Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    La presse écrite face à internet

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Actualité, société
    Sujet précédent :: Sujet suivant  
    Auteur Message
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 11/09/2009 13:38:11    Sujet du message: La presse écrite face à internet Répondre en citant

    La presse écrite face à internet
    Un duel de dupes


     


     


    Vous qui lisez Présent quotidiennement, vous qui le découvrez ou le redécouvrez aujourd’hui, je voudrais vous appeler à une prise de conscience. Avant qu’il ne soit trop tard. On vous dit partout que la presse écrite est en perte de vitesse. Qu’internet va la remplacer. Les plus jeunes en sont déjà persuadés, et affirment volontiers qu’ils « s’informent » – et gratuitement encore ! – sur internet. Alors, pourquoi payer cher un abonnement pour recevoir dans sa boîte aux lettres un produit en voie d’obsolescence ?


    Mais, soutenue d’ailleurs par la multiplication parallèle des quotidiens gratuits, cette attitude repose sur une illusion. L’illusion selon laquelle l’information est gratuite. Elle ne l’est pas. Même les gratuits (sur lesquels les jeunes se jettent, ces produits « offerts » répondent donc à une demande de presse écrite !) ont leurs frais, leurs équipes salariées, et leurs maquettistes qui pour l’essentiel mettent en page les infos dites « brutes » de l’AFP (qui n’a jamais désinformé personne, sans doute). Qui paie ? La publicité.


    Les Anglais disent : qui paie le flûtiste choisit la musique.


    C’est pourquoi, au fond, les titres de la « grosse » presse se ressemblent tant ; peu ou prou ce sont les mêmes qui paient, les annonceurs et (ou) les banques.


    L’information est aujourd’hui facile d’accès et abondante, notamment sur internet. Certes. Mais disséminée, parcellaire, pas forcément vérifiée. Il n’existe pas un seul site d’information généraliste et d’inspiration catholique qui apporte véritablement une information complète. Je ne méconnais ni le rôle ni l’importance de ces blogs, bien au contraire. Ils sont devenus des « indispensables ». Le « Salon beige », notamment, que je salue avec amitié et admiration, mais il y a aussi « e-deo » et bien d’autres, plus ou moins proches.


    Mais regardez-les bien. Souvent, très souvent, ils puisent leurs informations dans la presse écrite. Ou directement dans les agences de presse citées par d’autres sites. A côté d’informations originales à l’intérêt indiscutable, et le plus souvent données de manière très succincte, avec des commentaires courts et percutant, ces sites fournissent essentiellement une… revue de presse. Sans presse, et notamment sans presse de conviction, une part non négligeable de leur contenu disparaîtrait aussitôt.


    Non, l’information n’est pas gratuite. Un jeune nous a dit une fois que Présent pourrait paraître sans frais, ou quasi, sur internet. En abandonnant son abonnement à l’AFP, et, sans doute, en licenciant ses journalistes, ses maquettistes, ses réviseurs, son personnel administratif… Pour ce qui est de cette source d’information qu’est l’AFP, elle demeure indispensable. Nous nous interdirions d’en publier les contenus sans les payer : c’est du vol. Nous voyons bien que les titres de la grosse presse – gratuite ou non – se bornent souvent à une paresseuse réécriture des dépêches d’agences. Nous nous efforçons d’être différents aussi par rapport à cela, en apportant autre chose, ne serait-ce que dans l’analyse, mais le plus possible aussi dans l’approfondissement de ces informations.


    Devrions-nous saborder notre équipe sous prétexte qu’il y a des informations gratuites sur la Toile ? Mais à votre avis, être journaliste, metteur en page, correcteur-réviseur, serait-ce un luxe ou une sinécure ? Pensez-vous que la plupart de nos journalistes puissent faire un autre travail à plein temps, puis avoir la tête libre pour l‘écriture quotidienne et le suivi cohérent et choisi de l’actualité ? Savez-vous que le journalisme est un métier qui exige recherches, accumulation de connaissances et de carnets d’adresses ? Couchers à minuit pour terminer un papier et levers à 4 h pour faire tourner la machine du quotidien ? Que ce soit sur le papier ou sur l‘écran, la logique reste la même. Ne pensez-vous pas qu‘à défaut d‘être rentier, ou payé par la solidarité nationale (chômeurs, mis en congé de maladie par l’Education nationale…) il faut bien pouvoir vivre de son métier ?


    J’en veux pour preuve le fait que les (excellents) blogs que nous aimons tous s’essoufflent, par moments, et offrent – mesurez ! – une matière beaucoup moins volumineuse que le moindre numéro de Présent, justement parce qu’ils ne sont pas tenus par des professionnels de l’information, et finalement pas « écrits » par eux en général. Ce qui vaut pour le quotidien vaut aussi, d’une autre manière, pour nos confrères hebdomadaires, « quinzomadaires », ceux qui paraissent toutes les trois semaines ou tous les mois.


    Et puis encore : savez-vous qu’aux Etats-Unis, les blogs pro-life par exemple fonctionnent avec des salariés et grâce aux dons que leurs lecteurs jugent juste de leur faire parvenir ? On pourrait sans doute essayer cette formule avec Présent, ou avec Présent en ligne. Mais je doute qu’elle fonctionne en France. Je veux ici défendre le travail que nous faisons tous, à Présent, mais aussi à L’Homme nouveau, Monde et Vie, Le Choc du mois, Rivarol, Daoudal-Hebdo, Minute, Reconquête et dans bien d’autres titres amis, chacun à son créneau : imparfait, et certainement perfectible, mais unique.


    Tuer cette information écrite, ce serait tuer en même temps l’information libre sur internet. Ce serait laisser la place grande ouverte à la grande presse qui, elle-même, a déjà tendance à réduire de manière dramatique ses contenus par la concentration des sources d’information. C’est pourquoi Présent ne veut pas replier sa voilure. Présent veut et doit être… présent : dans les kiosques, dans les boîtes aux lettres, sur internet aussi. Vacances ou pas, tous les jours que Dieu fait, tenant quotidiennement sa place face aux autres quotidiens, qui sont tous complices à divers degrés de la culture de mort. Présent doit être présent de cette manière palpable, imprimée, qui laisse une trace matérielle, qui tient tête face aux autres sans tout miser sur la virtualité d’internet. Il en va aussi de la qualité de la lecture : savez-vous que la lecture sur internet est « efficace » à 80 % seulement (on n’assimile en moyenne pas davantage), contre 95 % pour l’imprimé ?


    Le pouvoir médiatique est le quatrième pouvoir (souvent manœuvré par les autres pouvoirs, certes). Faut-il que nous, qui sommes indépendants et qui annonçons clairement la couleur, abandonnions tout ce pouvoir entre les mains de nos adversaires ?


    Dieu nous en garde !


    Et vous aussi, en nous donnant non seulement les moyens d’exister, mais aussi de développer ce journal. A court terme, c’est notre existence qui en dépend. A long terme, consentir à financer une presse indépendante, c’est dire « non » à l’uniformisation complète de l’information et de la pensée, pour laquelle internet constitue aussi un moyen formidable.


    JEANNE SMITS


    Article extrait du n° 6924
    du Samedi 12 septembre 2009




    -----------------------------------------------------


    Une seule chose à faire : ABONNEZ-VOUS
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 11/09/2009 13:38:11    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Actualité, société Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers: