Le Forum Courtois Index du Forum Le Forum Courtois
pour discuter autour de Radio Courtoisie
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ    RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil  ConnexionConnexion 
PortailBlogue Radio Courtoisie PortailSite Radio Courtoisie
  • Grille générale des programmes : Semaines A  Semaines B  Semaines C  Semaines D
  • Ecouter Radio Courtoisie Ecoutez Radio Courtoisie

    Les réserves des musées nationaux

     
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Culture
    Sujet précédent :: Sujet suivant  
    Auteur Message
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 13/02/2009 19:09:05    Sujet du message: Les réserves des musées nationaux Répondre en citant

    Chefs-d'oeuvre sauvés des eaux Le Monde

    C'est l'un des plus importants chantiers culturels du moment. L'un des plus discrets aussi. Réunir en un même lieu les réserves des Musées du Louvre, d'Orsay, du Quai Branly, des arts décoratifs, de l'Orangerie, de l'Ecole nationale des beaux-arts, et celles du Musée Picasso. Y adjoindre les centres de recherche spécialisées et les services de restauration des oeuvres, actuellement disséminés dans plusieurs sites. Prévoir enfin des programmes universitaires, et même un accueil du public. 75 000 mètres carrés au bas mot, plus que la surface d'exposition du Louvre, et 250 millions d'euros d'investissement. Le ministère de la culture a annoncé, vendredi 23 janvier, la liste des trois derniers sites d'Ile-de-France susceptibles d'accueillir ce paquebot : Cergy-Pontoise, Nanterre et Neuilly-sur-Marne.

    Avant même les premiers coups de pioche, cet édifice recèle une histoire extraordinaire : la rencontre improbable d'une contrainte climatique, d'une nécessité scientifique et d'une aubaine financière. Au départ, en effet, une peur, ou plutôt un cauchemar : la crue centennale. Une fois par siècle, la Seine s'emballe et franchit toutes ses limites. Des milliers d'habitations sont alors inondées. "Les services de sécurité nous ont prévenus : nous aurons soixante-douze heures pour réagir, précise Hervé Barbaret, administrateur général adjoint au Louvre. La priorité des pompiers et de la sécurité civile, ça sera les gens, pas les oeuvres."

    La dernière de ces crues a marqué les mémoires. C'était fin janvier 1910. En dix jours de montée des eaux, 20 000 immeubles étaient touchés, des milliers de Parisiens évacués. L'Assemblée nationale interrompait ses travaux et ne les reprenait qu'en convoyant les députés en barque. L'eau s'arrêta à quelques centimètres du parapet du Louvre ; les oeuvres installées dans les réserves, au sous-sol, furent déplacées par le personnel vers le haut du bâtiment. L'établissement en fut quitte pour une belle frayeur. Mais, depuis, le pire n'est plus exclu.

    "Et, à l'époque, il n'y avait que le Louvre et les Beaux-Arts", sourit Marie-Christine Labourdette, directrice des Musées de France. Depuis, comme un fait exprès, l'Orangerie, le Musée d'Orsay et le Musée des arts premiers, au Quai Branly, sont venus s'arrimer en bord de fleuve. L'anniversaire approchant, les risques ont été considérés comme suffisamment sérieux pour décider, en 2002, de déménager les réserves dans des entrepôts situés dans le 18e arrondissement. Des hangars spécialement aménagés, le long des boulevards extérieurs, que le projet de tramway oblige à évacuer.

    L'idée d'un grand centre des réserves a alors refait surface. Périodiquement, l'inspection du patrimoine ou le Sénat dénoncent la mauvaise gestion des "collections". Ils rappellent l'intérêt scientifique essentiel des réserves. C'est là que les oeuvres tombées en désuétude attendent de revenir au goût du jour. Là que les dessins et photos se reposent, loin de la lumière. Là, surtout, que sont entreposés les travaux mineurs ou les séries archéologiques sans lesquels aucune étude historique sérieuse ne peut être accomplie. Si quelques sites de province - Marseille, Saint-Etienne, Quimper, Valence, Montauban - ont récemment entrepris de rénover leurs réserves, la plupart des musées continuent de les gérer comme "des mouroirs", pour reprendre le terme de Jacques Rigaud, dans un rapport rendu à Christine Albanel en 2008. Comme d'autres avant lui, il plaidait pour un grand centre de conservation du patrimoine, rassemblant plusieurs musées et les laboratoires de recherche spécialisés.

    Encore fallait-il l'argent. Le projet de Louvre à Abu Dhabi a changé la donne. Les musées français se sont vu soudain promettre un pactole de 1 milliard d'euros. "Nous avions annoncé que l'argent d'Abu Dhabi servirait l'ensemble de la collectivité scientifique, rappelle Marie-Christine Labourdette. L'occasion était unique." Le 4 février 2008, Christine Albanel annonçait qu'un "centre national de conservation du patrimoine" verrait le jour.

    Depuis, le projet a avancé, avec le Louvre en "pilote". En juillet, un appel à candidatures a été lancé. 16 sites y ont répondu. Trop éloignées, trois villes, dont Caen, ont été vite écartées. Fin novembre, cinq autres sites ont été éliminés : La Courneuve, Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines, Garonor et Roissy. Projets mal ficelés ou trop isolés. "Roissy avait des avantages, mais nous n'allions pas remplacer le risque de crue par celui d'un crash aérien", explique Hervé Barbaret. Enfin Saclay et Bagneux ont renoncé.

    Vendredi 23 janvier, Christine Albanel a encore évacué trois candidats. Val d'Europe (Seine-et-Marne) a payé son éloignement du centre. Conçu pour s'insérer entre la dalle et le sol, le projet de la Défense a été jugé trop risqué. Enfin Bondy (Seine-Saint-Denis) a payé son manque de réserve foncière.

    Les trois dernières communes s'engagent dans une ligne droite de trois mois, avec chacune son atout. Nanterre avance la proximité. Mais les terrains de la SNCF envisagés pourraient coûter cher et nécessiter une dépollution. Cergy est plus éloignée des musées parisiens, mais le terrain est vaste, disponible, voisin de l'université. Neuilly-sur-Marne, enfin, fait du projet le coeur de son développement urbain à un jet de pierre de la cité Descartes et de ses laboratoires de recherche.

    Pour départager les trois, l'Etat continuera de soupeser les avantages techniques de chacun. Mais aussi ses atouts financiers. "C'est un projet d'intérêt national, la puissance publique prendra donc en charge 90 % du coût, tout ce qui relève de la conservation des oeuvres et de la recherche", insiste Hervé Barbaret.

    Ce second volet, qui inclut l'arrivée du Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF), actuellement dispersé entre le Louvre et Versailles, et du laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH), à l'étroit dans les communs du château de Champs-sur-Marne - en tout 240 emplois- est évidemment essentiel. "Mais l'aspect formation, restauration des oeuvres et médiation culturelle est tout aussi fondamental et relève, lui, des collectivités locales." La direction des Musées de France rêve d'un établissement "unique au monde" : "Nous pourrions y accueillir des scolaires, présenter le travail des conservateurs, organiser des expositions pédagogiques", imagine Marie-Christine Labourdette. Un idéal qui, pour la ville retenue, coûtera 25 millions d'euros. Au minimum.

    Car le projet prévoit déjà une seconde phase. Aux musées fondateurs viendraient s'ajouter le Centre Pompidou, le Mobilier national et le Fonds national d'art contemporain. Trois établissements aux très vastes réserves. Le tout pourrait occuper 120 000 mètres carrés, faire grimper l'addition à 400 millions d'euros et alourdir la facture pour la ville.

    Celle-ci devrait être connue d'ici trois mois. Une nouvelle course, contre la montre cette fois, commencera. Concours, permis de construire... Au ministère et au Louvre, on promet de lancer le chantier début 2010 pour une ouverture en 2013. "Janvier 2013, précise Hervé Barbaret. Les grandes crues ont toujours lieu entre fin janvier et fin mars. Chaque année, on voit arriver le premier trimestre avec un peu plus d'appréhension." Et si c'était pour cette année...

    Nathaniel Herzberg

    =========================

    Pourquoi doit-on justifier de potentielles crues pour expliquer la nécessité ou la volonté de créer un grand centre de stockage, de restauration et de formation autour de la conservation des œuvres d'art en France?
    Pourquoi toujours cette peur des crues alors que l'on sait (mais visiblement pas tout le monde) que des travaux gigantesques ont été réalisés pour réguler l'étiage de la Seine?
    Bien sûr, on ne sait jamais... Mais avec des si et des mais, on mettrait Paris en bouteilles... et là, les crues seraient le cadet de nos soucis.

    Pourquoi donc ne pas expliquer simplement les choses aux gens... Vous savez, ce bon peuple dont les élites autoproclamées ont peur.
    Ce bon peuple n'est pas aussi bête et féroce, mais pour peu que vous lui cachiez la vérité ou que vous lui donniez des explications ridicules, trouvera alors à maugréer, voire même à contester.

    On en reparlera.

    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Publicité






    MessagePosté le: 13/02/2009 19:09:05    Sujet du message: Publicité

    PublicitéSupprimer les publicités ?
    Revenir en haut
    Poly2
    Varlet

    Hors ligne

    Inscrit le: 02 Avr 2009
    Messages: 18

    MessagePosté le: 02/04/2009 11:58:04    Sujet du message: Les réserves des musées nationaux Répondre en citant

    Roland a écrit : Pourquoi donc ne pas expliquer simplement les choses aux gens... Vous savez, ce bon peuple dont les élites autoproclamées ont peur.
    Ce bon peuple n'est pas aussi bête et féroce, mais pour peu que vous lui cachiez la vérité ou que vous lui donniez des explications ridicules, trouvera alors à maugréer, voire même à contester.

    Pour participer chaque année aux Journées du Patrimoine, je peux affirmer que le "bon peuple" est de plus en plus réceptif à ses racines, à son histoire, à l'admiration pour l'imagination, l'amour de la beauté et la qualité technique de leurs ancêtres, dont la plupart étaient des artisans comme moi. Je me sens toujours toute petite lorsque je contemple le travail de mes grands aînés. Eux se sentent fiers et partie prenante dans ce qu'ont fait tous ceux qui nous ont précédés.
    Chaque année voit croître le nombre des visiteurs, et aussi leurs connaissances, en partie grâce à internet : il est facile de se renseigner sur tel ou tel bâtiment ou objet du Patrimoine avant la visite. Le plus émouvant est l'intérêt passionné des enfants. J'ai bon espoir que la revalorisation des métiers manuels vienne enfin, même si elle est en partie portée par la pénurie de travail pour les cols blancs....
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 02/04/2009 12:44:16    Sujet du message: Les réserves des musées nationaux Répondre en citant

    Pour ce qui concerne les métiers manuels et plus particulièrement les métiers d'art, le même problème est la valeur que la société donne à l'échelle des rémunérations.
    Il n'y a pas de sot métiers ou de métiers ingrats. Il n'y a que des rémunérations qui ne sont pas en rapport. Si l'on payait convenablement les gens pour ce qu'ils font, il y auraient bien moins de problèmes. Voilà pourquoi, tant qu'on laissera faire les spéculateurs en genre, qui eux ne savent rien faire de leur mains, la société ne fonctionnera pas!
    Il ne faut pas confondre métier et emploi!
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Poly2
    Varlet

    Hors ligne

    Inscrit le: 02 Avr 2009
    Messages: 18

    MessagePosté le: 04/04/2009 08:18:12    Sujet du message: Les réserves des musées nationaux Répondre en citant

    Un autre Louvre à Lens. Le Musée devrait être ouvert au public en 2012.

    http://map.jg-laurent.com/vue-satellite-219.html

    http://www.lavoixdunord.fr/dossiers/culture/louvre/
    Revenir en haut
    Ododo
    Paladin

    Hors ligne

    Inscrit le: 27 Jan 2008
    Messages: 979
    Localisation: Ardèche

    MessagePosté le: 04/04/2009 09:00:49    Sujet du message: Les réserves des musées nationaux Répondre en citant

    A propos de métier et de "classement social", pourquoi dit-on "intellectuel de gauche", depuis quand les gauchistes auraient le monopole de l'intelligence ou de la culture??? Cette manipulation à fort bien fonctionné et des myriades de gens pense que la gauche c'est l'intelligence, et la droite le conservatisme à oeuillère . Mad

    Pour rester dans le sujet je dirais qu'il y a toujours eu une échelle de valeur fondée sur ce que gagne telle ou telle personne
    cela ne date pas d'hier!
    _________________
    mieux vaut faire des ronds de fumée dans un salon, que des bulles dans un aquarium
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 04/04/2009 09:08:17    Sujet du message: Les réserves des musées nationaux Répondre en citant

    Je reste perplexe devant le choix du lieu retenu comme du projet architectural.
    Mais après tout quitte à être entreposé ou à être montrer, il vaut toujours mieux que le public ait accès aux œuvres.
    Reste à connaître la nature et l'orientation de la politique culturelle qui sera (est déjà) déterminée.
    "Le musée miroir pour refléter la culture du monde", un beau miroir aux alouettes!
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Poly2
    Varlet

    Hors ligne

    Inscrit le: 02 Avr 2009
    Messages: 18

    MessagePosté le: 04/04/2009 09:25:50    Sujet du message: Les réserves des musées nationaux Répondre en citant

    Roland a écrit:
    Je reste perplexe devant le choix du lieu retenu comme du projet architectural.
    Mais après tout quitte à être entreposé ou à être montrer, il vaut toujours mieux que le public ait accès aux œuvres.
    Reste à connaître la nature et l'orientation de la politique culturelle qui sera (est déjà) déterminée.
    "Le musée miroir pour refléter la culture du monde", un beau miroir aux alouettes!


    En principe, c'est une succursale du Louvre. Quant aux expos thématiques zéventuelles, ça ne peut pas être pire que celles de Versailles (Koons, Kawamata...), Fontainebleau, et en général tous les hauts lieux de la culture française
    Je vous souhaite un bon ouiquende.

    http://www.paris-art.com/img/oeuvre/parisart-16-LM_KawamataOff-G-58883.jpg
    http://img7.imageshack.us/img7/4959/img2034l.jpg

    (désolée, je n'ai toujours pas réussi à mettre les images à partir de leur url, mais ce n'est pas grave)
    Revenir en haut
    Roland
    Champion courtois

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Nov 2007
    Messages: 7 602
    Localisation: la Lune

    MessagePosté le: 04/04/2009 09:29:43    Sujet du message: Les réserves des musées nationaux Répondre en citant

    On peut toujours faire pire quand le seul critère qui justifie une exposition est de faire de la provocation ...

    Je viens de vous expliquer comment mettre des images directement dans votre message (voir Fontainebleau)

    Bon repos dominical à vous.
    _________________
    “En France, on partage les risques, pas les bénéfices !”
    RdL
    Revenir en haut
    Ododo
    Paladin

    Hors ligne

    Inscrit le: 27 Jan 2008
    Messages: 979
    Localisation: Ardèche

    MessagePosté le: 05/04/2009 09:35:43    Sujet du message: Les réserves des musées nationaux Répondre en citant

    Roland a écrit:

    Pourquoi doit-on justifier de potentielles crues pour expliquer la nécessité ou la volonté de créer un grand centre de stockage, de restauration et de formation autour de la conservation des œuvres d'art en France?
    Pourquoi toujours cette peur des crues alors que l'on sait (mais visiblement pas tout le monde) que des travaux gigantesques ont été réalisés pour réguler l'étiage de la Seine?
    Bien sûr, on ne sait jamais... Mais avec des si et des mais, on mettrait Paris en bouteilles... et là, les crues seraient le cadet de nos soucis.

    Pourquoi donc ne pas expliquer simplement les choses aux gens... Vous savez, ce bon peuple dont les élites autoproclamées ont peur.
    Ce bon peuple n'est pas aussi bête et féroce, mais pour peu que vous lui cachiez la vérité ou que vous lui donniez des explications ridicules, trouvera alors à maugréer, voire même à contester.

    On en reparlera.


    Je pense tout simplement qu'il s'agit de la manie des technocrates français de tout centraliser, on peut aussi penser à des choses plus tortueuses...Et puis le passe temps du materialiste néo-con friqué c'est de changer de véhicule, de maison, de tout. Alors, c'est une idée comme une autre mais, est-ce qu'il ne voudraient pas faire pareil avec ce qu'il considère comme leur propriété(alors que ce patrimoine appartient à tous)
    _________________
    mieux vaut faire des ronds de fumée dans un salon, que des bulles dans un aquarium
    Revenir en haut
    Contenu Sponsorisé






    MessagePosté le: 19/01/2017 21:08:37    Sujet du message: Les réserves des musées nationaux

    Revenir en haut
    Montrer les messages depuis:   
    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum Courtois Index du Forum -> Discussions générales -> Culture Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
    Page 1 sur 1

     
    Sauter vers: