Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    Quand les djeunnes terrorisent Royan

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Actualité, société
    Sujet précédent :: Sujet suivant  
    Auteur Message
    Eustache
    Groupe pour lettres circulaires

    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Juil 2007
    Messages: 585

    MessagePosté le: 12/08/2009 14:39:50    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    Une bande de l'Essonne sème le trouble à Royan
    Cyrille Louis
    12/08/2009
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/08/12/01016-20090812ARTFIG0022…

    Après avoir multiplié les agressions et les menaces, des jeunes ont été la cible, lundi, d'une action punitive de forains locaux.

    Un vent mauvais s'est abattu ces derniers jours sur le centre-ville de Royan (Charente-Maritime), où les agissements d'une bande de jeunes originaires de l'Essonne ont suscité la colère des commerçants locaux et de certains vacanciers. Lundi, une expédition punitive orchestrée par une trentaine de forains a même dû être empêchée in extremis par les policiers du commissariat local. Dans la foulée, les sauvageons ont été raccompagnés au train, direction Paris. Mais, à en croire la rumeur locale, certains d'entre eux auraient promis de revenir bientôt dans l'espoir de laver l'affront.

    Selon la sécurité publique, c'est dans les tout derniers jours de juillet que le groupe d'une dizaine de jeunes s'est d'abord fait remarquer sur le front de mer de Royan, squattant un logement en plein centre, pratiquant la revente de stupéfiants et commettant quelques vols à l'éta­lage. Visiblement agacé, un vacancier habitué de la cité balnéaire complète, sous couvert de l'anonymat : «Pendant plusieurs jours, ils ont terrorisé les petits vieux et multiplié les outrages, se droguant en pleine rue et affirmant vouloir faire la loi chez nous comme ils la font chez eux.»


    Adjoint au maire de Royan en charge de la sécurité, Didier Besson tempère : «C'est vrai qu'ils étaient menaçants. Mais il faut aussi comprendre que nous vivons dans un petit coin calme où la population présente une sensibilité très élevée à ce type d'incidents.» Quoi qu'il en soit, l'exaspération des riverains n'a cessé de croître jusqu'à l'organisation d'une réunion publique, vendredi dernier, lors de laquelle une pétition réclamant l'intervention plus énergique des pouvoirs publics a recueilli une cinquantaine de signatures. «On a été contraint d'en venir là parce que la police refusait de les mettre dehors», précise un commerçant. De son côté, la police souligne avoir réalisé plusieurs interpellations dans ce dossier.

    «Passivité»

    Dimanche soir, la tension est encore montée d'un cran lorsque le petit groupe, qui avait déjà tenté d'extorquer 200 euros au videur d'une boîte de nuit, s'en est pris à un vendeur de sandwichs installé sur le front de mer. «Sans prévenir, l'un des jeunes a dégradé un accessoire publicitaire avant de porter des coups au forain, qui s'est ensuite vu réclamer la somme de 1 000 euros pour résoudre le différend», résume le procureur de Saintes, Fabienne Atzori. Trois jeunes ont été condamnés mercredi dans ces deux affaires, en comparution immédiate, à des peines allant jusqu'à 4 mois de prison ferme.

    Lundi, en milieu de journée, une trentaine de forains excédés se sont réunis dans le centre de Royan, visiblement bien décidés à régler le problème eux-mêmes. Armés pour certains d'une barre de fer ou d'une clé à molette, ils se sont présentés devant le garage où s'était retranchée la dizaine de jeunes. Selon plusieurs témoins, l'un des assaillants aurait même fait usage d'une arme de type Gomm-Cogne pour intimider les jeunes fauteurs de troubles, juste avant que la police n'intervienne.

    Le calme revenu, plusieurs riverains persistaient mardi à fustiger la «passivité» des pouvoirs publics. De son côté, le parquet de Saintes a ouvert une enquête afin de déterminer si les forains doivent être poursuivis par la justice.
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 12/08/2009 14:39:50    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Eustache
    Groupe pour lettres circulaires

    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Juil 2007
    Messages: 585

    MessagePosté le: 12/08/2009 14:41:18    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    Royan: agressions par des jeunes de l'Essonne
    12/08/2009 | 12:07 par Carole BELINGARD
    http://paris-ile-de-france-centre.france3.fr/info/paris-ile-de-france/Royan…


    Une bande de l'Essonne a semé la panique à Royan (Charente-Maritime). Trois jeunes ont été condamnés.

    A Royan en Charente-Maritime, le calme des riverains a été quelque peu perturbé. Des jeunes originaires de l'Essonne ont commis plusieurs agressions, notamment auprès de commerçants qu'ils ont également tentés de racketter. Les jeunes squattaient un ancien garage depuis la deuxième quinzaine de juillet.

    Trois jeunes ont été condamnés en comparution immédiate auprès du tribunal de grande instance de Saintes.

    Un homme âgé de 21 ans, présentant plusieurs condamnations à son casier judiciaire, à 4 mois de prison ferme pour une tentative d'extorsion de fonds commise au préjudice d'un videur de boîte de nuit, le 6 août. Deux autres jeunes, âgés de 18 ans et impliqués dans l'agression ce week-end d'un commerçant, ont écopé respectivement de 40 heures de travail d'intérêt général, assorties d'une amende de 200 euros, et de deux mois de prison ferme, sans placement immédiat en détention.


    Les autres jeunes, qui n'ont pas fait l'objet de poursuites, ont été raccompagnés au train en direction de Paris.
    Revenir en haut
    Eustache
    Groupe pour lettres circulaires

    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Juil 2007
    Messages: 585

    MessagePosté le: 12/08/2009 14:42:33    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    Royan. Les commerçants prennent les armes
    11 août 2009 à 13h31 - Réagissez à cet article
    http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/royan-les-comm…

    Un groupe de commerçants forains et sédentaires de Royan a décidé d'agir hier contre une bande de jeunes qui tentaient de terroriser la population. Ceux-ci originaires d'Épinay-sous-Sénart avaient pour ambition de créer un trafic de drogue en s'installant ici à l'année relate Sud Ouest.

    Les commerçants s'en sont pris à la façade, les contraignant à s'enfuir ou se barricader. La police et les CRS sont intervenus pour séparer les deux parties. Le conflit s'est délocalisé sur le Front de mer après une course-poursuite. Sept des jeunes gens ont aujourd'hui été reconduits en fourgon à la gare de Saintes, un huitième à la gare de Royan, deux sont en garde à vue dans le cadre d'une affaire d'agression et tentative d'extorsion de fond sur un commerçant du Front de mer. Un dernier est emprisonné depuis ce week-end à Saintes avant d'être jugé, aujourd'hui même, dans le cadre d'une procédure de comparution immédiate pour extorsion de fond et menaces.

    Les auteurs de cette opération coup de poing nient avoir voulu se faire vengeance eux-mêmes. « Nous avons voulu donner un signe clair. Nous ne voulons pas de ça chez nous. » La justice, de son côté, risque de ne pas entendre les choses de cette oreille.
    Revenir en haut
    Eustache
    Groupe pour lettres circulaires

    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Juil 2007
    Messages: 585

    MessagePosté le: 12/08/2009 14:44:58    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    Bataille rangée à Royan
    Faits divers | 12 Août 2009
    Mercredi 12 Août 2009
    Benjamin Bonneau - leJDD.fr

    http://www.lejdd.fr/Societe/Faits-divers/Actualite/Bataille-rangee-a-Royan-…

    Venus à Royan en vacances, plusieurs jeunes de banlieue parisienne ont multiplié les délits pendant un mois. Las de la passivité des forces de police, les commerçants ont lancé une expédition punitive.




    Une histoire comme il en arrive souvent en été. Désireux de quitter la grisaille de leur quartier, des jeunes d’Epinay-sous-Sénart, dans l’Essonne, sont arrivés mi-juillet à Royan, en Charente-Maritime. Problème: ils n’étaient pas là uniquement comme de simples vacanciers, mais également dans le but de mettre en place un trafic de stupéfiants. Depuis, les habitants de Royan vivent un véritable cauchemar.

    Racket, agressions, insultes, les jeunes ont multiplié les délits pendant des semaines. Interrogé par le Parisien, un riverain raconte son calvaire: "Ils sont arrivés à une trentaine avant de squatter une maison désaffectée (…) Ils ont été délogé à deux reprises par la police avant qu’une quinzaine d’entre eux vienne rejoindre un ami (…) dans un ancien garage, près de chez moi." Le début des ennuis. "Ils fumaient des joints dans la rue, devant tout le monde (…) Certains ont pénétré dans les jardins de plusieurs voisins. Des jeunes filles ont été bousculées et intimidées." Et de conclure sur les motivations de ces jeunes: "Ces types ont très vite expliqué qu’ils étaient là pour s’emparer du quartier, et y imposer leur trafic de drogue." Un témoignage loin d’être isolé.

    Des menaces de représailles

    Pendant toute la durée de leur présence sur place, les Parisiens ont en effet terrorisé l’ensemble de la population. Qui a alors décidé d’en informer la police. Dans la nuit du 5 au 6 août, cette dernière, plutôt absente sur ce dossier jusque là, est obligée d’intervenir. Un vigile d’une discothèque est en effet agressé, puis racketté. Pour ces faits, un jeune a écopé de quatre mois de prison ferme, et deux autres de deux mois de prison et de 40 heures de travaux d’intérêt général. Pourtant, la population ne se satisfait pas de cette intervention policière.

    Après l’agression d’un des leurs dimanche dernier, 30 forains et commerçants ont décidé, lundi, de mettre en place une expédition punitive. Armés pour certains, ils ont dégradé plusieurs vitres et la porte d’entrée du domicile des jeunes Parisiens. Apeurés, ces derniers ont été secourus par la police, avant d’être conduits, sous escorte policière, jusqu’à la gare de Saintes, direction Paris. Mais avant de quitter la région, certains n’ont pas manqué d’avertir la population qu’ils comptaient bien revenir pour se venger.
    Revenir en haut
    Eustache
    Groupe pour lettres circulaires

    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Juil 2007
    Messages: 585

    MessagePosté le: 12/08/2009 14:50:20    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    Les commerçants font le coup-de-poing contre une bande
    Mardi 11 Aout 2009
    ROYAN 17. Forains et sédentaires sont partis en expédition contre une bande qui entreprenait de terroriser la Tache verte et le Front de Mer
    http://www.sudouest.com/accueil/actualite/france/article/673131/mil/4975077…


    «C'est une expédition préventive, pas punitive... » Dans l'esprit de ce commerçant, le distinguo est clair. Pour qui aura assisté à l'opération montée par un groupe de commerçants forains et sédentaires contre une bande de jeunes gens originaires de la banlieue parisienne qui avait entrepris de racketter le secteur, les choses sont moins claires. Hier, vers 16 heures, dans un même mouvement, une trentaine de professionnels se sont rendus dans la petite rue Jules-Lehucher, devant le garage transformé en appartement qui servait de domicile à ces jeunes.

    Les commerçants s'en sont pris à la façade, les contraignant à s'enfuir ou se barricader. La police et les CRS sont intervenus pour séparer les deux parties. Le conflit s'est délocalisé sur le Front de mer après une course-poursuite. Sept des jeunes gens ont aujourd'hui été reconduits en fourgon à la gare de Saintes, un huitième à la gare de Royan, deux sont en garde à vue dans le cadre d'une affaire d'agression et tentative d'extorsion de fond sur un commerçant du Front de mer. Un dernier est emprisonné depuis ce week-end à Saintes avant d'être jugé, aujourd'hui même, dans le cadre d'une procédure de comparution immédiate pour extorsion de fond et menaces.

    Menaces et insultes

    Ce groupe de jeunes gens originaires d'Épinay-sous-Sénart (Essonne) sévissait depuis la fin juillet, logé un premier temps dans un squat de la rue de la Marine avant d'intégrer en « sous-location » l'appartement de la rue Jules-Lehucher. Ils se sont rapidement fait connaître des riverains de la place de la Tache Verte en multipliant les agressions et les menaces.

    « Certaines personnes âgées n'osent plus sortir, explique l'un d'eux. Elles ne portent pas plainte par peur des représailles. J'ai découvert l'un d'entre eux endormi dans les parties communes de mon immeuble. Un autre en a trouvé un sur son toit. La petite-fille de l'une des riveraines en a rencontré un face à elle dans son propre jardin... Les dégradations et les petits vols se sont succédé, toujours avec un cortège de menaces et d'insultes. Ils ont agressé de jeunes saisonnières qui n'osaient plus rentrer seules le soir. Les gens n'en peuvent plus. »

    Pour les riverains, ces jeunes gens travaillaient à installer un trafic de drogue. « Ils parlaient de s'installer à l'année, expliquent-ils. Nous avons fait circuler une pétition. Nous en avons appelé au maire, à la police et à la préfecture. »

    Mode opératoire rodé

    Les commerçants n'étaient pas mieux lotis. Suivant un mode opératoire bien rôdé, la bande provoquait un incident. Puis exigeait sous la menace une compensation financière pour un incident pouvant aller du tee-shirt déchiré à la perte d'une liasse de billets. La « contribution » réclamée pouvait aller jusqu'à 1 000 euros. Plusieurs commerçants se sont ainsi fait purement et simplement racketter avec menaces de rétorsion en cas de plainte.

    L'agression de Jean-Michel Lacourte, lundi soir, a mis le feu aux poudres. Ce cafetier du Front de mer a refusé de payer, il s'est fait tabasser. Les policiers sont intervenus. Ses agresseurs sont aujourd'hui en garde à vue. Il n'en garde pas moins un souvenir amer. « Nous avons pourtant averti les pouvoirs publics. Nous les voyions rayonner de plus en plus large, faisant preuve de plus en plus d'assurance. Ils cherchaient clairement à établir un territoire. Nos craintes n'ont pas été suffisamment prises au sérieux. »

    Hors-la-loi

    Les commerçants et forains se défendent d'avoir voulu se faire justice eux-mêmes. Nul ne sait cependant jusqu'où les choses auraient pu aller en cas de bataille rangée. « Nous avons voulu donner un signe clair. Nous ne voulons pas de ça chez nous. » La justice, de son côté, risque de ne pas entendre les choses de cette oreille. Le retour à l'ordre acquis, certains des professionnels du Front de mer auront sans doute des explications à fournir sur leur comportement.


    « Nous devons y mettre un terme »

    Didier Quentin ne décolère pas. Le député-maire de Royan a rapidement pris son téléphone pour s'entretenir avec le conseiller Police de Brice Hortefeux au ministère de l'Intérieur. « Nous devons faire en sorte que ce genre de choses ne se reproduise plus. Je veux donner un coup d'arrêt à ces activités qui nuisent à Royan et aux Royannais. La ville a assez souffert de son aura de "ville ouverte" dans les années 70. Il faut mettre un terme à tout cela. »

    L'élu local aurait souhaité plus de présence policière dans le quartier « plutôt que sur les plages ». Sans approuver leur action, il regrette comme les commerçants ce qu'il estime être une prise en compte insuffisante du dossier par la Police nationale. Les forces de l'ordre, elles, entendent remettre les choses dans leur contexte.

    Cadre législatif

    « Notre mission nous impose d'agir dans un cadre législatif strict. Nous sommes intervenus dans le cadre de dépôts de plainte. Nous avons cependant affaire ici à une population difficile, qui sait très bien jouer avec la ligne blanche. Les comportements, la provocation, les insultes... Le tout avec une détermination et une organisation qui provoque un état d'insécurité permanent, avec une volonté d'intimidation. Tous ont des casiers judiciaires, mais cela ne nous autorise pas à faire n'importe quoi. Nous avons interpellé certains d'entre eux dans le cadre d'affaires de vols simples, de trafic de stupéfiants ou d'outrages. »

    Les policiers ont ainsi pu appréhender le « meneur », samedi, dans le cadre d'une plainte pour menace et tentative d'extorsion de fonds contre les salariés d'un établissement de nuit de Saint-Palais-sur-Mer.

    L'intervention des commerçants leur aura sans doute permis de faire le « ménage » plus rapidement. Lesquels n'en sont pas moins sortis de la légalité.
    Auteur : Philippe Belhache
    Revenir en haut
    Eustache
    Groupe pour lettres circulaires

    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Juil 2007
    Messages: 585

    MessagePosté le: 12/08/2009 14:55:24    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    Une bande de l’Essonne sème la panique à Royan
    http://www.europe1.fr/Info/Actualite-France/Faits-divers/Une-bande-semait-l…

    Une bande de jeunes vacanciers venus de l’Essonne a multiplié les délits à Royan depuis la fin juillet. Plusieurs commerçants victimes ont tenté de se faire justice eux-mêmes.

    Le calme est revenu à Royan. Cette station balnéaire de la Charente-Maritime a été, pendant une quinzaine de jours, le terrain de jeu d’une bande de jeunes vacanciers venus semer le trouble.

    "C’était la terreur tous les soirs, c’était terrible", témoigne un commerçant :


    Le groupe s’était installé fin juillet dans le centre-ville où il squattait un garage. Trafic de drogue, incivilités et violences. Ces jeunes originaires de l’Essonne se sont vite fait remarquer par les voisins et commerçants. A tel point qu’une pétition réclamant l'intervention plus énergique des pouvoirs publics a été lancée.

    "Autant ce comportement était détestable autant les infractions étaient peu nombreuses. Ils faisaient attention à ne pas dépasser la ligne jaune", se défend le commissaire de Royan :

    La tension est montée d’un cran lundi soir et tout a failli dégénérer quand une trentaine forains et commerçants ont tenté une expédition punitive. Armés pour certains d'une barre de fer ou d'une clé à molette, ils ont dégradé plusieurs vitres et la porte d’entrée du garage des fauteurs de troubles avant d’être retenus par la police. Les jeunes ont quant à eux été raccompagnés à la gare, à l’exception de trois d’entre eux.

    Jugés mardi, les trois jeunes de 18 et 21 ans ont été condamnés à des peines allant jusqu'à quatre mois de prison ferme pour tentative d'extorsion de fonds, menaces et violences sur des commerçants.

    Europe1.fr avec Pierre de Cossette et Guillaume Biet
    Revenir en haut
    Eustache
    Groupe pour lettres circulaires

    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Juil 2007
    Messages: 585

    MessagePosté le: 12/08/2009 14:57:18    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    Une bande de l’Essonne sème la panique à Royan
    Stéphane Sellami | 12.08.2009, 07h00
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/une-bande-de-l-essonne-seme-la-paniqu…

    Une bande de jeunes vacanciers venus de l’Essonne a multiplié les délits à Royan depuis la fin juillet. Plusieurs commerçants victimes ont tenté de se faire justice eux-mêmes.

    Tentatives de racket, agressions, vols, menaces de mort, dégradations, intimidations et insultes... Un groupe de jeunes gens, originaires de la banlieue parisienne, a multiplié les délits dans les rues de Royan (Charente-Maritime) depuis la fin du mois de juillet, terrorisant les habitants et les commerçants proches du front de mer. Les policiers de la ville ont recensé une quinzaine de faits imputables à cette petite bande venue d’Epinay-sous-Sénart (Essonne).

    Dernier épisode en date : le 10 août, vers 16 heures, une trentaine de commerçants, forains et sédentaires, ont voulu en découdre avec plusieurs de ces jeunes après une agression, commise la veille, sur l’un d’entre eux. Ils ont dégradé plusieurs vitres et la porte d’entrée du domicile de ces derniers, rue Jules-Lehucher, avant d’être retenus par la police. A l’intérieur, sept garçons apeurés ont rapidement plié bagages avant d’être conduits, sous escorte policière, jusqu’à la gare de Saintes, direction Paris.

    Tentatives de racket contre les commerçants

    «Nous avons rencontré une situation pas facile à gérer, reconnaît le commissaire de Royan. Fin juillet, nous nous sommes aperçus qu’une équipe de jeunes Parisiens était en ville. On en a retrouvé une quinzaine dans un squat d’où on les a délogés. Ils ont ensuite investi un ancien garage réhabilité en logement, rue Jules-Lehucher. Ils se sont toujours montré arrogants et provocants à notre égard et vis-à-vis de la population. »
    La tension n’a cessé de grandir entre ces jeunes vacanciers et les riverains, excédés par leur comportement. « Nous n’avons pas arrêté d’appeler la police et la mairie pour dénoncer leurs agissements, affirme un habitant, sous couvert d’anonymat. Personne n’a bougé ou trop tard. La situation n’était plus vivable. Ils intimidaient les gens et faisaient peur à tout le monde. Sans compter, les tentatives de racket contre les commerçants. » Selon la police, ces jeunes ont provoqué des incidents dans ou à proximité de commerces avant de tenter d’intimider les responsables de ces magasins ou restaurants.
    Ainsi, dans la nuit du 5 au 6 août, les vigiles d’une discothèque refusent l’entrée à plusieurs membres de la bande. Le ton monte. Un coup est porté au visage d’un des agents de sécurité qui use de gaz lacrymogène pour se défendre. Quelques minutes plus tard, l’un des jeunes revient à la charge en expliquant que, dans la bousculade, une paire de lunettes a été brisée. « Il a réclamé 200 € de dédommagement au patron de la discothèque, sous peine de sérieuses représailles. Ils ont recommencé, à deux autres reprises, ailleurs. Un commerçant a cédé », précise une source policière.
    L’un des racketteurs, Johann, 21 ans, a été condamné hier à quatre mois de prison ferme. Deux autres ont écopé de deux mois de prison et de 40 heures de travail d’intérêt général (TIG) après des violences et des dégradations.
    « La police et nos services ont fait de leur mieux, estime Didier Besson, adjoint au maire de Royan, en charge de la sécurité. Nous avons été confrontés à une bande de jeunes de banlieue qui ont voulu se comporter comme chez eux. Ici, la population sédentaire est un peu âgée et leur sensibilité à l’insécurité est un peu plus exacerbée qu’en région parisienne.
    Ces jeunes se sont certes montrés un peu agressifs et menaçants mais ils ne s’en sont jamais pris à une retraitée pour lui voler son sac. Par ailleurs, nous avons eu le plus grand mal à amener les victimes réelles à déposer plainte. »
    Revenir en haut
    Eustache
    Groupe pour lettres circulaires

    Hors ligne

    Inscrit le: 20 Juil 2007
    Messages: 585

    MessagePosté le: 12/08/2009 15:00:17    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    Revenir en haut
    Antoine Beretto
    Paladin

    Hors ligne

    Inscrit le: 12 Mai 2009
    Messages: 627
    Localisation: Quelque part en Basse-Guyenne

    MessagePosté le: 12/08/2009 18:37:05    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    Bien vu, c'est un peu le scénario du Justicier de New York (Death Wish III) dans lequel Paul Kersey (Bronson) apprend aux gens d'un quartier à se défendre contre des CPNY (chances pour New-York) qui les rackettent, les volent, les terrorisent.


    Charlie, il savait se montrer prévoyant.
    _________________
    En cinq ans pas un mouvement d'humeur, pas une colère, même pas un mot plus haut que l'autre, pis d'un seul coup CRACK la fausse note, la mouche dans le lait
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 12/08/2009 21:27:46    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    Pour ma part je retiendrai uniquement cette petite déclaration.

    Citation:
    Adjoint au maire de Royan en charge de la sécurité, Didier Besson tempère : «C'est vrai qu'ils étaient menaçants. Mais il faut aussi comprendre que nous vivons dans un petit coin calme où la population présente une sensibilité très élevée à ce type d'incidents.»


    Et bientôt on nous expliquera que ce n'est plus aux "Djeun's" de banlieue de s'intégrer, mais aux braves souchiens de s'intégrer...
    Monsieur Didier Besson mérite des claques et d'être renvoyé dans ses pénates aux prochaines élections!
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Antoine Beretto
    Paladin

    Hors ligne

    Inscrit le: 12 Mai 2009
    Messages: 627
    Localisation: Quelque part en Basse-Guyenne

    MessagePosté le: 12/08/2009 23:09:59    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    Celle-ci est plein de dhimmitude :

    "Ces jeunes se sont certes montrés un peu agressifs et menaçants mais ils ne s’en sont jamais pris à une retraitée pour lui voler son sac. Par ailleurs, nous avons eu le plus grand mal à amener les victimes réelles à déposer plainte."

    Didier Besson, un nom à retenir.
    _________________
    En cinq ans pas un mouvement d'humeur, pas une colère, même pas un mot plus haut que l'autre, pis d'un seul coup CRACK la fausse note, la mouche dans le lait
    Revenir en haut
    Arlésien
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 27 Mai 2008
    Messages: 127
    Localisation: Arles

    MessagePosté le: 13/08/2009 13:53:56    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    Antoine Beretto a écrit:
    Celle-ci est plein de dhimmitude :

    "Ces jeunes se sont certes montrés un peu agressifs et menaçants mais ils ne s’en sont jamais pris à une retraitée pour lui voler son sac. Par ailleurs, nous avons eu le plus grand mal à amener les victimes réelles à déposer plainte."

    Didier Besson, un nom à retenir.


    Les valeurs sont inversées. Que les petites frappes de banlieue retournent dans leur tannière. Il est grand temps de leur montrer qui commande. On en a marre de se faire importuner par des voyous !! La négociation n'amène à rien avec cette vermine. Nous sommes dans un rapport de force. Quandva-t-on le comprendre ?


    _________________
    Arlésien, un fervent auditeur de Radio Courtoisie.
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 13/08/2009 15:04:52    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    Citation:
    Nous sommes dans un rapport de force. Quandva-t-on le comprendre ?

    Il faudrait pour cela que le ministère de l'Intérieur arrête de recruter dans les banlieues parmi la racaille,
    Il faudrait que les juges ne soient plus des gauchistes pleurnichards laxistes,
    Il faudrait que les peines, celles qui sont distribuées à tour de bras et même laxistes, soient déjà appliquées...
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Antoine Beretto
    Paladin

    Hors ligne

    Inscrit le: 12 Mai 2009
    Messages: 627
    Localisation: Quelque part en Basse-Guyenne

    MessagePosté le: 13/08/2009 18:05:58    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    Ces révoltes de commerçants, c'est le retour du poujadisme, peut-être ?
    Espérons !
    _________________
    En cinq ans pas un mouvement d'humeur, pas une colère, même pas un mot plus haut que l'autre, pis d'un seul coup CRACK la fausse note, la mouche dans le lait
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 14/08/2009 09:21:54    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan Répondre en citant

    La nouvelle tombe à pic!
    http://radiocourtoisie.leforum.eu/t5482-Les-cadets-de-la-raie-publique-inte…
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 24/10/2017 04:20:15    Sujet du message: Quand les djeunnes terrorisent Royan

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Actualité, société Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers: