Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    Mort de Staline, 5 mars 1953

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Actualité, société -> Communiqués de presse
    Sujet précédent :: Sujet suivant  
    Auteur Message
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 05/03/2009 22:40:21    Sujet du message: Mort de Staline, 5 mars 1953 Répondre en citant

    Citation:
    Taverny, le 5 mars 2009


    COMMUNIQUE DE PRESSE D’ALEXANDRE SIMONNOT



    Conseiller Municipal de Taverny
    Membre du Comité Central du Front National


    Ces millions de morts oubliés !



    Il y a 56 années, le 5 mars 1953, le dictateur Joseph STALINE mourrait. Le monde était ainsi débarrassé d’un des plus grands criminels de tous les temps et de toute l’histoire. Il est bien évidemment impossible de rendre un quelconque hommage à cet abominable tortionnaire dont le XXème siècle se serait bien passé.



    C’est aux dizaines de millions de morts du Stalinisme qu’il nous faut rendre hommage. Ces femmes et ces hommes spoliés, déportés, torturés, massacrés, éliminés par la barbarie stalinienne. Ces millions de morts dont on ne parle jamais, ces millions de morts volontairement oubliés, ces millions de morts qui n’intéressent personne !



    Surnommé à tort « le petit père des peuples », appellation désignant traditionnellement les Tsars de l’Empire Russe, le tyran STALINE était en réalité le petit père des pires exactions et des pires ignominies.



    Pourquoi ce silence sur les millions de morts du communisme ? Pourquoi n’évoque-t-on jamais ces génocides orchestrés par STALINE ? Pourquoi ce silence sur les atrocités des Goulags ? A quand toute la vérité sur ces exterminations de masse ? A quand un grand procès du Communisme ?



    Le respect des morts ne se partage pas et il serait temps d’effectuer, à l’égard des victimes du Communisme, un véritable et légitime devoir de mémoire.



    Voila ce que devraient méditer les promoteurs de la liberticide Loi du communiste GAYSSOT, cette Loi qui ne connaît et reconnait qu’un seul crime contre l’humanité.



    95150 TAVERNY - 06.62.34.28.19 - simonnot.fn@gmail.com

    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 05/03/2009 22:40:21    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Paxi
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 21 Oct 2007
    Messages: 2 690

    MessagePosté le: 05/03/2009 22:55:55    Sujet du message: Mort de Staline, 5 mars 1953 Répondre en citant

    Pour compléter le texte,
    http://konigsberg.hautetfort.com/archive/2009/03/05/les-100-millions-de-morts-de-la-vermine-rouge.html#comments
    _________________
    Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret
    qui ne doive être connu et mis au jour. Luc 8 : 17.
    La force des mauvais se nourrit de la lâcheté des bons. Pie X.
    Revenir en haut
    Alliance francaise
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Mai 2008
    Messages: 207
    Localisation: orléans

    MessagePosté le: 06/03/2009 10:44:21    Sujet du message: Mort de Staline, 5 mars 1953 Répondre en citant

    La meilleurs chose que l'on puisse faire du communisme, serait de le faire entrée dans l'oublie.

    Tant il incarne la prise de force d'une masse imbécile qui se croyait meilleur que ces élites. Encore aujourd'hui, les biens pensant préfèrent un communiste mal éduqué et ignare de son histoire de sa culture de ses origines de son appartenance ethnique plutôt qu'un lucide amoureux de sa terre qui ne cède pas au consumérisme.

    Ne pas oublier de condamner les criminels, de commémorer les victimes certes, mais oublier ce fléau pour qu'il ne renaisse à jamais.

    Si les gents sont dans la misère matériel, ils ne sont plus dans cette misère intellectuelle de 14. ils ont à leur porter des moyens de communications pour leur faire prendre conscience qu'ils peuvent être dupés. Du partage des richesses, chacun à compris qu'il est un facteur clé de la création des richesses. Si l'on passe du collectivisme, à la notion de l'économie au services des hommes, force est de constater que c'est un progrés.
    Les nôtres européens doivent prendre conscience de cette identité particulière qui nous lie, quelque soit notre situation sociale s'ils tiennent à s'identifier ainsi. ( La vision d'une lutte des classes étant le début d'un abcès, où la gangrène communiste vient s'installer tel un noma sur le visage innocent d'un enfant).

    Faire entrer dans l'oublie le communisme et la lutte des classes, me parait important, au même titre que les thèses d'une race supérieur sur les autres empreint du sacré devoir, en tant que race supérieure, d'insuffler la civilisation aux races inférieures.

    Ceci passe bien sur par la condamnation des criminels.
    Il nous faudrait un "Nuremberg", qui se passerait à Ekaterinbourg. Chacun ici sait pourquoi le choix de ce lieu.

    Citation:
    Cher Alliance Française
    Relisez-vous ou utilisez un logiciel de correction svp.
    Cela nuit à la compréhension de votre texte.

    _________________
    "Quand on se bat, on peut perdre; quand on ne se bat pas on a déjà perdu ! ".
    Mon avatar : portrait du général Georges Loustaunau-Lacau
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 06/03/2009 11:20:49    Sujet du message: Mort de Staline, 5 mars 1953 Répondre en citant

    Alliance francaise a écrit:

    Si les gens sont dans la misère matérielle, ils ne sont plus dans cette misère intellectuelle de 14.


    Vous parlez de 1914?
    Mais en 1914, les gens n'étaient pas dans une misère intellectuelle? Le système éducatif était certainement meilleur qu'aujourd'hui.

    Citation:
    un communiste mal éduqué et ignare de son histoire de sa culture de ses origines de son appartenance ethnique plutôt qu'un lucide amoureux de sa terre qui ne cède pas au consumérisme

    Shocked Shocked
    Si vous aimez Dominique Venner, vous devriez savoir que les communistes étaient loin d'être des idiots et des incultes. Réduire le communisme au refus du consumérisme est une erreur grave! La mise en œuvre du communisme à souffert d'une production insuffisante par rapport aux besoins. Le communisme, c'est au contraire la société que l'on veut nous donner à travers la politique du Mondialisme. C'est une société qui comble nous instincts et nos besoins et fait table rase des principes, des valeurs et de l'intellect.
    Nous n'avons jamais été plus proche du communisme qu'aujourd'hui! Si la forme autoritaire et brutale à disparue, le modèle de pensée est plus que jamais présent!
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Paxi
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 21 Oct 2007
    Messages: 2 690

    MessagePosté le: 06/03/2009 12:02:30    Sujet du message: Mort de Staline, 5 mars 1953 Répondre en citant

    Résumé : Hitler était communiste, Mussolini à gauche. Le communisme, le socialisme, le capitalisme,
    le libéralisme vont tous dans le même sens et pas dans celui du commun des mortels.
    Pas dans le sens de le sens de la vérité, droiture, amour et charité.
    Les lois de notre monde actuel sont représentées par le mensonge, le vice et l'inversion de toutes valeurs.
    Toutes ces mots sont fascistes, la dictature est fasciste.


    Chère Paxi,
    Vos citations sont intéressantes mais mélangent deux problèmes distincts

    Nous parlons ici de la mémoire ou non de Staline et du communisme.

    Je vais les remettre dans un autre fil.

    _________________
    Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret
    qui ne doive être connu et mis au jour. Luc 8 : 17.
    La force des mauvais se nourrit de la lâcheté des bons. Pie X.
    Revenir en haut
    Alliance francaise
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Mai 2008
    Messages: 207
    Localisation: orléans

    MessagePosté le: 06/03/2009 13:01:18    Sujet du message: Mort de Staline, 5 mars 1953 Répondre en citant

    L'idée général de mon texte était :
    Condamnons les criminels, mais oublions le communisme et la lutte des classes.
    J'ai argumenté sur l'accès à la culture des peuples qui avaient été les masses profitable au communisme, puis l'industrialisation.
    Et j'ai mis en avant un principe actuel alternatif aux principes anciens que sont " le collectivismes " et " le capitalisme mondial" :
    -----------------------------------------L'économie au service des hommes.----------------------------------------
    Pour conclure, j'étais pour un procès symbolique fait en Russie dans une ville historiquement et intellectuellement apte à fournir un procès pour l'histoire des russes. Ekaterinbourg.


    En réponse :

    Sur l'enseignement de la culture et la culture de 1914 :
    Dans les manuels de nos arrières grands parents il était racontée de bonnes choses telle les idées universelles, les biens faits des droits de l'homme, l'égalitarisme... et la légitimité notre présence dans les colonies pour répondre aux principes universels de notre civilisation sur des peuples inaptes à s'y conformer...

    Comment prétendre que cette vision est juste selon notre histoire passé ?

    Surtout qu'aujourd'hui il existe des réseaux, sur internet par exemple, pour aller vers l'information que vous rechercher. Ce forum répond parmi ces lieux d'érudition. La résistance est en marche... mais elle s'instruit.

    Je suis bien sur en accords avec vous concernant les enseignements de la moral et des matières de bases, qui manquent cruellement d'être enseignée. C'est bien cela, elles ne sont pas enseignées. Les écoles sont dans des situations d'insurrection à la soviet, à l'instar d'usine occupées par les agitateurs politisés. Sauf que là, pas d'idée de construire, de changer un systèmes qui ne répond plus à l'air du temps.
    Juste l'idée de ne rien faire. --------------- Une certaine idée Africaine, -----------------une chance pour la France, parait il ?!
    Michel Jeury regrette dans son œuvre "les secrets de l'école d'autrefois" l'enseignement pratiqué du temps de Jules Ferry.
    En quoi ces matières ont elles changée ? La langue et les mathématiques sont des choses à apprendre, pratiquement figées.
    Alors est ce les enseignants qui ne savent plus enseigner, ou est ce les élèves qui ne veulent plus apprendre ?


    Le communisme, un ramassis d'idiot :
    Chacun sait que le communisme, par Marx, Lénine et Trotsky s'inspire de la révolution française. Elle va seulement plus loin à mon avis, par exemple en imaginant le troc comme alternative à l'argent. C'est bien là, la preuve d'une imagination sans expériences. C'est cela que je traite d'idiot !

    Le propre d'une civilisation est justement d'être passée à un système d'échanges dont la valeur est représentée par l'argent. (D'autres éléments s'ajoutent telle la capacité agricole, la politique).
    Imaginer de revenir en arrière .... c'est comme de penser que l'on pourrait fabriquer une machine à remonter le temps pour refaire ce que l'on a mal fait, ou pas fait, plutôt que de prendre leçon de ses erreurs et donc accepter l'échec, pour se grandir et ne pas reproduire les erreurs.
    A mon avis l'échec de notre systèmes d'échange n'est pas l'outil, la monnaie, mais les limites non posées de son usage. Ces limites sont vastes. Je ne peux les abordées. Je citerai l'usure, documentaire sur dailimotion.http://www.dailymotion.com/bookmarks/laurentgaulois2/video/x75e0k_largent-dette-de-paul-grignon-fr-in_news


    L'industrialisation sera le creusé où le communisme prendra racine. Nous l'avons vu, les soviets s'installent spontanément dés le renversement du tsar. Nous avons devant nous, avec le bénéfice du recule, une concentrations d'élèves perturbateurs donc les pions auraient été lapidés.
    La paysannerie russe ne manifeste elle pas une opposition au collectivisme, en démontrant et non en refusant, que l'échange de blé contre des produits manufacturés ne répond pas à la réalité des échanges ? ( puisque la livraison sera insuffisante à cause de mauvaises récoltes, dit on .)
    Celle ci débarrassé du servage préférerait sans doute vivre de ses productions et bénéficier d'un marché local.

    Les élites communistes intellectuelles?
    Tels Lénine et Trotsky, qui avaient passé un séjour dans les bibliothèque Européennes certes, mais les autres, tout les autres ?
    Ils vont mêmes jusqu'à s'en priver, et risquer gros :
    L'exécution de tout les chefs au sein de l'armée, du général au simple sergent, ne démontre t elle pas une lutte contre l'emblème, l'autorité, le chef, le supérieur?
    L'armée rouge se dérobera plusieurs foi face à des adversaires nettement inférieur en nombre du fait de leur indiscipline. Les chefs manquent !
    Toute foi notons que certain chef de l'armée du tsar passent du coté bolchevik dés la chute du gouvernement provisoire.

    Le communisme aujourd'hui :
    Je partage votre avis sur bien des aspects imaginaires que la pensé unique veut nous fait croire qu'elle est. Cependant, le peuple français n'est pas divisé par secteur géographique et par ethnie comme le territoire russe l'est à l'époque de la grande révolution. Ces divisions n'existent que artificiellement, par la présence de peuple allogènes, importés ici et là dans un esprit de leur part de conquête, dans l'esprit universelle de la part de ceux qui ont permis qu'ils soient là. Peut être pensons nous que bien des aspects philosophiques se rapprochent du communisme. Mais bien d'autre naissent dans "l'esprit des lumières" !
    ( Je suis en lecture de " les blancs et les rouges " de D V ).

    Nous savons que dans l'esprit de Lénine, le communisme n'a pas de fin en soit. Dans ces heures de beuverie, il m'est facile d'imaginer "l'artiste" se livrant à des délires de trocs, d'égalité devant le destin, de la fortune réduite au pagne, du partage du pain et du vin sur une table de pin. ( il se prend pour le tsar, pourquoi pas pour Jesus !)
    Si le communisme à œuvré, peut être avec prédiction, c'est sans doute dans l'internationalisme, dans ce gouvernement mondial. Et là notre ennemi n'est pas communiste.
    Il n'est pas Européen au sens ethnique du terme, puisque pas un Européen n'est au seins de ce clan. ( sinon c'est un traitre).

    Il est d'une caste à qui certain catholique ouvrent les portes pour nous faire entrer dans l'enfer d'un monde dominé par les plus durs tirant que l'humanité ait connu.
    L'islam est son armée, Le peuple qu'il a toujours su dominer.
    Nous sommes le peuple qui les avons toujours dénoncé. Les anciens magasines du pèlerins témoignent de ce fait.
    _________________
    "Quand on se bat, on peut perdre; quand on ne se bat pas on a déjà perdu ! ".
    Mon avatar : portrait du général Georges Loustaunau-Lacau
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 06/03/2009 15:50:52    Sujet du message: Mort de Staline, 5 mars 1953 Répondre en citant

    Cher Alliance Française,

    Merci , il est déjà plus agréable de vous lire et de vous comprendre.

    Pour vous répondre très rapidement.

    Sur l’enseignement de la culture et la Culture de 1914

    La culture n’est pas qu’une question de manuels, mais passons.

    Citation:
    « Comment prétendre que cette vision est juste selon notre histoire passé ? »

    Il faudrait que vous développiez. J’ai du mal à comprendre ce que vous entendez par là.


    Notre forum n’est pas un lieu d’érudition. Il est un espace où une autre pensée peut s’exprimer.

    ….
    Mais revenons à l'essentiel de la discussion : Qu'est-ce que le communisme.
    Je vous reprocherais de tomber dans une analyse trop historiciste de la question qui masque l'essence même du communisme.
    Le communisme n'est pas mort. Vous enterez un peu vite sa forme visible brutale qui transparaissait dans des régimes autoritaires sans vous apercevoir que son idéologie est plus que jamais présente même chez des pourfendeurs de communistes qui ont finit par admettre certains principes. Ainsi, pas plus tard que cette semaine sur Radio Courtoisie, j'ai pu entendre le pire des discours communistes autour du débat sur le patrimoine. Au nom de la culture de l'histoire, de la beauté, certaines choses appartiendraient à tous! Un propriétaire de château n'en serait que le dépositaire... La beauté d'un paysage appartiendrait à celui qui le regarde...
    Carabistouilles et autres balivernes que ce discours communiste.
    Il existe un droit à la propriété pour chaque chose. Vous êtes propriétaire ou vous ne l'êtes pas. Que l'on jouisse ou bien que l'on partage la beauté d'une chose ou d'un paysage, c'est bien autre chose que d'affirmer une notion de propriété. Il y a dans le choix des mots et la réalité qu'ils recouvrent un discours qui n'est pas anodin. D'où l'importance de la maîtrise de sa langue et sa compréhension.
    En introduisant de tels principes secondaires fallacieux et relevant de l'émotionnel, vous mettez le premier pas sur l'escalier de la spoliation ou la privation progressive de tous vos droits.

    Mais revenons à vos propos.

    Je ne parlais pas d’enseignement de la Morale, mais effectivement des matières de base. Je pensais en premier lieu à l’enseignement de la langue qui est primordiale car n’importe quel discours, et donc le développement d’une idée, repose sur elle.
    Plus important encore que l’enseignement des matières, je pensais, non pas au rôle d’enseigner, mais à susciter et à favoriser le raisonnement.
    Apprendre des choses ne sert à rien si derrière il n’y a pas d’esprit critique doué de raison.
    Un ordinateur "possède", le mot est impropre, contient, serait plus exact, certaines connaissances bien plus justement que n’importe quel homme. Est-il pour autant intelligent ? Est-il pour autant capable de raison et de jugement ? L'homme n'est pas un simple contenant et la culture du contenu.

    L’éducation totalitaire, qu’elle soit communiste, nationale socialiste, capitaliste, et donc mondialiste quelque part, enseigne ce qui doit être utile à son économie générale (sa société). Elle n’enseigne surtout pas la raison qui est la base même d’une remise en cause de l’individu, d’un groupe et donc au final d’un individu. C’est d’ailleurs dans ce sens que certaines religions sont également totalitaires, car elles excluent le libre-arbitre et ne laisse aucun espace de liberté de raisonnement. Dans ce sens, l’Islam est un bon modèle, puisque le Coran est la base de tout et ne serait être remis en cause. L’Islam n’a pas de frontière, ne connaît pas de régime politique et ne laisse pas de système de pensée autre que lui-même (tout étant vu comme du prosélytisme). La « société capitaliste » ou « mondialiste », dès lors qu’elle dépasse le stade d’être un simple outil d’une économie au service des hommes pour devenir un système d’asservissement de l’homme pour l’économie, tombe dans ce même travers totalitaire. L’éducation qui est enseignée ne repose plus sur le raisonnement mais sur l’économie de marché. Ainsi les filières sont-elles organisées autour des besoins. Il est inutile de former des esprits, il est simplement nécessaire d’inculquer des normes afin que des individus trouvent leur place en fonction du marché de l’emploi que génère l’économie. Voilà pourquoi aujourd’hui les filières de Psycho sont décriées et pourquoi on parle des métiers de fin de vie, d’assistance à la vieillerie qui sont les marchés porteurs de demain !
    L’individu n’est plus un homme, il est regardé comme un consommateur mais aussi comme un secteur de marché.

    Dans ce sens toujours : il n’y a plus les temps de la vie. À chaque âge correspond une part de marché. Ainsi, l’enfance n’est plus vue comme un temps d’apprentissage où l’enfant ne sait pas et pendant lequel il doit apprendre et apprendre à raisonner. L’enfance est une part de marché et pour que ce marché ne dépende pas des parents ou des adultes, ils faut que la société capitaliste donne des droit aux enfants.
    Ainsi peuvent-ils revendiquer leurs droits : leur droit à consommer.
    Pour cela il faut casser l’autorité parentale en premier lieu puis celle de l’autorité des adultes.
    L’école ne devient plus qu’un système autogéré par des enfants à qui ont laisse croire qu’ils en savent autant que les adultes.
    Les enfants n’apprennent plus à raisonner, mais apprennent simplement ce qui sera utile demain, ce qui est autorisé par le système économique.

    Autre fois l’école n’était pas regardée comme un apprentissage pour la vie économique, mais un apprentissage à la vie. L’université n’était pas là pour former à des métiers, mais pour faire simplement ses humanités.

    Pour le Communisme

    Où avez-vous vu ou lu que l’économie marxiste visait à revenir au troc ?
    L’économie marxiste ne dénonce pas l’argent, elle dénonce l’échelle de valeur de production des hommes entre eux, communément appelé « l’exploitation de l’homme par l’homme ». Le communisme trouve simplement inadmissible le principe qu’un homme à la tête d’une usine gagne plus que le dernier de ses ouvriers. En quoi un homme produit-il plus que son voisin alors que nous connaissons tous une journée de 24 heures ? Ce raisonnement absurde est poussé à l’extrême puisqu’il va jusqu’à nier la différence physique entre les hommes. Un homme fort d’190 cm de 30 ans doit charrier la même quantité de terre qu’un autre d' 160 cm et de 60 ans. Quelque soit leur réelle productivité, les hommes doivent avoir le même rendement et à même rendement le même salaire.
    Il en va de même pour l’intellect. L’égalité doit être la même en dépit de l’innée et de l’acquis.
    C’est cela le communisme, la négation de l’individu.
    Voilà encore pourquoi la dérive du capitalisme actuel rejoint le communisme. Simplement parce que l’individu est nié dans sa dimension humaine pour ne voir en lui qu’un consommateur ou une part de marché, tout comme chacun pourra constater que la culture n'est plus qu'un contenu commercialisable.

    Pour l’armée Rouge, si vous avez lu ou êtes en train de lire “Les Blancs et les Rouges” de Dominique Venner, vous savez très bien pourquoi la hiérarchie a été supprimé au nom même de cette absurde illusion d’égalité.

    Pour le Communisme aujourd’hui

    Je comprends mal ou j’ai du mal à faire le parallèle que vous faites.
    Je vois encore plus mal ou vous voulez en venir.

    Seul point ou je rebondirais, c’est la religion.
    Elle est actuellement un des derniers remparts avec l’éducation (la vraie) pour les motifs que j’ai expliqués ci-dessus.
    La conscience et la raison sont les deux valeurs à abattre dans les systèmes totalitaires.
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Alliance francaise
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 23 Mai 2008
    Messages: 207
    Localisation: orléans

    MessagePosté le: 06/03/2009 21:05:31    Sujet du message: Mort de Staline, 5 mars 1953 Répondre en citant

    Roland, je reprend, et Je vous cite :

    Vous parlez de 1914?
    Mais en 1914, les gens n'étaient pas dans une misère intellectuelle? Le système éducatif était certainement meilleur qu'aujourd'hui.

    Je répondais ceci :

    Sur l'enseignement de la culture et la culture de 1914 :
    Dans les manuels de nos arrières grands parents il était racontée de bonnes choses telle les idées universelles, les biens faits des droits de l'homme, l'égalitarisme... et la légitimité notre présence dans les colonies pour répondre aux principes universels de notre civilisation sur des peuples inaptes à s'y conformer...

    Comment prétendre que cette vision est juste selon notre histoire passé ?


    Pour répondre :
    L'enseignement primaire, dont la majeur parti de la population se suffisait, consistait hors mis les matières de bases à l'enseignement morale relatif à l'état, et aux maniement des armes. Nous préparions la revanche.

    qu'en savons nous de cette qualité supérieur à celle d'aujourd'hui ?
    Est ce que notre échec ne vient pas plutôt de la qualité des élèves finalement ?!



    Aujourd'hui, Il me semble que la prise de conscience d'appartenir à un peuple européen, par son héritage ethnique et culturel contribuerait à mettre les pendules à l'heure devant les difficultés auquel l'école a obligation de préparer nos enfants.

    Pas un corps d'enseignant n'averti que les conflits à venir son d'ordre subversif. Les politiques jouent avec leur "Charles de gaulles " et leur " Rafale " alors que le mirage pourrait bien s'assombrir dans une guerre civile. Il faudra bien que les civiles se défendent !
    La disparition du service militaire est une chose affreuse qu'il est urgent de remettre en place!


    J'approuve votre observation par rapport à certaine perception que le communisme à pu transpirer. Mais il y a des choses effectivement que nous ne pouvons nous approprier.
    Exemple : L'eau qui tombe du ciel est universellement gratuite.
    Celui qui la collecte peut en faire commerce à celui qui a soif.
    Pour faire plaisir au cureton, Une rasade gratuite au nom du seigneur !

    La vision du capitalisme que j'ai, serait que celui qui a soif n'ait pas le droit de tendre les mains pour boire la pluie.
    Les anglais ont inventé un mot pour justifier cette perception : le loby. Microsoft en a abusé.

    La vision du communiste consisterait à interdire de boire à celui qui a soif jusqu'à temps qu'il ait collecté l'eau de pluie pour que tous ceux qui ont soif puissent se servir, gratuitement. Sans oublier de massacrer ceux qui sont supposé selon eux d'avoir tendu la main, l'histoire le prouve. C'est cela le partage communiste!

    En une question :
    Pourquoi aller à l'école, sinon pour en sortir capable de vivre de son savoir ?

    Ne pensez vous pas que le mal généré à l'école provient d'une trop longue scolarité ?

    Je reçois des jeunes en stage. Ils savent beaucoup de choses. Parfois je me rend compte qu'ils savent des choses que j'ai découvert bien plus tard. Seulement, je m'aperçois qu'il ne savent pas s'en servir. Je pense que le fait de découvrir par soit même force la réflexion. On leur donne tout.
    Je vous donne raison sur l'aspect de leur connaissance et de leur absence de réflexion. Ils ne savent pas réfléchir.

    "Où avez-vous vu ou lu que l’économie marxiste visait à revenir au troc ?"
    Si Dominique Venner se met a raconter des connerie dans ces livres, je crains d'abandonner définitivement la lecture en général !
    La référence est cité plus haut.
    Pour le reste de votre analyse sur le communisme, j'ajouterai sans vous contredire que la vision du communisme se base sur une remise en question de ce qui fit la civilisation. La hiérarchie, la monnaie, l'ordre ... et l'histoire : Lénine ne dira t il pas à l'historien Maxime Gorki " La révolution n'a pas besoin d'historiens " . page 231, du livre cité.

    Vous dites : La conscience et la raison sont les deux valeurs à abattre dans les systèmes totalitaires.

    J'ajouterai au risque de vous fâcher que ce qui caractérise le totalitarisme c'est d'avoir la certitude d'avoir raison .
    _________________
    "Quand on se bat, on peut perdre; quand on ne se bat pas on a déjà perdu ! ".
    Mon avatar : portrait du général Georges Loustaunau-Lacau
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 20/01/2017 07:41:16    Sujet du message: Mort de Staline, 5 mars 1953

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Actualité, société -> Communiqués de presse Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers: