Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    Sur le respect de la vie

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Religion
    Sujet précédent :: Sujet suivant  
    Auteur Message
    Boileau419
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 03 Nov 2008
    Messages: 161
    Localisation: Pékin

    MessagePosté le: 23/02/2009 07:06:34    Sujet du message: Sur le respect de la vie Répondre en citant

    Hier, dimanche, lors du Libre Journal d'un patron d'émission dont j'ai oublié le nom, un des intervenants, spécialiste de cytologie (science de la cellule) a dit l'une des choses les plus intelligentes que j'aie jamais entendues à propos de la question du respect de la vie et de l'avortement : reprenant une réflexion du philosophe juif français Alain Finkielkraut, cet éminent professeur a fait remarquer que la difficulté qu'a la société moderne de reconnaître la dignité de l'embryon humain tenait au fait que la civilisation occidentale depuis Descartes voue un culte au "cogito ergo sum" (je pense donc je suis), faisant de la pensée la marque essentielle de la condition humaine.

    Et notre pénétrant cytologue de dire à peu près ceci : "Comme l'embryon ne pense pas, pour l'homme moderne il n'est pas humain." Il est regrettable qu'il n'ait pas poursuivi sa réflexion sur ce sujet (l'émission touchait à sa fin, je crois), mais il a quand même eu le temps de dire autre chose, à savoir que c'est la vie qu'il nous faut désormais mettre au premier plan, cette vie dont le Christ, a-t-il rappelé, est l'incarnation ("Je suis la vie").

    Je voudrais à ce sujet faire les remarques suivantes :

    1 La vie dont parle le Christ ne relève pas du domaine biologique.

    La vie de la créature débouche toujours sur la mort, alors que le divin, incréé, demeure éternellement. Par conséquent, je ne pense pas qu'il faille, pour défendre la vie humaine telle que nous la connaissons en appeler aux réalités exaltées de la vie du monde à venir. Il est bien dit dans le prologue du Quatrième Evangile que la vie que donne le logos divin n'est pas issue du désir de la chair. Cela sous-entend que la procréation est quelque chose d'inférieur, une conséquence du péché. Paul de Tarse nous dit la même chose lorsqu'il fait l'éloge de la virginité et Jésus a averti les femmes de Jérusalem de ne surtout pas se laisser engrosser, de peur que la fin du monde ne les surprenne enceintes.

    Et que dire de ces couples mariés qui faisaient voeu de chasteté perpétuelle ? Certes minoritaires, ils montrent bien par leur existence que les chrétiens étaient de fameux rebelles puisque dans la cité antique, et aussi bien sûr chez les Juifs, se soustraire à l'obligation de donner des enfants à l'Etat et à la race était un acte d'un incivisme monstrueux.

    Bref, je considère que le christianisme, en tout cas, celui des origines, n'est pas une religion qui exalte la reproduction bilologique et la famille ("Qui sont ma mère et mes frères?"). A ce point de vue, il se démarque clairement du judaïsme officiel et se rapproche du mouvement essénien, dont il est peut-être issu. C'est une religion d'un autre monde qui a les yeux fixés sur la Cité céleste et qui dans cette attente prône un ascétisme rigoureux, le mariage étant une concession pour les faibles, ceux qui "brûlent".

    Que l'on me comprenne bien, je ne dis pas que les chrétiens n'ont pas d'arguments religieux pour défendre le mariage (sacrement seulement depuis le XIIe siècle) et tout ce qui est lié à la procréation, mais il ne faut pas confondre les niveaux et mélanger la vie de l'Esprit avec celle du corps non régénéré par la résurrection. Citer le Quatrième Evangile pour défendre l'ovule fécondé relève de l'imposture théologique. Mieux vaudrait citer des passages de la Genèse ("Croissez et multipliez-vous") ou des autres livres de l'Ancien Testament.

    Par ailleurs, je suis gêné par la facilité avec laquelle certains chrétiens disent que la vie humaine est "sacrée". Dans le Gloria on chante "Tu solus sanctus": Dieu seul est saint. La Bible contient suffisammment d'injonctions à mettre à mort certaines catégories de personnes, sans parler des châtiments divins qui font périr des populations entières, femmes enceintes comprises, pour nous mettre en garde contre l'hérésie qui nous porterait à faire de la vie humaine un second Absolu. Ce serait un retour de cet anthropcentrisme maintes fois dénoncé par les théologiens les plus lucides. Rendons donc à Dieu ce qui est à Dieu et à la créature ce qui est à la créature.

    2 Je suis complètement d'accord avec l'analyse de notre scientifique concernant l'influence du cartésianisme sur notre compréhension de la condition humaine. Seulement il faut voir que si le Vivant, plutôt que la Pensée, doit devenir notre référence numéro un, il ne saurait y avoir une politique de deux poids deux mesures : une vie humaine "sacrée" d'un côté et une vie animale, végétale et autre sans valeur de l'autre.

    Bref, qui dit respect de la vie dit respect de toute vie. Je me demande si une telle implication serait acceptable pour tous les adversaires de l'avortement. Quand j'entends les commentaires sarcastiques de certains chrétiens et personnes dites de droite sur l'écologie, notamment sur Radio Courtoisie, j'ai de bonnes raisons d'en douter. Je comprends que l'écologie politique soit une supercherie crypto-communiste, mais le respect de la biosphère et de tous ses membres, voilà qui me découler irrésistiblement d'un changement de paradigme.

    Une autre conséquence serait que les chrétiens ne pourraient pas prendre les armes (ce qu'ils refusèrent de faire aussi dans les temps héroïques). Tuer un adulte hostile devient problématique, car la vie d'un ennemi appartient autant à Dieu que celle d'un embryon. Comme quoi, proclamer le caractère "sacré" de la vie est un sacré guêpier philosophico-éthico-politique, si j'ose dire.

    Dans la bible l'homme est présenté comme le sommet de la création. Or dans l'esprit des modernes ce statut élevé de l'homme est dû exclusivement à sa faculté de raisonnement. Les Ecritures parlent, elles, de l'image de Dieu en lui : c'est cette image, qui doit s'accomplir pleinement dans la ressemblance, qui fait de l'être humain l'intendant de Yahvé sur la Terre, avant d'être son fils. Confondre la raison raisonnante avec l'imago Dei, c'est ce que les péres de l'Eglise n'ont jamais fait, mais qui n'est pas persuadé que ce qui différencie l'homme des autres créatures est la faculté de penser et de parler ? En réalité, la différence réside dans la capacité des humains de s'ouvrir à Dieu par leur esprit (il faut se souvenir du tryptique corps-âme-esprit cher à Paul) et donc d'échapper à la nécessité biologique, ce qui est la vie éternelle vécue et annoncée par le Christ.

    Le "cogito ergo sum" est donc bel et bien une imposture ou plutôt une vérité partielle puisque l'être de l'homme qui pense comme Descartes n'est que l'être fini de la condition déchue, pathologique de l'humanité. Il est donc légitime de récuser cette formule. Mais attention, en tant que chrétien, il ne faut pas simplement lui substituer un "vivo ergo sum". La vie humaine, celle des cellules, la "chair et le sang" pour reprendre la formule johannique, n'est pas une fin en soi, encore moins un Absolu.
    _________________
    Pour vaincre dans le combat, il faut du courage plus que de la courtoisie.
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 23/02/2009 07:06:34    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 23/02/2009 17:47:10    Sujet du message: Sur le respect de la vie Répondre en citant

    Cher Boileau419,

    Voici les références de l'émission mentionnée.


    Dimanche 22 février 2009
    LJ Jean-Pierre Dickès 22/2

    présenté par le Dr Luc Perrel


    Un médecin face à l'administration

    L'embryon est-il une personne ?


    Philippe de Labriolle, psychiatre
    http://www.lexpress.fr/info/societe/dossier/fous/dossier.asp?ida=436254

    Gérard Lefranc, professeur honoraire, ancien chef du service de cytologie et de cytogénétique à la faculté de médecine de Nantes
    http://imgt.cines.fr/textes/IMGTinformation/CV_GLefranc.pdf

    Cette émission est disponible pour ceux qui souhaiteraient l'écouter ou la réentendre ou simplement l'archiver grâce à L'Archiviste (message du 22/02/2009) http://radiocourtoisie.leforum.eu/t4853-Enregistrements-proposes-par-L-Arch…
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Boileau419
    Chevalier

    Hors ligne

    Inscrit le: 03 Nov 2008
    Messages: 161
    Localisation: Pékin

    MessagePosté le: 12/03/2009 05:08:12    Sujet du message: Sur le respect de la vie Répondre en citant

    Ce que j'ai voulu dire, c'est qu'il y a eu dans le christianisme des origines une subversion de l'ordre social, à laquelle les païens ont d'ailleurs été très sensibles. Mais ce refus de la procréation se justifiait puisque c'était au nom de la vie de l'Esprit et que les chrétiens n'avaient pas l'intention d'être autre chose qu'un petit troupeau de parfaits.

    Par la suite, l'Eglise est devenue un acteur social à part entière, ce qui l'a obligée à mettre de l'eau dans son vin et à revenir en quelque sorte à une morale sociale plus judaïsante. Cette fois, ce sont les esprits épris d'absolu qui ne s'y sont pas trompés, et ce fut le début du monachisme en Egypte, dont saint Antoine est la figure emblématique.

    Aujourd'hui d'une part la virginité n'est plus très exaltée dans l'Eglise (sauf pour les religieux dont l'influence est négligeable, hélas) et de l'autre la pensée de gauche vise à renverser l'ordre établi, non plus au nom du spirituel, mais au nom de l'idéologie matérialiste, qui singe ainsi le divin en inversant ses principes.
    _________________
    Pour vaincre dans le combat, il faut du courage plus que de la courtoisie.
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 17/10/2017 07:34:42    Sujet du message: Sur le respect de la vie

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Religion Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers: