Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    Audiard ou comment réussir quand on est un canard sauvage

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Culture
    Sujet précédent :: Sujet suivant  
    Auteur Message
    Antoine Beretto
    Paladin

    Hors ligne

    Inscrit le: 12 Mai 2009
    Messages: 627
    Localisation: Quelque part en Basse-Guyenne

    MessagePosté le: 13/06/2009 18:06:37    Sujet du message: Audiard ou comment réussir quand on est un canard sauvage Répondre en citant



    Citation:
    "Si je m'appelais Napoléon, j'avouerais être né en 1769 à Ajaccio et
    je vous raconterais la bataille d'Austerlitz. Mais je suis né en 1920 à
    Paris, ce qui ne présente, sauf pour les personnes nées le même jour,
    aucun interêt."

    Ainsi Michel Audiard aimait-il se présenter. Il ne vit pas le jour sous
    le chaud soleil corse, ce qui ne l'empêcha pas de demeurer attaché à
    ses racines. Ni maquis, ni châtaignes dans le quatorzième mais, en ce
    XXème siècle en passe d'être majeur, une ambiance de village replié sur
    lui-même.
    (...)
    Or donc, au 2 de la rue Brézin, le 15 mai 1920, à 23 heures, naquit
    Paul Michel Audiard. Il ne resta pas longtemps confiné dans cette
    petite artère jouxtant l'avenue du Maine et se répandit dans le quatorzième
    pour mener ce qu'il qualifia lui-même l'enfance d'un "orphelin
    de luxe"
    . D'un côté, son père avait disparu depuis belle lurette sans se
    soucier de l'arrivée de ce marmot dont nul ne pouvait deviner à quel
    destin il était promis. De l'autre, sa mère ne s'imagina pas élever sans
    mari cet enfant dans la petite-bourgeoisie du Puy dont elle était issue.
    Etre fille mère, en ces années-là, était une tache infamante. Entre sa
    réputation et son enfant, elle choisit.
    "Mes origines sont extrêmement vagues, ironisa Michel, puisque je
    suis né de père inconnu et d'une mère extrêmement voyageuse et
    fugace."

    Cette mère préféra retourner seule dans sa ville en dentelle, déléguant
    l'éducation de son fils à un vague parent parisien, qui s'acquitta
    de cette tâche avec ferveur et devint le parrain du petit.
    "Je ne peux pas dire que j'ai été un gosse abandonné, ce serait un
    bien grand mot
    , admit Michel Audiard. Ma mère m'avait confié à un
    parrain, un mec très gentil. J'étais heureux comme tout... J'aurais pu
    être mis à l'Assistance publique mais là ce ne serait pas la même chose,
    je verrais les choses différemment, j'en voudrais à ma mère. Pas là.
    Elle ne m'a pas élevé, quoi, ça n'est pas allé plus loin."

    Cet "abandon", ou considéré comme tel, Michel en parla peu.
    Comme il parla peu de son enfance. Y compris à ses amis. Motus et
    bouche cousue sur une douleur toujours ardente.
    (...)
    "A dix ans, témoigna-t-il, j'étais le ricaneur imbécile sournoisement
    tapi dans le fond de la classe entre le poêle et la porte, l'idiot qui se curait
    les narines en gloussant, qui lisait, qui apprivoisait des hannetons dans
    son plumier. Tout à fait fermé au savoir. Je n'écoutais pas les leçons du
    maître. L'expérience de Lavoisier, le théorème de Pythagore, le principe
    d'Archimède et la poésie d'Albert Samain me faisaient abominablement
    chier."

    Il développa, cependant, un don original en français, brillant de
    plus en plus dans des rédactions où son humour faisait oublier les
    défaillances grammaticales.
    Aux cours magistraux, il préférait la cour de récréation et aux hauts
    murs de son école, les grands espaces du quatorzième. Car la verdure
    n'y manquait pas, terrain de jeux favori des gamins de tout poil. Le
    parc Montsouris, bien entendu, mais, plus bas, la "coulée verte"
    entourant le sud de Paris.
    (...)
    "Enfant, parce que j'étais pauvre, il était pour moi impossible de
    m'acheter, comme les copains, un vélo de course pour traverser cette
    herbe folle qui poussait encore aux portes de Paris
    , déclara-t-il. J'en
    ressentais une grande amertume"


    Courts extraits du premier chapitre de :
    "Michel Audiard ou comment réussir quand on est un canard sauvage"
    Auteur : Philippe Durant
    Editeur : Le Cherche Midi
    Catégorie : Livres Europe
    Date de sortie : Octobre 2005
    ISBN : 9782749104768

    Abandonné, pauvre, comment le jeune Audiard s'est construit dans un Paris de l'entre deux guerres ... puis l'occupation qui lui vole ses 20 ans, la libération qui lui apporte de nouvelles déchirures ...
    A se procurer au plus vite.
    _________________
    En cinq ans pas un mouvement d'humeur, pas une colère, même pas un mot plus haut que l'autre, pis d'un seul coup CRACK la fausse note, la mouche dans le lait
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 13/06/2009 18:06:37    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Antoine Beretto
    Paladin

    Hors ligne

    Inscrit le: 12 Mai 2009
    Messages: 627
    Localisation: Quelque part en Basse-Guyenne

    MessagePosté le: 13/06/2009 18:15:37    Sujet du message: Audiard ou comment réussir quand on est un canard sauvage Répondre en citant

    A propos de la libération, dans un livre d'Audiard intitulé "La Nuit, le jour et toutes les autres nuits", paru en 1978, il vomit les résistants de la 25ème heure qui avaient lâchement tué son amie prostituée Myrette :
    Citation:
    « …Je dis de plus en plus de choses blessantes pour faire chier les gens ! Personne ne vaut rien ! Ils ont tué Myrette, tondu Quenotte, torturé la vieille marchande de coco, essayé de me faire mourir de chagrin. Je peux plus les piffrer ! C’est pour ça je voudrais tant que la Super H leur pète dans la gueule ! Je fais des prières pour ça, les soirs où je passe par Saint-Sulpice. »

    _________________
    En cinq ans pas un mouvement d'humeur, pas une colère, même pas un mot plus haut que l'autre, pis d'un seul coup CRACK la fausse note, la mouche dans le lait
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 21/09/2017 21:38:31    Sujet du message: Audiard ou comment réussir quand on est un canard sauvage

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Culture Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers: