Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    Chasse aux anglicismes : le feu d'artifice du lundi soir...

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Culture
    Sujet précédent :: Sujet suivant  

    Faut-il lutter contre les anglicismes à Radio Coutoisie ?
    Oui, mais en faisant preuve de psychologie
    80%
     80%  [ 4 ]
    Non, c'est inutile et utiliser des anglicismes est un droit.
    20%
     20%  [ 1 ]
    Total des votes : 5

    Auteur Message
    Boileau419
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 03 Nov 2008
    Messages: 161
    Localisation: Pékin

    MessagePosté le: 18/03/2009 07:32:12    Sujet du message: Chasse aux anglicismes : le feu d'artifice du lundi soir... Répondre en citant

    Lundi, au libre journal du grand patron, nous avons eu droit, une fois n'est pas coutume sur la radio de la francophonie, à un réveil des ardeurs linguistiques d'antan. La soirée en fut tout illuminée, car c'est à un véritable bouquet de feux d'artifice que nous avons assisté, les remarques fusant d'un bout à l'autre de l'émission. Jugez-en plutôt :

    Dès la première heure, ***PG donnait le signal des festivités en lançant une fusée au rédacteur en chef de Paris-Match. Echauffé par l'histoire épique de leur commun pays breton, celui-ci s'était permis de dire "star" plutôt que "gloire" : Anne, la gloire de la Bretagne. Ce n'était pas rien de reprendre Gilles Martin-Chauffier, car l'homme, représentant d'une dynastie de journalistes illustres, a obtenu plusieurs prix littéraires--et parle à la vitesse d'une lame déferlante au large d'Ouessant. Et puis, l'épingler pour "star"! Un mot si auréolé de prestige, si merveilleusement assorti au strass du parler moderne que son équivalent franchouillard "vedette" (ou "étoile") fait désormais figure de poussiéreux objet de musée, que dis-je, de réserve de musée !

    Comme Chauffier s'était plus ou moins déclaré partisan de l'indépendance de la Bretagne (et qu'il avait affiché une satisfaction évidente à l'idée que les nations s'effacent au profit des régions sous la "suzeraineté" de Bruxelles), j'attribue sur le moment ***PG à un appétit de revanche : "Il veut lui rabattre le caquet", me dis-je. Je me trompais, car la seconde partie, consacrée à la ré-information, voit une cascade d'illuminations : Yves Daoudal, malgré sa bretonnitude, se fait rappeler à l'ordre--et couper net en début de phrase--pour avoir lâché "une politique initiée par le Général de Gaulle". C'est "commencée" qui convenait, mon cher Yves ! Avant cette pique, Henry de Lesquen avait déjà fait remarquer à son interlocuteur que le nom de son hebdomadaire trahissait un fâcheux tropisme anglo-saxon puisqu'il s'intitule "Daoudal Hebdo".

    Pour respecter le génie exigeant de notre beau parler françois, c'est "L'Hebdo Daoudal" qu'il eût fallu appeler cette revue d'information politique et religieuse ! J'étais littéralement ébloui par tant de zèle courtois ; jamais les invités n'avaient vu leur ego mis en cause de la sorte aux studios du boulevard Murat depuis le débat brouhaha avec Alain Soral; et personne ne s'était rebiffé ! Je ne pouvais en même temps m'empêcher de songer avec mélancolie à une autre émission de la radio où avait été présenté un ouvrage d'Hélène Surgers intitulé "Les Gens du Nord et la Ch'ti attitude"; là personne n'avait fait remarquer l'anglicisme de syntaxe, sans parler de l'incongruité de prêter aux Flamands et aux Picards une façon de parler qui doit tout à la modernité et rien au terroir. O lingua, o mores !

    L'anglomanie ne règne toutefois pas en maître à l'hebdo de Daoudal puisque le natif de Port Lyautey révèle que le numéro de cette semaine contient un article sur le scandale de la promotion du "genre" (la confusion des sexes) : le rédacteur s'était abstenu d'utiliser le terme américain "gender" : Deo gratias ! Mauvais point cependant pour son "blog", et là c'est votre humble serviteur qui prend la parole, pas Henry de Lesquen. Voilà encore un patriote--Dupont-Aignant en est un autre--qui, en retard d'une guerre linguistique, ignore toujours bloc-notes et cybercarnet. Radio Courtoisie est d'ailleurs dans le même et pitoyable cas. Mais patientons encore un peu et soyons indulgents, sachant que dire "télécopie*" et "courriel" a déjà coûté un effort surhumain et épuisé les réserves de volonté et d'attention de tout le monde.

    Revenons cependant à l'antenne, où le président va maintenant illustrer l'adage "tel est pris qui croyait prendre". Fatigué à l'évidence de lutter contre tant de moulins à vent, le manque d'entraînement aidant, notre ***PG et pyrotechnicien emploie, en cafouillant abominablement d'ailleurs, "éligible" au sens de l'anglais "eligible", qui veut dire "ayant droit à", "admissible". Il parle entre autres, si mes souvenirs sont bons, de personnes "éligibles pour l'impôt sur le revenu", ce qui ne veut strictement rien dire, ni en français ni en franglais. Il voulait, je crois, dire qu'elles tombaient sous le coup de l'odieuse taxe.

    J'ai cru un instant que ses invités allumeraient pour la fin de la soirée des chandelles romaines en dénonçant avec de gros éclats de rires ce "dérapage"--"médecin, guéris-toi toi-même !"--, mais la discussion a poursuivi son cours tranquille pour aboutir, sans nouvelles étincelles, ***PG. ***PG, car, enfin, combien d'experts ès barbarismes d'outre-Manche trouve-t-on de ce côté-ci du Tchanneule, dites-moi ?

    J'ai pardonné à notre ***PG parce qu'il avait beaucoup aimé et guerroyé pour notre belle langue française ce jour-là. Maintenant qu'il a pris la mesure du combat à mener et vu que tout cela était bon, qu'il se repose de toutes ses oeuvres et s'offre un shabbat bien mérité, en attendant les batailles de demain...

    *Télécopie remplace "fax", qui est en réalité une abréviation de fac-simile, un mot latin. Que Radio Courtoisie se mette en peine pour bannir un mot somme toute inoffensif tout en répétant "blog" et "lobby" à longueur de journée reste pour moi un mystère...
    _________________
    Pour vaincre dans le combat, il faut du courage plus que de la courtoisie.
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 18/03/2009 07:32:12    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Boileau419
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 03 Nov 2008
    Messages: 161
    Localisation: Pékin

    MessagePosté le: 18/03/2009 11:01:40    Sujet du message: Chasse aux anglicismes : le feu d'artifice du lundi soir... Répondre en citant

    Éligible

    En français, l’adjectif éligible signifie « qui peut être élu », en parlant d'une personne. De même, le substantif éligibilité signifie « aptitude à être élu ». Ces deux termes relèvent donc du domaine des élections.

    Exemples :

    - En France, c’est depuis 1944 que les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes.

    - La personne déclarée coupable d'un acte criminel punissable de deux ans d'emprisonnement ou plus n’est pas éligible.

    Toutefois, sous l'influence de l'anglais, éligible est souvent employé à tort au sens d'« admissible » ou de « qui a droit à quelque chose, qui remplit les conditions requises ». De même, éligibilité est employé erronément au sens d’« admissibilité » ou de « fait d’avoir droit à quelque chose, de remplir les conditions requises ».

    Exemples fautifs :

    - Les candidats non éligibles au concours seront avisés de la décision par écrit.

    - Marie est éligible à une indemnité de remplacement du revenu.

    - André serait éligible à une promotion.

    - Quels sont les critères d’éligibilité aux subventions?

    On écrira plutôt :

    - Les candidats non admissibles au concours seront avisés de la décision par écrit.

    - Marie a droit à une indemnité de remplacement du revenu.

    - André remplit les conditions requises pour obtenir une promotion.

    - Quels sont les critères d’obtention d’une subvention?

    Référence : banque de dépannage linguistique de l'Office québecois de la langue française.
    _________________
    Pour vaincre dans le combat, il faut du courage plus que de la courtoisie.
    Revenir en haut
    Boileau419
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 03 Nov 2008
    Messages: 161
    Localisation: Pékin

    MessagePosté le: 18/03/2009 11:08:44    Sujet du message: Chasse aux anglicismes : le feu d'artifice du lundi soir... Répondre en citant

    Puisque quatre termes de racines différentes peuvent servir à rendre l'unique mot "éligible", on voit à quel point le franglais réduit notre palette d'expression.

    Je trouve qu'il y a aussi quelque chose de pervers à parler d'éligibilité au haut débit. Cela me fait penser au détournement du mot "icône" pour désigner une figure emblématique : Marilyn Monroe est une "icône" de l'Amérique. "Eligibilité à l'ADSL" abîme la polique comme "icône du mode de vie américain" abîme la religion.
    _________________
    Pour vaincre dans le combat, il faut du courage plus que de la courtoisie.
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 19/03/2009 20:22:39    Sujet du message: Chasse aux anglicismes : le feu d'artifice du lundi soir... Répondre en citant

    Je ne suis pas certain de bien vous comprendre pour le mot "icône"?
    Dans le sens que vous donnez ici, «Marilyn Monroe est une "icône" de l'Amérique», je suis assez partisan de cette formule. Une icône est faite pour être cassée. Icône fonctionne en binôme, ou s'oppose, avec iconoclaste.

    Pour ce qui est d'éligible, vous avez entièrement raison. Je préfère toutefois l'usage du verbe recevoir et des mots recevable, receveur et receveuse à exclusion de recevabilité réservé au juridique.
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Boileau419
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 03 Nov 2008
    Messages: 161
    Localisation: Pékin

    MessagePosté le: 22/03/2009 05:57:18    Sujet du message: Chasse aux anglicismes : le feu d'artifice du lundi soir... Répondre en citant

    Peut-être n'avez-vous pas de vénération particulière pour les icônes ? Moi, les icônes, je les embrasse, je les contemple. Je ne les casse pas. Il faut dire que les icônes que j'aime ne représentent pas Marilyn ou Madonna. En tout cas, "icône" au sens de "symbole" est un anglicisme. Pour "icône" au sens informatique, j'utilise "minimage".
    _________________
    Pour vaincre dans le combat, il faut du courage plus que de la courtoisie.
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 22/03/2009 12:39:38    Sujet du message: Chasse aux anglicismes : le feu d'artifice du lundi soir... Répondre en citant

    Cher Boileau,
    La défense du Français a ses limites.
    Si vous commencez à remettre en cause ce qui est admis par les dictionnaires depuis longtemps, on n'est pas sorti de l'auberge.

    Un "symbole" est une image qui contient un autre sens, ou sens caché, que sa propre image!
    Une icône est ce qu'elle est pour ce qu'elle est rien d'autre, mais une icône peut être aussi symbolique.

    En matière informatique, l'anglicisme est "pic" raccourci de "picture"

    À mon tour de vous faire un reproche. Pourquoi utiliser "minimage" alors que des mots Français existent avec pictograme ou encore vignette.
    On notera que la taille ou son poids n'a rien à voir avec sa taille apparente. Il convient alors de parler de "basse définition / résolution" à "haute définition / résolution"
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 29/05/2017 13:19:46    Sujet du message: Chasse aux anglicismes : le feu d'artifice du lundi soir...

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Culture Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers: