvorde.

    En 2003, toutefois, les chrétiens-démocrates ne sont pas dans le gouvernement et Herman était un leader de l'opposition. Sa plainte visait à causer des problèmes politiques pour le gouvernement libéral de la Belgique, qui a refusé de diviser le district de BHV-français parce que les parties prenant la parole dans le gouvernement a refusé d'accepter le verdict de la Cour suprême. Le chrétien-démocrate flamand sont allés aux élections générales de juin 2007 avec comme thème majeur la promesse que, une fois au gouvernement, ils seraient split BHV. Herman fit campagne sur la question, son parti a remporté les élections et devient premier parti de Flandre.

    La crise politique de la Belgique s'est prolongée de Juin jusqu'à Décembre 2007, car il s'est avéré impossible de mettre en place un gouvernement composé d'un nombre suffisant de langue néerlandaise (flamand) et de langue française (Wallonie), les hommes politiques. Les Flamands ont exigé que BHV soit divisé, selon les instructions de la Cour suprême; les Wallons ont refusé de le faire. En fin de compte, les chrétiens-démocrates flamands ont cédé, sont revenus sur leur promesse à leurs électeurs, et ont accepté de se joindre à un gouvernement sans scission BHV . Pire encore, le nouveau gouvernement a plus d'expression française que de langue néerlandaise du ministre, et ne pas avoir le soutien de la majorité des Flamands au Parlement, même si les Flamands forment une majorité de 60% de la population belge. Herman est devenu le Président du Parlement. Dans cette position, il avait à empêcher le Parlement et les représentants flamands, de voter un projet de loi de scinder BHV. Il a réussi, en utilisant toutes sortes d'artifices. Un jour, il a même changé les serrures de la salle de réunion plénière afin que le Parlement ne puisse se réunir pour voter sur la question. À une autre occasion, il ne se présente pas dans son bureau pendant toute une semaine pour éviter d'ouvrir une lettre lui demandant de reporter la question. Sa tactique a fonctionné. En 2008 Décembre, lorsque le Premier ministre belge a dû démissionner à la suite d'un scandale financier, Herman est devenu le nouveau chef du gouvernement à dominante parler-française qui ne représente pas la majorité du groupe ethnique majoritaire de la Belgique. Au cours des 11 derniers mois, il a habilement réussi à repousser tout vote parlementaire sur la question BHV, prolongeant ainsi une situation où la Cour suprême, en réponse à la plainte propres Herman en 2003, a jugé inconstitutionnelle.

    Maintenant, Herman est passé à la tête l'Europe. Comme la Belgique, l'Union européenne est une institution non démocratique, qui a besoin de dirigeants avisés qui sont capables de renoncer à tout ce à quoi ils croyaient autrefois et qui savent imposer des décisions à des gens contre la volonté du peuple.

    Jamais l'esprit de la démocratie, la moralité ou la règle de droit, nos supérieurs savent ce qui est bon pour nous plus que nous. Et Herman est aujourd'hui l'un de nos supérieurs. Il a parcouru un long chemin depuis l'époque où il était dégoûté de la politique de style belge.
    Herman est comme Saroumane, le magicien sage dans Tolkien's Lord of the Rings, qui passa de l'autre côté. Il avait l'habitude de se soucier des choses que nous tenait à cœur. Mais plus maintenant. Il a construit lui-même une haute tour d'où il règne sur nous tous. www.brusselsjournal.com/

    _________________
    Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret
    qui ne doive être connu et mis au jour. Luc 8 : 17.
    La force des mauvais se nourrit de la lâcheté des bons. Pie X.


    Dernière édition par Paxi le 25/11/2009 14:51:02; édité 3 fois
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 24/11/2009 16:14:54    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    Ce post ne mériterait-il pas d'être un sujet à lui seul.
    Est-il vraiment à sa place ici?

    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Paxi
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 21 Oct 2007
    Messages: 2 690

    MessagePosté le: 24/11/2009 16:30:52    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    Vous avez sans aucun doute raison, cher Roland.
    Je vous laisse faire si vous le souhaitez, mais en le laissant également à cet emplacement
    également, en prévision de Copenhague.
    _________________
    Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret
    qui ne doive être connu et mis au jour. Luc 8 : 17.
    La force des mauvais se nourrit de la lâcheté des bons. Pie X.
    Revenir en haut
    Paxi
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 21 Oct 2007
    Messages: 2 690

    MessagePosté le: 29/11/2009 20:24:46    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    Figurant au Show d'Alex Jones, hier, Lord Christopher Monckton est allé plus loin que jamais dans sa lutte acharnée contre les élitistes de l'arnaque aux changements climatiques, appelant à la disparition de l'ONU et pour les colporteurs frauduleux de la propagande du réchauffement global, comme Al Gore, qu'ils soient arrêtés et poursuivis pénalement.
    http://translate.googleusercontent.com/translate_c?hl=fr&sl=en&u=ht…
    _________________
    Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret
    qui ne doive être connu et mis au jour. Luc 8 : 17.
    La force des mauvais se nourrit de la lâcheté des bons. Pie X.


    Dernière édition par Paxi le 30/11/2009 13:38:02; édité 2 fois
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 29/11/2009 20:49:10    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    S'il vous plaît, Chère Paxi,
    Il semble que vous pratiquiez l'anglais couramment vu les nombreuses références anglo-saxonnes que vous nous donnez.
    Prenez alors le temps de de donner des traductions françaises correctes.
    Il est insupportable de devoir lire de telles approximations.

    Merci

    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Paxi
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 21 Oct 2007
    Messages: 2 690

    MessagePosté le: 30/11/2009 17:49:37    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    Ceci bien sûr étant tout à fait lié au forum de Copenhague :
    Le rythme des climats dans l'histoire de l'homme et de l'humanité - 1950
    http://www.scribd.com/doc/23240578/Le-Danois-Pr-Edouard-Le-rythme-des-clima…

    Ainsi que l'article du Télégraph.co.uk du 28.11.2009
    Changement climatique: c'est le pire scandale scientifique de notre génération
    http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.teleg…

    et les nouvelles bien d'actualité de :
    http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.oldth…
    _________________
    Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret
    qui ne doive être connu et mis au jour. Luc 8 : 17.
    La force des mauvais se nourrit de la lâcheté des bons. Pie X.
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 03/12/2009 20:26:42    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    Le Figaro annonce la suspension du directeur de l'unité de recherche sur le climat (CRU) de l'université britannique d'East Anglia, Phil Jones, qui s'est retrouvé au coeur d'une vive controverse après avoir été accusé avec d'autres personnes d'avoir supprimé des données sur le changement climatique.

    VOIR le sujet sur le réchauffement climatique (p 11)

    Le Salon Beige donne des précisions sur les documents compromettants. Les liens qu'il donnent sont ceux déjà donnés ici plus haut (p9) à propos du CLIMATEGATE.
    À propos des bidouillages réalisés par le GIEC et les tentatives d'étouffer ces manipulations, lire les liens suivants donnés par Vincent Bénard sur Objectif Liberté

    Climategate 1
    Climategate 2
    Climategate 3
    Voir le site http://www.objectifliberte.fr

    Voir également http://www.pensee-unique.fr/bonnetdane.html pour la traduction française

    Lire encore cette bonne analyse
    : http://egoborone.free.fr/?p=442#comments

    À ce jour, la presse française fait plus que jamais de la propagande sur le réchauffement climatique en nous parlant des 10° qu'il fait à Moscou et du second automne le plus chaud depuis 1911... sic
    Pas un mot sur le Climategate!


    Le Figaro annonce la suspension du directeur de l'unité de recherche sur le climat (CRU) de l'université britannique d'East Anglia, Phil Jones, qui s'est retrouvé au coeur d'une vive controverse après avoir été accusé avec d'autres personnes d'avoir supprimé des données sur le changement climatique.

    Le Salon Beige donne des précisions sur les documents compromettants. Les liens qu'il donnent sont ceux déjà donnés ici plus haut (p9) à propos du CLIMATEGATE.
    À propos des bidouillages réalisés par le GIEC et les tentatives d'étouffer ces manipulations, lire les liens suivants donnés par Vincent Bénard sur Objectif Liberté

    Climategate 1
    Climategate 2
    Climategate 3
    Voir le site http://www.objectifliberte.fr

    Voir également http://www.pensee-unique.fr/bonnetdane.html pour la traduction française

    Lire encore cette bonne analyse
    : http://egoborone.free.fr/?p=442#comments
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 06/12/2009 15:08:31    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    Climat : recadrage de Benoît XVI

    Au-dessus de la mêlée, loin de toute idéologie, le Saint-Père a rappelé ce matin le rôle que doit tenir le sommet de Copenhague :
    "Je souhaite que les travaux [de Copenhague] aident à identifier des actions respectueuses de la création et en faveur d'un développement solidaire, fondé sur la dignité de la personne humaine et orienté vers le bien de tous (...)

    La sauvegarde de la création demande l'adoption de styles de vie sobres et responsables, surtout envers les pauvres et les générations futures (...)

    Pour garantir le plein succès de la conférence, j'invite toutes les personnes de bonne volonté à respecter les lois de Dieu sur la nature et à redécouvrir la dimension morale de la vie humaine".

    Via le Salon Beige, Lahire
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 06/12/2009 19:14:37    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    Allègre sera l'invité de Mazerolle de BFM à 19:00 ce soir à propos du réchauffement climatique

    Je suis curieux de voir ce qui va s'y dire

    Logiquement on devrait pouvoir poser des question via Internet, mais visiblement c'est un leurre. La Tribune BFM d'olivier Mazerolle est n'est pas accessible.
    On n'a que les émissions enregistrées.
    http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/la-tribune/
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    France
    Varlet

    Hors ligne

    Inscrit le: 27 Nov 2009
    Messages: 21
    Localisation: Aquitaine

    MessagePosté le: 10/12/2009 12:44:48    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    De la part de France.


    A propos de l'"opération" Copenhague, je vous mets en lien la PREMIERE des interventions de M. Vincent COURTILLOT, géophysicien et membre de l'Académie des sciences,

    Sur FRANCE INFO; il existe aussi une vidéo plus courte;

    il est clair, défait les confusions orchestrées, posé, serein, s'élève contre la volonté d'angoisser et hiérarchise les problèmes, évoque l'urgence de l'eau par exemple ; passionnant d'intelligence...

    vous trouverez les deux autres sur le même site.

    Cordialement à tous.
    _________________
    Courage à la France
    Revenir en haut
    Violette
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Jan 2007
    Messages: 487

    MessagePosté le: 10/12/2009 14:53:55    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    J'ai donné le lien ici : http://radiocourtoisie.leforum.eu/t3804-Rechauffement-climatique.htm?start=… (message du 28 novembre à 14h54)

    Il est heureux que Vincent Courtillot ait été invité à Copenhague, il est fort à parier néanmoins que ses conclusions n'aient que peu de place dans les compte-rendu des media...
    _________________
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 14/12/2009 11:56:54    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009 Répondre en citant

    À propos du CLIMATEGATE et de Copenhague.

    Climategate : quand la sécurité des Nations Unies intervient pour faire taire un journaliste

    Les questions qui dérangent ne sont pas les bienvenues à Copenhague: lorsque le sujet du Climategate est évoqué par un journaliste, les agents de sécurité des Nations Unies interviennent.

    Pendant une conférence de presse organisée à Copenhague en marge du Sommet, le journaliste et réalisateur Phelim McAleer demande son opinion au professeur Stephen Schneider, un climatologiste de l'université de Stanford, au sujet du Climategate.



    Information doublée dans le sujet "Réchauffement climatique"
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 28/05/2017 18:31:39    Sujet du message: Conférence de Copenhague en décembre 2009

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Estaminet courtois Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Aller à la page: 1, 2  >
    Page 1 sur 2

     
    Sauter vers: